En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 375.80 PTS
+0.22 %
5 374.0
+0.21 %
SBF 120 PTS
4 314.35
+0.10 %
DAX PTS
12 172.13
+0.12 %
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.00 %
1.168
+0.08 %

Taxation des Gafa: la présidence de l'UE attend plus de "clarté"

| AFP | 218 | Aucun vote sur cette news
La présidence autrichienne de l'UE espère clarifier les positions européennes sur la taxation des géants du numérique
La présidence autrichienne de l'UE espère clarifier les positions européennes sur la taxation des géants du numérique ( Damien MEYER, EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives )

La présidence autrichienne de l'UE espérait vendredi clarifier les positions européennes sur la taxation des géants du numérique, l'Allemagne restant ambigüe sur cette idée défendue par la France et la Commission européenne.

"Notre intention est de faire en sorte que demain nous ayons de la clarté au niveau européen", a affirmé le ministre autrichien des Finances Hartwig Löger, à son arrivée à une réunion avec ses homologues de l'UE vendredi et samedi à Vienne.

"Il est clair pour chacun en Europe que nous avons besoin de solutions", a ajouté M. Löger, disant attendre sur ce sujet "des déclarations concrètes" samedi, jour prévu de la discussion.

Son homologue allemand Olaf Scholz s'est lui montré plus évasif, qualifiant le sujet de "très compliqué".

"Vous ne pouvez pas trouver de solutions simples et c'est pourquoi il est logique que nous fassions cela avec précaution", a expliqué M. Scholz, sans rentrer dans les détails.

Les intentions de l'Allemagne sur cette taxe sont incertaines depuis que le quotidien allemand Bild a publié mercredi un document du ministère des Finances qui estimerait que la "diabolisation" des grandes entreprises du numérique n'est "pas efficace".

"Déclarer publiquement que des entreprises comme Google, Apple, Facebook et Amazon doivent payer des impôts sur leur chiffre d'affaires n'est plus tenable", assurerait cette note interne, signée de M. Scholz.

Interrogé le lendemain, M. Scholz, dont le parti social-démocrate (SPD) a fait de la "taxe Facebook" une promesse de campagne, avait démenti toute volte-face, tout en laissant planer le doute sur ses intentions.

"Je ne peux pas imaginer qu'un pays comme l'Allemagne refuse cela", a réagi vendredi le commissaire européen à la Fiscalité Pierre Moscovici.

"Je comprends que (les Allemands) demandent des précisions, qu'ils veulent calibrer la chose. Discutons", a-t-il ajouté, estimant qu'il existait "des progrès dans les discussions" et "une possibilité de consensus".

La proposition européenne prévoit la mise en place rapide d'une taxe sur le chiffre d'affaires des géants du net, le temps qu'une solution soit négociée à l'échelle mondiale au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Elle vise, plus précisément, à taxer à hauteur de 3% les revenus tirés de certaines activités, en particulier la publicité et la revente de données personnelles.

Mais selon un document préparatoire de la présidence autrichienne, consulté par l'AFP, "certains États membres ont exprimé des doutes quant à la nécessité d'inclure les ventes de données dans le champ d'application" de la taxe.

Jeudi, le ministre français Bruno Le Maire était monté au front pour appeler ses partenaires européens "à une prise de conscience" sur la taxation des géants du numérique.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2018

D'après les données de NPD...

Publié le 19/09/2018

L'allemand va être repris par le géant américain Thor

Publié le 19/09/2018

idi INVESTIR EN PRIVATE EQUITY       Paris, le 19 septembre 2018   Communiqué de mise à disposition du rapport financier semestriel au 30 juin 2018     Le…

Publié le 19/09/2018

Engie est sous pression à la mi-journée, en retrait de 2% à 12,2 euros, sur un plancher de 18 mois...

Publié le 19/09/2018

Par courrier reçu le 17 septembre 2018 par l'AMF, complété par un courrier reçu le 19 septembre, la société anonyme de droit luxembourgeois Vesalius...