En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 850.77 PTS
-0.94 %
4 838.0
-1.04 %
SBF 120 PTS
3 849.78
-1.09 %
DAX PTS
10 830.49
-0.86 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.129
-0.62 %

Suicides à France Telecom: le procès prévu au printemps à Paris

| AFP | 341 | Aucun vote sur cette news
Le logo d'Orange.
Le logo d'Orange. ( ERIC PIERMONT / AFP )

Orange (ex-France Telecom), son ancien PDG Didier Lombard et six autres cadres et dirigeants seront jugés à partir du mois de mai dans l'affaire de la vague de suicides devenue le symbole de la souffrance au travail, a appris mercredi l'AFP de sources concordantes.

Le procès devrait se tenir du 6 mai au 2 juillet 2019 au tribunal de Paris, devant la 31e chambre correctionnelle, spécialisée notamment dans les affaires relatives au travail et à la santé, selon ces sources.

Le 12 juin, la juge d'instruction avait renvoyé sur le banc des prévenus Orange, Didier Lombard et deux autres anciens dirigeants Louis-Pierre Wenes, ex-numéro 2, et Olivier Barberot, ex-responsable des ressources humaines pour qu'ils soient jugés pour "harcèlement moral". A leur côté, quatre cadres devront répondre de "complicité de harcèlement moral".

Une audience de procédure se tiendra le 6 décembre pour fixer définitivement le calendrier de ce procès où sont attendues de nombreuses parties civiles. Pour la première fois, la justice aura à trancher une affaire de harcèlement moral d'une telle ampleur au sein d'une entreprise de cette taille, près de 10 ans après le début des actions judiciaires.

Le fleuron des télécoms français et son ancien n°1 sont notamment poursuivis pour avoir mis en place une "politique d'entreprise visant à déstabiliser les salariés et agents et à créer un climat anxiogène", selon l'ordonnance de la juge d'instruction. En cause, des pratiques répétées telles que des "incitations répétées au départ", des mobilités "forcées", des missions "dévalorisantes", ou encore des "manœuvres d'intimidation".

Frappée par une épidémie de suicides en 2008 et 2009, France Telecom a été la première entreprise du CAC 40 à être mise en examen pour harcèlement moral.

La procédure judiciaire avait retenu le cas de trente-neuf salariés: dix-neuf se sont suicidés, douze ont tenté de le faire, et huit ont subi un épisode de dépression ou un arrêt de travail. Mais plusieurs des cadres poursuivis pour "complicité" contestent avoir eu avec certaines victimes un lien hiérarchique susceptible d'engager leur responsabilité.

"Nous entendons profiter de ces 2 mois pour faire reconnaître la responsabilité de l’employeur dans les drames survenus de 2007 à 2010", a réagi dans un communiqué le syndicat Sud-PTT, le premier à avoir déposé plainte en septembre 2009.

Engagé dans le délicat virage de la privatisation et des nouvelles technologies, le groupe voulait supprimer 22.000 postes entre 2006 et 2008 et procéder à 10.000 changements de métier, dans le cadre d'un plan de réorganisation baptisé NEXT.

Au cours de l'enquête, l'entreprise et plusieurs cadres et dirigeants ont nié l'existence d'objectifs de réduction d'effectifs, avançant de simples "estimations" tandis que d'autres ont présenté la restructuration comme une opération de sauvetage.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 14/12/2018

Un manifestant environnementaliste en marge de la conférence climat (COP24) à Katowice (Pologne) le 8 décembre 2018. ( Janek SKARZYNSKI / AFP )Entre retards, désaccords et pressions de toutes…

Publié le 14/12/2018

Des abeilles dans une ruche à Rome le 26 juillet 2018. ( TIZIANA FABI / AFP )En Finlande, des scientifiques ont mis au point ce qu'ils croient être le premier vaccin au monde pour protéger les…

Publié le 14/12/2018

Les dirigeants européens réunis à Brxuelles au deuxième jour du sommet, le 14 décembre 2018 ( ludovic MARIN / AFP )Les dirigeants européens approuveront vendredi lors d'un sommet européen…

Publié le 14/12/2018

Des policiers s'activent dans la rue où Chérif Chekatt a été tué le 13 décembre 2018 à Strasbourg ( Alain JOCARD / AFP/Archives )Deux personnes de l'entourage de l'assaillant de l'attentat…

Publié le 14/12/2018

Locke was known for a decade-long personal and professional relationship with Clint Eastwood ( / AFP )L'actrice américaine Sondra Locke, nommée aux Oscars, est décédée à 74 ans d'un cancer,…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Les marchés actions se replient nettement en raison de craintes sur la croissance mondiale. En Chine, la croissance de la consommation en novembre est au plus bas depuis 15 ans à +8,1% et la…

Publié le 14/12/2018

Rothschild & Co remplacera Solocal Group au sein de l’indice SBF 120 à partir du 24 décembre 2018, a annoncé Euronext.source : AOF

Publié le 14/12/2018

2,1 Milliards d'Euros...

Publié le 14/12/2018

Le titre casse un large canal baissier en place depuis mai dernier. Du côté des indicateurs techniques, les cours évoluent au-dessus de leurs moyennes mobiles à 20 et 50 séances tandis que le RSI…

Publié le 14/12/2018

LVMH a frappé un grand coup. Le groupe français a conclu un accord pour acquérir la chaîne d'hôtels haut de gamme Belmond. La transaction valorise les fonds propres de Belmond 2,6 milliards de…