En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 276.00
-1.72 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 698.92
-1.02 %
7 384.63
-1.45 %
1.130
-0.67 %

Tapie: l'éventuelle liquidation judiciaire de ses sociétés examinée le 15 avril

| AFP | 217 | 5 par 1 internautes
Bernard Tapie lors d'une conférence à Liège le 27 septembre 2018
Bernard Tapie lors d'une conférence à Liège le 27 septembre 2018 ( Emmanuel DUNAND / AFP/Archives )

La justice doit examiner le 15 avril une demande de liquidation judiciaire des sociétés de Bernard Tapie, condamné à rembourser les centaines de millions d'euros perçus en 2008 dans l'arbitrage de son litige avec le Crédit Lyonnais, a appris lundi l'AFP auprès des parties.

Cette question devait être examinée lundi matin par le tribunal de commerce de Paris mais l'audience a dû être renvoyée, en raison de la concomitance du procès pénal de l'homme d'affaires de 76 ans, accusé d'avoir escroqué l'État en obtenant cet arbitrage jugé frauduleux.

Les holdings GBT (Groupe Bernard Tapie), actionnaire majoritaire du groupe de médias La Provence, et FIBT (Financière Immobilière Bernard Tapie) sont à l'abri des créanciers depuis que leur propriétaire les a placées en procédure de sauvegarde en décembre 2015, quelques jours avant sa condamnation à rembourser quelque 403 millions d'euros.

L'ancien patron de l'Olympique de Marseille, tout en contestant par ailleurs en justice le montant de sa dette, a promis de rembourser.

Mais en janvier, son deuxième plan de sauvegarde, qui étalait le remboursement sur six ans, a été rejeté par le tribunal de commerce de Paris.

Celui-ci a alors placé les deux holdings en redressement judiciaire et la défense de Bernard Tapie travaille depuis sur un nouveau plan.

Estimant le redressement impossible, le parquet de Paris a entretemps demandé au tribunal de passer à l'étape suivante et de prononcer la liquidation judiciaire, afin de permettre la vente immédiate des biens.

"Ce serait une catastrophe (pour le groupe de médias, ndlr) qui n'a pas de contrepartie", a réagi M. Tapie auprès de l'AFP.

"J'ai mis tous mes actifs en garantie pour le paiement. Donc, que ce soit en liquidation ou dans le cadre d'un plan (de redressement, ndlr), ils seront payés ; d'un côté très vite et de l'autre côté très lentement, avec des complications considérables", a-t-il déclaré.

Bernard Tapie s'est notamment engagé à vendre son domicile familial parisien, l'hôtel de Cavoye.

Mais l'ancien ministre fait valoir que si ses sociétés étaient placées en liquidation judiciaire, ses créanciers ne toucheraient aucun euro tant que sa dette, objet d'âpres batailles procédurales, n'aurait pas été tranchée.

Une audience est prévue le 1e octobre devant la cour d'appel, où le Consortium de réalisation (CDR), structure détenue par l'État et chargée de gérer le passif du Crédit Lyonnais, conteste une décision qui a raboté sa créance de 117 millions d'euros.

Au total, le CDR chiffre à 525 millions d'euros sa dette auprès des époux Tapie, une fois ajoutés les intérêts qui continuent de courir.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...