5 357.14 PTS
-0.78 %
5 362.0
-0.69 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-0.71 %
DAX PTS
13 068.08
-0.44 %
Dowjones PTS
24 622.29
+0.15 %
6 414.85
+0.32 %
Nikkei PTS
22 694.45
-0.28 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

ISF, taxe d'habitation: ce sera finalement pour 2018

| AFP | 653 | Aucun vote sur cette news
La réforme de la taxe d'habitation prévoit d'en exonérer 80% des ménages à partir de 2018
La réforme de la taxe d'habitation prévoit d'en exonérer 80% des ménages à partir de 2018 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Emmanuel Macron a tranché face au flou gouvernemental qui s'installait sur les promesses de baisses d'impôts : les premiers effets de la réforme de la taxe d'habitation, dont le président veut exonérer 80% des ménages, et de l'ISF doivent se faire sentir dès 2018.

"Le président de la République a décidé de mettre en application cette partie de son programme dès 2018", a dit à l'AFP une source proche du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, confirmant des informations de Franceinfo.

La réforme combinée de la taxe d'habitation et de l'impôt sur la fortune (ISF) est l'une des promesses phares du programme de M. Macron en matière de fiscalité.

D'un côté, le président de la République souhaite que 80% des ménages français ne paient plus la taxe d'habitation.

Parallèlement, M. Macron compte réduire l'ISF aux biens immobiliers, sortant de son périmètre le patrimoine mobilier, l'épargne et les placements financiers, dans le but affiché d'encourager les contribuables les plus aisés à investir dans l'économie française.

A Bercy, on précise que cette réforme fiscale entrera en vigueur dès l'an prochain, afin d'aboutir dans les trois ans à ce que 80% des ménages soient bien exonérés de la taxe d'habitation.

C'est le calendrier qu'avait annoncé M. Macron lorsqu'il n'était que candidat. Mais, depuis le début du mois, le flou s'est installé sur le sujet.

En ce qui concerne la réforme de la taxe d'habitation, le Premier ministre Edouard Philippe n'a évoqué qu'une mise en œuvre complète d'ici la fin du quinquennat, soit 2022, lors de son discours de politique générale la semaine dernière.

Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a ensuite confirmé ce calendrier, évoquant certes une "montée en puissance" à partir de l'an prochain.

"Dire que (...) c'était d'ici la fin du quinquennat, c'était volontairement flou", reconnaît-on du côté de Matignon. "Une partie du flou de la photo tient au fait qu'on n'a pas encore rendu tous les arbitrages."

- Annonces rassurantes -

Le discours de politique générale de M. Philippe avait été marqué par une grande prudence quant aux annonces sur la baisse de la fiscalité, quelques jours après la publication d'un audit alarmiste de la Cour des comptes sur l'état du déficit.

Selon les sages de la rue Cambon, qui ont au passage taclé l'ancien président François Hollande, le déficit public devrait déraper à 3,2% du produit intérieur brut en 2017, dépassant la barre des 3% exigée par les traités européens.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, lors de son discours de politique générale, le 4 juillet 2017 à Paris
Le Premier ministre, Edouard Philippe, lors de son discours de politique générale, le 4 juillet 2017 à Paris ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

Dans son discours, M. Philippe avait mis l'accent sur la lutte contre l'"addiction française à la dépense publique", tout en reportant plusieurs baisses d'impôts initialement prévues dès 2018, notamment l'ISF et la taxe d'habitation.

Mais, depuis, le gouvernement semble vouloir corriger le tir, gardant sa ligne sur la réduction de la dépense publique mais multipliant les déclarations rassurantes sur les baisses d'impôts.

Au cours du week-end, M. Philippe a assuré que les prélèvements obligatoires baisseraient de quelque 7 milliards d'euros l'an prochain, tandis que M. Le Maire a estimé possible de réduire simultanément les dépenses publiques et les impôts.

"Les 7 milliards, ce n est pas une surprise, c'est en grande partie du reliquat des annonces de Hollande", explique-t-on à Matignon. "Si on les annulait, certains auraient pu dire qu'on augmentait les impôts."

Reste que ces baisses d'impôts ne font pas que des enthousiastes, en premier lieu du côté des collectivités locales, qui se trouveraient privées d'une précieuse ressource avec la réduction à la portion congrue de la taxe d'habitation.

L'exécutif a pris soin d'assurer que l'Etat compenserait leur manque à gagner. Le sujet doit être abordé à la mi-juillet lors de la Conférence nationale des territoires, qui se tiendra au Sénat.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Aide du Ministre de la cohésion des territoires

Publié le 14/12/2017

Adeunis annonce son chiffre d'affaires du 1er semestre 2017/2018...

Publié le 14/12/2017

Vallourec a annoncé avoir finalisé Value 17, une augmentation de capital réservée à ses salariés à travers le monde. Près de 10 000 salariés, dans onze pays, représentant 52 % des effectifs…

Publié le 14/12/2017

Au cours de sa séance du 13 décembre 2017, le Conseil d'administration de Bic a décidé de procéder à une augmentation du capital par création de 87 584 actions consécutive à la levée…

Publié le 14/12/2017

Bonne tenue des ventes PME-PMI et croissance très significative de l'activité liée aux clients Grands Comptes.

CONTENUS SPONSORISÉS