En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 371.80 PTS
-0.49 %
5 368.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 297.85
-0.52 %
DAX PTS
12 539.93
-0.17 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
+0.00 %
1.171
-0.04 %

Taxe sur les dividendes: Le Maire dédouane Macron, pas inquiet pour son poste au gouvernement

| AFP | 523 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire attends à l'Assemblée Nationale, le 15 novembre 2017 à Paris
Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire attends à l'Assemblée Nationale, le 15 novembre 2017 à Paris ( Martin BUREAU / AFP/Archives )

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a dédouané le président Emmanuel Macron dimanche de toute responsabilité dans le contentieux autour de la taxe sur les dividendes et s'est dit serein sur son maintien au gouvernement.

Bruno Le Maire a également indiqué qu'il se battrait pour une réélection d'Emmanuel Macron en 2022 si ce dernier décidait de se présenter à l'élection présidentielle dans cinq ans, lors de l'émission "Le Grand Rendez-vous" d'Europe 1/Les Echos/Cnews.

"Je crois qu'il (Emmanuel Macron) ne porte absolument aucune responsabilité là-dedans (le contentieux autour de la taxe sur les dividendes, ndlr)", a-t-il déclaré. "Et je crois que le rapport de l'IGF (l'Inspection générale des Finances) le dit très clairement", a-t-il ajouté.

"En 2015, il y a eu cette première alerte, une mise en demeure de la Commission européenne, mais à l'époque que je sache, Emmanuel Macron n'était pas ministre des Finances, n'était pas responsable de la fiscalité de notre pays", a-t-il souligné.

Bruno Le Maire avait demandé le 20 octobre un rapport à l'IGF, avec le risque que celui-ci mette en cause le rôle d'Emmanuel Macron, qui était, lors de l'instauration de la taxe en 2012, secrétaire général adjoint de l'Elysée, en charge des questions budgétaires et économiques. M. Le Maire avait eu des mots très durs, dénonçant "un scandale d'Etat" et fustigeant "l'amateurisme" du gouvernement précédent.

Mais le rapport, publié lundi dernier, affirme "qu'il n'était pas possible en 2012 d'anticiper la nature des risques juridiques", notamment le revirement de la jurisprudence européenne en mai 2017, puis la censure constitutionnelle "complète".

Interrogé sur son avenir au gouvernement et des spéculations sur l'existence de tensions avec le président, Bruno Le Maire s'est dit "serein et enthousiaste".

Il a assuré que son "unique ambition, c'est de réussir comme ministre de l'Economie et des Finances au service d'Edouard Philippe et d'Emmanuel Macron", dont il "souhaite" la réélection en 2022.

"Je m'engagerai derrière lui si jamais il prend cette décision de se re-présenter", a-t-il dit. "Je me battrai pour la réélection d'Emmanuel Macron en 2022, parce que je crois que c'est important qu'il y ait de la continuité dans l'action publique."

La taxe sur les dividendes, introduite sous la présidence de François Hollande, a été annulée début octobre par le Conseil constitutionnel, ce qui a contraint l'Etat à rembourser 10 milliards d'euros, principalement aux grandes entreprises.

Le feuilleton politique a été clos mardi dernier avec l'adoption par le Parlement d'une surtaxe exceptionnelle cette année sur les 320 plus grandes entreprises françaises, laquelle doit rapporter 5,4 milliards d'euros.

Le solde de la facture, environ 5 milliards, sera à la charge de l'Etat et fera passer le déficit budgétaire en 2018 de 2,6 à 2,8%, après 2,9% prévu pour cette année.

L'affaire n'est cependant peut-être pas finie, car le groupe Les Républicains (LR) a saisi le Conseil constitutionnel pour contester la surtaxe imposée aux grands groupes. LR entend dénoncer une taxe exceptionnelle qui s'appliquera à un petit nombre de sociétés seulement, "pénalisant des entreprises qui ne distribuent pas ou peu de dividendes", c'est le cas des banques et assureurs mutualistes.

Les banques mutualistes Crédit agricole, Crédit mutuel et Banque populaire, ainsi que les assureurs mutualistes, seraient ainsi amenés à verser plus de 1,5 milliard d'euros.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

La Norges Bank est repassée, le 20 juillet, sous le seuil de 5% du capital de Derichebourg et détient 7...

Publié le 23/07/2018

'Octopath Traveler' de Nintendo sur Switch prend la tête du classement...

Publié le 23/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/07/2018

Par l'intermédiaire d'une filiale britannique

Publié le 23/07/2018

Le titre poursuit sa phase de rebond technique. Du côté des indicateurs, la moyenne mobile à 20 séances se retourne à la hausse sous les cours tandis que le RSI est bien orienté au-dessus des…