5 390.63 PTS
-
5 411.00
-0.59 %
SBF 120 PTS
4 323.31
-
DAX PTS
12 677.97
-1.22 %
Dowjones PTS
24 700.21
-1.15 %
7 228.04
-0.32 %
Nikkei PTS
22 300.39
+0.10 %

Super ministre UE des Finances: soutien sous condition de Rome et Athènes

| AFP | 200 | Aucun vote sur cette news
Le premier ministre italien Paolo Gentiloni, ici le 7 septembre 2017 à Prague
Le premier ministre italien Paolo Gentiloni, ici le 7 septembre 2017 à Prague ( Michal Cizek / AFP/Archives )

Les chefs de gouvernement grec et italien, Alexis Tsipras et Paolo Gentiloni, ont apporté jeudi un soutien sous condition à la création d'un ministère européen des Finances, un projet relancé la veille par le président de l'exécutif européen Jean-Claude Juncker

Lors d'une conférence de presse commune à Corfou à l'occasion d'un sommet bilatéral de coopération, M. Gentiloni a rappelé que son pays était depuis des années en faveur d'un tel projet.

Il a plaidé pour des "pas concrets" vers un "renforcement de la coopération économique et bancaire" européenne, jugeant que des "occasions importantes" se dessinaient en ce sens après des années de crise dans l'UE.

Mais "un ministre des Finances doit créer des opportunités", et "il ne suffit pas de créer une fonction", a mis en garde M. Gentiloni selon la traduction grecque de ses propos.

Le premier ministre grec Alexis Tsipras, ici à Thessalonique le 10 septembre 2017
Le premier ministre grec Alexis Tsipras, ici à Thessalonique le 10 septembre 2017 ( SAKIS MITROLIDIS / AFP/Archives )

Il a insisté sur la nécessité d'un "mécanisme démocratique" de contrôle d'une telle fonction, ainsi que sur l'impératif pour les Européens de s'entendre sur les "intentions politiques et économiques" guidant un renforcement de la coopération économique.

Toute évolution de l'architecture européenne doit servir "la croissance, les investissements et la compétitivité internationale", a-t-il insisté.

"Un ministre des Finances qui ne serait qu'un gendarme pour punir les indisciplinés n'apporterait rien de nouveau", a pour sa part souligné M. Tsipras.

En matière de lutte contre les "déséquilibres structurels" européens, il faut un "changement institutionnel mais aussi d'un changement d'optique", en faveur de la "convergence et de la prospérité", a-t-il relevé.

Seul dirigeant de gauche radicale dans l'UE, M. Tsipras a aussi plaidé pour que tout nouveau schéma de gouvernance économique impose des "règles valables pour tous".

Actuellement seuls "ceux qui sortent du cadre en matière de déficits sont punis", ce qui constitue "un oxymore dans un cycle économique fermé où les excédents du nord creusent les déficits du sud", a-t-il déploré, dans une référence implicite à l'Allemagne.

MM. Tsipras et Gentiloni ont par ailleurs souligné leur volonté de doper les investissements italiens en Grèce, notamment dans le secteur de l'énergie, après avoir officialisé la cession des chemins de fer grecs (Trainose) à la société italienne publique Ferrovie Dello Stato Italiane (FS).

Cet accord, conclu en janvier 2017 pour 45 millions d'euros doit s'accompagner "dans un avenir proche" d'investissements italiens de 500 millions d'euros, s'est félicité M. Tsipras.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2018

Le prix de souscription des actions nouvelles est de 5,1 euros par action...

Publié le 19/06/2018

verture aux Etats-Unis ABID vise 5,55 euros par action...

Publié le 19/06/2018

Le produit net de l'augmentation de capital permettra de financer une partie de l'acquisition d'un portefeuille de 14 hôtels...

Publié le 19/06/2018

U10 va être transféré sur Euronext Growth...

Publié le 19/06/2018

Plan mondial d'actionnariat salarié 'Link 2018'...