En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 847.53 PTS
-
4 816.00
-
SBF 120 PTS
3 868.16
-
DAX PTS
11 090.11
-0.41 %
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
-2.03 %
1.136
+0.03 %

Téléphone fixe: le régulateur met Orange face à ses obligations

| AFP | 467 | 4 par 1 internautes
Orange risque en théorie une sanction pouvant atteindre jusqu'à 5% de son chiffre d'affaires national
Orange risque en théorie une sanction pouvant atteindre jusqu'à 5% de son chiffre d'affaires national ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Orange risquait mardi une sanction historique après avoir été mis en demeure par le régulateur des télécoms de respecter son obligation de qualité de service, en tant qu'opérateur du service universel du téléphone fixe en France.

L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) a déploré, dans un communiqué publié en soirée, une "dégradation progressive de la qualité de service" de l'opérateur, censé proposer un service de téléphonie abordable et pour tous.

C'est par un arrêté du 27 novembre 2017 que l'ancien France Télécom avait été désigné pour trois ans comme opérateur chargé de fournir les prestations "raccordement" et "service téléphonique" du service universel.

Pour étayer ses accusations, l'Arcep cite des critères de qualité de service précis du son cahier des charges, comme le délai maximum pour traiter 85% des dérangements d'abonnés. Il devrait être de 48 heures mais ce délai a atteint 70 heures au premier trimestre 2018, puis 63 heures au deuxième.

"Orange doit redresser le tir de toute urgence, dès la fin de l'année. Peu importent les moyens, nous voulons des résultats", a mis en garde le président de l'Arcep Sébastien Soriano, dans un entretien à paraître mercredi dans Le Figaro.

Pour remédier à cette situation, l'Arcep impose ainsi à Orange des "paliers" à respecter trimestriellement.

Orange risque en théorie une sanction pouvant atteindre jusqu'à 5% de son chiffre d'affaires national, qui est de près de 1 milliard d'euros. Elle peut même monter à 10% en cas de récidive. "Si l'injonction n'est pas traitée sérieusement, Orange est sanctionnable dès le début de 2019", a prévenu M. Soriano.

- "effroyable abandon" -

Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, à l'Elysée le 17 juillet 2018
Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, à l'Elysée le 17 juillet 2018 ( Eric Feferberg / AFP/Archives )

Orange a aussitôt réagi en se disant "conscient des difficultés rencontrées" et s'est dit "pleinement engagé à mettre tout en œuvre pour que la situation du service universel revienne à un niveau conforme à ses obligations dès 2019". Un "plan d'actions" sera ainsi présenté au régulateur comme au gouvernement.

Pour se défendre, le groupe a évoqué des facteurs indépendants de sa volonté "qui se sont multipliés depuis plusieurs mois": aléas météorologiques, vols de câbles de grande ampleur ou encore travaux d'infrastructure, de forage ou de construction qui sectionnent accidentellement des câbles.

Le problème concerne en particulier les zones rurales, où les critiques contre l'opérateur ne sont pas nouvelles.

Déjà l'an dernier, des élus de Lozère avaient par exemple déploré "l'effroyable abandon par Orange du réseau de téléphonie fixe et par là, de l'accès à internet". Le défenseur des droits Jacques Toubon, saisi par un collectif du Gard, s'en était aussi mêlé en demandant à Orange d'assurer ses missions.

Si la mise en demeure de l'Arcep ne concerne que le téléphone fixe, les implications vont en effet au-delà.

"Dans les faits, d'un point de vue technologique, cela aura un impact sur tout ce qui est supporté par le cuivre, c'est-à-dire aussi bien Internet via l'ADSL, que les services de télésurveillance ou les sites touristiques qui sont parfois coupés du monde", a ainsi souligné M. Soriano.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 Janvier 2019, 19h00   Cession à Azerion des dernières activités historiques de régie en Belgique, au Portugal et d'une participation en…

Publié le 22/01/2019

WISeKey et le Blockchain Research Institute signent un accord pour créer des Centres d'excellence de la Blockchain interconnectés à travers le monde L'accord a…

Publié le 22/01/2019

Article L.233-8 II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers     Dénomination sociale de l'émetteur…

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 janvier 2019 - L'Assemblée générale mixte de Sodexo s'est tenue le 22 janvier 2019 à la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt, sous la présidence de Sophie…