En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Taxe numérique: Paris et Washington entre menaces et promesses de dialogue

| AFP | 669 | Aucun vote sur cette news
Les logos des géants américains du numérique, Google, Apple, Facebook et Amazon visés par la taxe française, dite
Les logos des géants américains du numérique, Google, Apple, Facebook et Amazon visés par la taxe française, dite "Gafa" ( DENIS CHARLET / AFP )

Le champagne, la maroquinerie et le roquefort bientôt deux fois plus chers aux Etats-Unis? Washington a menacé de surtaxer des produits emblématiques en représailles à la taxe française sur le numérique, mais les présidents Trump et Macron ont assuré que ce différend pouvait être réglé par le dialogue.

"Nous avons un différend mineur" et "nous allons probablement pouvoir le surmonter", a déclaré Donald Trump lors d'une rencontre à Londres avec son homologue français, en marge d'un sommet de l'Otan. "Je pense qu'avec le président Trump nous pouvons régler cette situation", a estimé Emmanuel Macron de son côté.

Le "différend mineur", ce sont en l'occurrence 2,4 milliards de dollars de produits français que les Etats-Unis ont menacé lundi de surtaxer à brève échéance. Parmi eux, des exportations emblématiques telles que des fromages, du vin pétillant, des cosmétiques, de la porcelaine, des sacs à main.

Washington estime être en droit d'imposer sur ces produits des tarifs douaniers additionnels pouvant aller jusqu'à 100% si Paris ne renonce pas à sa taxe sur les entreprises du numérique, qui cible selon les Etats-Unis "injustement" les mastodontes américains, les Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon).

L'imposition de tarifs douaniers punitifs sur les produits français - qui s'ajouteraient à d'autres surtaxes déjà décidées par les Etats-Unis en raison d'un contentieux autour de l'avionneur Airbus - ne pourra pas intervenir avant la mi-janvier, à l'issue d'une période de consultations.

Le ton conciliant des deux présidents contraste avec celui plus offensif des ministres des deux pays.

L'UE agira "d'une seule voix"

Les taxes sur le numérique, que ce soit celle appliqué en France ou celles annoncées en Italie et Autriche sont "anti-américaines", a dit mardi le ministre américain du Commerce Wilbur Ross, sur CNBC.

"L'Europe n'a pas vraiment de champions hi-tech (...). Il y a beaucoup de jalousie", selon lui.

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire avait lui tempêté plus tôt contre une menace américaine "inacceptable" et fait savoir dès lundi que "jamais" la France ne renoncerait à sa taxe.

L'Union européenne, elle, "agira d'une seule voix" face à la dernière offensive américaine, a promis mardi un porte-parole de la Commission européenne.

Les Européens, jusqu'ici incapables de trouver une solution commune sur la taxation du numérique, chercheront à engager "immédiatement des discussions avec les États-Unis sur la manière de résoudre cette question à l'amiable".

La taxe française impose les géants du numérique à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France.

Ce dispositif doit rapporter à l'Etat français quelque 400 millions d'euros, une somme qui peut sembler dérisoire - Apple a par exemple annoncé il y a un peu plus d'un mois un bénéfice annuel de plus de 55 milliards de dollars. Mais cela n'empêche pas la taxe française de semer depuis le début la zizanie entre Paris et Washington.

Emmanuel Macron et Donald Trump avaient déjà promis d'aplanir leur différend lors du dernier G7, en donnant à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) le mandat de négocier un vaste accord international sur la question épineuse de la fiscalité du numérique.

Le roquefort, un des produits visés par le doublement des taxes douanières par les Etats-Unis en représailles de la taxe sur le numérique
Le roquefort, un des produits visés par le doublement des taxes douanières par les Etats-Unis en représailles de la taxe sur le numérique ( BERTRAND GUAY / AFP )

Les grands noms de la tech se voient régulièrement reprocher de ne pas payer leur juste part d'impôt, grâce à des montages d'optimisation qui leur permettent de transférer leurs bénéfices vers des Etats à faible fiscalité.

"Elles sont à nous"

Après avoir soutenu la quête d'une solution internationale, l'administration Trump, plutôt connue pour critiquer les négociations multilatérales quel que soit leur objet, aurait selon la France et la Commission européenne d'ores et déjà pris ses distances avec le projet mené par l'OCDE.

Le président américain a d'ailleurs exprimé clairement son objectif depuis Londres, avant sa rencontre avec M. Macron: ces entreprises (du numérique) "sont à nous, ce sont des entreprises américaines, je veux les taxer, ce n'est pas la France qui va les taxer", a-t-il dit.

L'administration Trump a également indiqué lundi qu'elle envisageait d'ouvrir une enquête à l'encontre de l'Autriche, de l'Italie et la Turquie pour déterminer si leurs taxes sur le numérique menacent les entreprises américaines.

L'Autriche a dit prendre "au sérieux" ces menaces et considérer cette mesure comme "le mauvais chemin à suivre".

burs-aue/tq/cls

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…