En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 847.53 PTS
-
4 816.00
-
SBF 120 PTS
3 868.16
-
DAX PTS
11 090.11
-0.41 %
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
-2.03 %
1.136
+0.03 %

Taxe Gafa: "rupture de confiance" si l'Allemagne dit non pour Le Maire

| AFP | 680 | Aucun vote sur cette news
Le projet de directive européenne destinée à mieux imposer les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) se heurte à la vive résistance de l'Irlande, du Danemark et de la Suède, mais aussi aux doutes exprimés par l'Allemagne
Le projet de directive européenne destinée à mieux imposer les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) se heurte à la vive résistance de l'Irlande, du Danemark et de la Suède, mais aussi aux doutes exprimés par l'Allemagne ( Lionel BONAVENTURE, Ben STANSALL / AFP/Archives )

L'Allemagne doit signer la directive européenne sur la taxation des géants du numérique ou risquer une "rupture de confiance" avec la France, a mis en garde vendredi le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire.

"Je ne peux pas imaginer une seconde que l'Allemagne ne tienne pas ses engagements et ne signe pas la directive en décembre", a déclaré M. Le Maire aux Echos en marge d'un forum franco-allemand à Paris. Pour lui, dans le cas contraire, "ce serait une rupture de confiance entre la France et l'Allemagne".

"Il est temps que l'Allemagne décide de la mise en œuvre de ce qui est dans Meseberg", a aussi souligné le ministre, en référence à l'accord franco-allemand prévoyant une convergence fiscale et un budget de la zone euro, ainsi que la taxation des géants du numérique.

L'Allemagne doit décider "tout de suite, maintenant, avant la fin de l'année 2018, parce qu'en 2019 nous allons rentrer dans un cycle électoral", a insisté le ministre.

"Nous sommes dans une course de vitesse entre la montée des extrêmes et la décision des grandes nations européennes au premier rang desquelles la France et l'Allemagne. Cette course de vitesse, je veux que nous la gagnions, et si nous voulons la gagner, il n'y a pas une minute à perdre", a-t-il expliqué.

"Qui peut accepter qu'aujourd'hui en Europe les petites entreprises, les PME aient 14 points de taxation de plus que Google, Amazon, Facebook ou les BATX?" (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi, les géants du chinois du numérique), s'est-il exclamé.

Dans l'UE, les entreprises numériques paient en moyenne 9% d'impôts, contre 23% pour les autres sociétés, a rappelé mercredi la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager.

Le projet de directive européenne destinée à mieux imposer les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) se heurte à la vive résistance de l'Irlande, du Danemark et de la Suède, mais aussi aux doutes exprimés par l'Allemagne.

"Si les gouvernements européens ne comprennent pas que les peuples européens en ont assez de cette faiblesse européenne, de cette incapacité européenne à défendre nos intérêts économiques les plus vitaux et à affirmer une voie différente, une fiscalité internationale plus juste, plus efficace, si nous ne prenons pas conscience de cela, nous le paierons dans les urnes et nous serons responsables de cette situation", a encore dit le ministre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 Janvier 2019, 19h00   Cession à Azerion des dernières activités historiques de régie en Belgique, au Portugal et d'une participation en…

Publié le 22/01/2019

WISeKey et le Blockchain Research Institute signent un accord pour créer des Centres d'excellence de la Blockchain interconnectés à travers le monde L'accord a…

Publié le 22/01/2019

Article L.233-8 II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers     Dénomination sociale de l'émetteur…

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 janvier 2019 - L'Assemblée générale mixte de Sodexo s'est tenue le 22 janvier 2019 à la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt, sous la présidence de Sophie…