En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 884.26 PTS
-
5 903.0
-
SBF 120 PTS
4 629.46
-
DAX PTS
13 221.64
+0.57 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0.77 %
1.117
-0.08 %

Taxe Gafa: la France "ne cèdera pas", prévient Bruno Le Maire

| AFP | 1172 | 5 par 6 internautes
Le ministre des Finances Bruno Le Maire, dans les locaux de la Banque de France à Paris le 16 juillet 2019
Le ministre des Finances Bruno Le Maire, dans les locaux de la Banque de France à Paris le 16 juillet 2019 ( ERIC PIERMONT / AFP )

La France "ne cèdera pas" sur la mise en place de sa taxe Gafa, malgré les menaces de représailles de Washington, a assuré mercredi le ministre des Finances Bruno Le Maire avant une rencontre avec son homologue américain Steven Mnuchin.

"La possibilité de sanctions américaines contre la France existe. Il y a un instrument juridique" pour cela, "et il y a visiblement la volonté politique", a reconnu M. Le Maire sur France Inter, quelques heures avant une réunion des ministres des Finances du G7 à Chantilly (Oise).

Mais "la France ne cèdera pas sur la mise en place de sa taxation nationale. Elle a été décidée, elle a été votée, et elle sera appliquée dès 2019", a poursuivi le ministre, qui rencontrera en tête-à-tête M. Mnuchin pour discuter de ce sujet.

"Ce que je vais expliquer avec beaucoup de clarté" à M. Mnuchin, "c'est que c'est l'intérêt des Etats-Unis de mettre en place cette taxation d'un nouveau modèle économique qui repose sur la création de valeur par les données, et que nous ne voulons pas cibler les entreprises américaines", a expliqué Bruno Le Maire.

"Il y a encore trop de multinationales qui échappent à l'impôt. C'est tout simplement révoltant", a-t-il ajouté.

Le parlement français a définitivement adopté le 11 juillet l'instauration d'une taxe sur les géants du numérique, faisant de la France un pays pionnier en matière d'imposition des "Gafa" (Google, Amazon, Facebook et Apple) et autres multinationales accusées d'évasion fiscale.

Cette solution unilatérale, qui a vocation à n'être que temporaire dans l'attente d'un aboutissement de négociations internationales, a poussé les Etats-Unis à ouvrir une enquête, qui pourrait déboucher sur des mesures de représailles commerciales.

"La meilleure solution et la sagesse, c'est désormais de trouver une solution internationale. Le G7, c'est le bon moment pour décider de cette taxation internationale", a souligné mercredi Bruno Le Maire, disant vouloir ensuite trouver un accord à l'OCDE.

La France a érigé en priorité pour le G7 Finances de Chantilly la recherche d'un accord fiscal de principe, avec la mise en place d'un impôt sur les sociétés minimal a niveau mondial pour mieux lutter contre l'évasion fiscale

"Aux Etats-Unis", cet impôt minimal "existe déjà, il est de 13%", a souligné M. Le Maire. "Ca veut dire que si vous rapatriez vos bénéfices dans un pays qui a un impôt sur les sociétés à 3%, et bien vous paierez les 10 points d'écart à l'Etat où vous êtes installés".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
6 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2019

Le règlement-livraison des OCA aura lieu le 16 décembre 2019...

Publié le 12/12/2019

Le fonds activiste Elliott apporterait ses titres Altran à l'OPA de Capgemini à 18 euros par action, selon des sources citées jeudi par 'Reuters'. Pour l'instant, l'offre reste fixée à 14 euros.

Publié le 12/12/2019

L'action Facebook a perdu 2,7% jeudi à Wall Street après un article du 'Wall Street Journal' évoquant de possibles mesures anti-trust contre le réseau social.

Publié le 12/12/2019

Succès de l'opération d'actionnariat salarié de Spie : 'Share for you 2019'...

Publié le 12/12/2019

Le management de Biophytis rencontrera, de façon individuelle, des investisseurs et présentera les évolutions de son principal candidat-médicament Sarconeos (BIO101) actuellement en phase 2b…