En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
-
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Taxe numérique: Washington réitère sa volonté de négocier dans le cadre de l'OCDE

| AFP | 297 | 5 par 1 internautes
Les logos des géants du numérique Facebook, Apple, Google et Amazon
Les logos des géants du numérique Facebook, Apple, Google et Amazon ( LOIC VENANCE, Josh Edelson, STR, Emmanuel DUNAND / AFP )

Washington a réitéré sa volonté de négocier dans le cadre de l'OCDE une législation visant les géants du numérique, selon une lettre du secrétaire américain au Trésor envoyée à l'OCDE, en forme de démenti sur un possible retrait américain.

"Les Etats-Unis soutiennent les discussions à l'OCDE pour s'attaquer aux problèmes d'un système de taxation international", écrit Steven Mnuchin à José Angel Gurria, secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans ce document daté du 3 décembre dont l'AFP a eu une copie mercredi.

Le ministre américain dément ainsi les rumeurs selon lesquelles les Etats-Unis ont fait marche arrière sur ce dossier.

"Nous pensons qu'il est très important que ces discussions aboutissent à un accord afin d'éviter la prolifération de mesures unilatérales", ajoute M. Mnuchin, en référence notamment à la taxe française visant les mastodontes américains, les Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon).

La taxe française, qui impose les géants du numérique à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France, a semé la zizanie entre Paris et Washington.

En rétorsion, l'administration Trump a menacé lundi d'imposer des droits de douane supplémentaires allant jusqu'à 100% sur une myriade de produits français dont le champagne et le roquefort, représentant 2,4 milliards de dollars.

Depuis des mois, Paris répète que cette solution a vocation à n'être que temporaire dans l'attente d'un aboutissement de négociations internationales.

Mais lundi, le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire était monté au créneau, critiquant l'attitude de Washington.

"Après avoir réclamé une solution internationale à l'OCDE, (Washington) n'est pas sûr d'en vouloir", avait-il affirmé en référence au fait que les Etats-Unis avaient accepté quelques mois plus tôt une négociation dans le cadre de l'OCDE.

Le président français Emmanuel Macron et le président américain Donald Trump avaient en effet promis d'aplanir leur différend lors du dernier G7 à Biarritz (ouest de la France), en donnant à l'OCDE le mandat de négocier un vaste accord international sur la question épineuse de la fiscalité du numérique.

De son côté, le Français Thierry Breton, nouveau commissaire européen au marché unique et au numérique, était allé encore plus loin en laissant entendre que Steven Mnuchin pourrait annoncer le retrait des Etats-Unis des négociations de l'OCDE.

"J'ai cru comprendre que nous allions avoir une réponse sans doute de M. Mnuchin dans la journée nous indiquant que finalement ça ne tenait pas", avait-il affirmé lundi sur la chaîne française BFM Business, brandissant de son côté la menace d'une taxe appliquée par l'Union européenne aux géants du numérique.

Dans sa lettre, Steven Mnuchin semble mettre les points sur les "i". Et il rappelle la position des Etats-Unis qui sont opposés "fermement aux taxes sur les services numériques, car elles ont un impact discriminatoire sur les entreprises américaines et sont incompatibles avec l'architecture des règles fiscales internationales en vigueur, qui visent à imposer le revenu net plutôt que les revenus bruts".

Il exhorte enfin tous les pays à suspendre leur initiative de taxe numérique "afin de permettre à l'OCDE de nouer avec succès un accord multilatéral".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…