En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.140
-0.14 %

Technologie: les chinois Tencent et Alibaba bousculent la Silicon Valley

| AFP | 422 | Aucun vote sur cette news
Le groupe chinois Tencent est un champion des jeux vidéos mobiles et l'opérateur de la populaire messagerie WeChat
Le groupe chinois Tencent est un champion des jeux vidéos mobiles et l'opérateur de la populaire messagerie WeChat ( Richard A. Brooks / AFP/Archives )

Tencent et Alibaba talonnent désormais Facebook et Amazon en termes de capitalisation boursière: illustration de l'ascension de ces géants technologiques dans une Chine où les smartphones et paiements électroniques sont omniprésents.

Champion des jeux vidéos mobiles et opérateur de la populaire messagerie WeChat, Tencent est devenu la semaine dernière le premier groupe technologique chinois à valoir 500 milliards de dollars, surpassant brièvement le californien Facebook.

Le numéro un chinois de la vente en ligne, Alibaba, coté à Wall Street, est juste derrière, réduisant l'écart avec l'américain Amazon. Un coup de semonce symbolique pour les mastodontes de la Silicon Valley, qui verrouillaient jusqu'ici le club des cinq premières valorisations boursières mondiales.

Cette année, Tencent et Alibaba ont vu leur cours doubler, à l'unisson d'une envolée des revenus.

Leur succès "s'explique d'abord par le décollage de l'internet mobile", dopé par des fabricants chinois de smartphones à prix abordable, décrypte Shameen Prashantham, de l'école de commerce CEIBS à Shanghai.

Quelque 724 millions de Chinois se connectent au web via leur portable, selon le gouvernement. De quoi gonfler spectaculairement les bases d'usagers et le volume des données collectées, "les lois sur la vie privée étant ici bien moins protectrices qu'en Occident", indique M. Prashantham à l'AFP.

- Étrennes électroniques -

Au mitan des années 2000, Tencent s'imposait avec QQ, messagerie internet proche du MSN de Microsoft, tandis qu'Alibaba --lancé par l'ex-professeur d'anglais Jack Ma-- prospérait avec sa plateforme d'enchères Taobao.

Jack Ma, patron d'Alibaba, le géant chinois du e-commerce, le 20 septembre 2017 à New York
Jack Ma, patron d'Alibaba, le géant chinois du e-commerce, le 20 septembre 2017 à New York ( ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives )

Aujourd'hui, Tencent profite de son addictif jeu "Honor of Kings", tandis que son application WeChat (messagerie, réseau social, e-commerce, jeux...) compte près d'un milliard d'usagers, dont la moitié y consacre 90 minutes par jour: un enthousiasme que n'enraye pas l'étroite censure des contenus en Chine.

Alibaba, lui, domine la moitié du e-commerce chinois entre entreprises et particuliers --tout en se diversifiant tous azimuts, depuis les magasins en dur jusqu'à la finance et aux contenus numériques.

Certes, tous deux profitent des déboires de leurs concurrents américains sur le marché chinois: Facebook est banni en Chine; e-Bay y a rapidement jeté l'éponge; Amazon peine à décoller et a récemment dû céder des actifs dans le "cloud" chinois.

Cependant, "Tencent n'a pas imité des formules occidentales, il s'est efforcé d'innover. On lui doit l'essor du paiement électronique", insiste Huang Hao, chercheur à l'Académie chinoise des sciences sociales.

Idée novatrice: Tencent a permis aux usagers de WeChat d'échanger des "étrennes (enveloppes rouges) électroniques", souligne-t-il, tandis qu'Alibaba élaborait sa plateforme de paiement en ligne Alipay.

Puis leurs systèmes rivaux de paiement mobile ont décollé grâce aux applications de réservation de taxi, avant de conquérir la quasi-totalité des magasins et restaurants du pays, où l'on peut régler avec son smartphone en scannant un code-barre.

"Même mon grand-père de 88 ans s'habitue à communiquer et payer via WeChat", s'enthousiasme Zhao Chen, de la firme d'investissement technologique Plug-and-Play.

- Bataille internationale? -

S'y ajoutent des modèles économiques rémunérateurs nourris par l'intelligence artificielle. Alors qu'Amazon prend sa part sur chaque transaction, Alibaba gagne l'essentiel de ses revenus via ses recettes publicitaires très ciblées.

"Sans pub, on n'écoule rien", confirme à l'AFP Liu Song, vendeur de vêtements sur la plateforme Tmall d'Alibaba, déplorant de "devoir acheter tous les mots-clefs correspondant à chaque article" pour toucher d'éventuels clients.

Tencent, lui, vend des objets virtuels aux joueurs d'"Honor of Kings" ou des émoticônes sur WeChat. Seulement 17% de ses revenus viennent de la publicité (contre 97% pour Facebook). De plus, les contenus des usagers de WeChat sont stockés sur leur smartphone et non sur d'onéreux serveurs extérieurs.

En Chine, on peut payer avec son smartphone en scannant un code-barre dans la quasi-totalité des magasins et restaurants
En Chine, on peut payer avec son smartphone en scannant un code-barre dans la quasi-totalité des magasins et restaurants ( FRED DUFOUR / AFP/Archives )

Enfin, si leurs revenus restent concentrés en Chine, les deux groupes "affichent leurs ambitions d'écosystèmes globalisés (...) au grand bonheur de Pékin", rappelle Wei Wei, fondatrice du cabinet GSL Innovation.

Aux États-Unis, Tencent investit dans Snapchat et Tesla, Alibaba implante des laboratoires en Californie... "Ils y sont en mode d'apprentissage, désavantagés", tempère Shameen Prashantham.

À l'inverse, sur les marchés émergents, ils peuvent s'imposer grâce à leur expérience des mutations chinoises: Alibaba contrôle déjà la plateforme Lazada en Asie du Sud-Est, Tencent investit dans des applis d'e-commerce et de taxis en Inde.

De quoi effrayer les colosses américains? Pas nécessairement, selon Mme Wei. "Mais ils doivent se préparer à voir ces acteurs chinois entrer dans l'arène internationale."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…