En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-4.23 %
4 311.50
-4.97 %
SBF 120 PTS
3 414.93
-4.22 %
DAX PTS
9 632.52
-3.68 %
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
-3.91 %

Sous Trump, dette et déficit ne font plus bondir les républicains

| AFP | 602 | 3 par 2 internautes
Une horloge affiche le montant de la dette américaine, lors de la convention républicaine de 2012
Une horloge affiche le montant de la dette américaine, lors de la convention républicaine de 2012 ( ROBYN BECK / AFP/Archives )

Les opposants républicains attachés au sacro-saint équilibre budgétaire n'avaient de cesse de dénoncer les dépenses de l'administration Obama. Depuis l'élection de Donald Trump, ils restent silencieux, malgré une dette qui se creuse et un équilibre budgétaire qui vient d'être repoussé.

"Mon parti s'intéresse énormément aux déficits lorsqu'un président démocrate est à la Maison Blanche. La pire chose du monde était le déficit lorsque Barack Obama était président", a récemment dit le chef de cabinet de Donald Trump et ancien directeur du budget à la Maison Blanche, Mick Mulvaney, selon le Washington Post.

Les "faucons de la fiscalité" républicains attaquaient en permanence le président démocrate sur son budget, qu'il s'agisse des dépenses engagées pour relancer l'économie après la crise financière de 2008, ou de la réforme du système de santé.

Lors de la convention républicaine pour l'élection présidentielle en 2012, une horloge géante avait été affichée qui égrenait les milliers de milliards de la dette américaine sous l'administration Obama.

Croissance des Etats-Unis
Croissance des Etats-Unis ( / AFP )

Mais depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en janvier 2017, ils gardent le silence. Même lorsque le président annonce qu'il repousse l'équilibre à 2035, au lieu de 2030, ne s'embarrassant plus de rigueur budgétaire, qui a pourtant été le mantra de son parti depuis des décennies.

"Les faucons fiscaux sont clairement une espèce en voie de disparition", a dit à l'AFP Bill Hoagland, ancien expert budgétaire au Sénat.

"Les faucons fiscaux que l'on a le plus entendus sous l'administration Obama sont restés largement silencieux" depuis l'élection de Donald Trump, a commenté Romina Boccia du centre d'études conservateur Heritage foundation.

Ce changement d'attitude trahit un "opportunisme politique" des républicains, qui utilisaient la dette et le déficit pour s'attaquer à Barack Obama, estime Ben Ritz, du groupe de réflexion Progressive Policy Institute, qui penche vers la gauche.

"Nous voyons que ces gens qui critiquaient Obama pour de biens plus faibles niveaux de débit, sont d'un coup d'accord pour des niveaux beaucoup plus élevés sous la présidence Trump", déplore-t-il.

"le roi de la dette"

le chef de cabinet de Donald Trump et ancien directeur du budget à la Maison Blanche, Mick Mulvaney, le 17 octobre 2019 à Washington
le chef de cabinet de Donald Trump et ancien directeur du budget à la Maison Blanche, Mick Mulvaney, le 17 octobre 2019 à Washington ( JIM WATSON / AFP/Archives )

L'ancien président de la Chambre des représentants, Paul Ryan qui s'opposait avec virulence à Barack Obama, attaquait le président démocrate sur ses politiques fiscales qui auraient pu conduire à "la vague rouge de la dette".

Et Donald Trump qui, pendant sa campagne présidentielle de 2016, s'était lui-même surnommé "le roi de la dette", aurait récemment, dans une réunion à huis clos, demandé "Mais qui s'en préoccupe, du budget?", selon le Washington Post.

Or, s'il n'y a plus personne pour stopper cette escalade, atteindre de tels niveaux de dette et de déficit pourraient rendre les Etats-Unis incapables de combattre une prochaine récession, alors que le pays, en croissance depuis 11 ans, connaît sa plus longue période d'expansion économique.

"Les intérêts (de la dette) pourraient devenir le plus important programme du gouvernement fédéral", s'inquiète Marc Goldwein, du centre d’études Committee for a Responsible Federal Budget, qui souligne que "votre dette ne peut pas croître plus vite que l'économie ad vitam aeternam".

Le président de la Banque centrale américaine (Fed), a récemment appelé à profiter des bons chiffres de l'économie américaine pour réduire le déficit budgétaire, soulignant notamment qu'"un budget fédéral plus durable peut soutenir l'économie à long terme".

La dette et le déficit rampants rendent plus difficile pour le gouvernement d'accélérer les dépenses afin de soutenir une économie ralentie.

Le déficit budgétaire devrait atteindre 1.015 milliards de dollars à la fin de l'année fiscale en septembre, et la dette devrait représenter 81% du PIB cette année, selon les services du budget du Congrès.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

"Nous nous préparons à devoir faire face à un climat économique entièrement nouveau du fait de la crise du COVID-19"...

Publié le 27/03/2020

Le secteur du tourisme à Paris a été affecté par un ralentissement sur le 1er trimestre 2019 dû au mouvement des gilets jaune et par un second ralentissement en décembre 2019 relatif aux…

Publié le 27/03/2020

Thierry Lescasse reprend les fonctions de Benoît Jacheet, dont la mission prend fin avec l'aboutissement du plan de restructuration financière...

Publié le 27/03/2020

Le Groupe CAFOM, acteur majeur de l'équipement de la maison en Europe et en Outre-Mer, fait un point sur l'impact à ce jour de l'épidémie de Covid-19...

Publié le 27/03/2020

ALD dit surveiller étroitement l'évolution du Covid-19 (Coronavirus) et a mis en place les mesures nécessaires pour maintenir la continuité de ses...