En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 160.52 PTS
-
5 168.50
-
SBF 120 PTS
4 093.58
-
DAX PTS
11 309.21
-
Dowjones PTS
25 891.32
+0.03 %
7 066.61
+0.16 %
1.134
+0.07 %

Sous la neige, les stations de ski vosgiennes veillent sur leur or blanc capricieux

| AFP | 178 | Aucun vote sur cette news
Des skieurs empruntent un télésiège de la station du Lac Blanc le 29 janvier 2019
Des skieurs empruntent un télésiège de la station du Lac Blanc le 29 janvier 2019 ( Frederick FLORIN / AFP/Archives )

Le manteau blanc est épais, les remontées mécaniques battent la mesure: les récentes chutes de neige sont une aubaine pour les stations de ski des Vosges qui chaque année jouent leur saison au poker avec une météo capricieuse, au point parfois de jeter l'éponge.

"La neige est excellente. On ne sait pas si ça va durer, il faut en profiter", savoure Gérard, 82 ans à l'arrivée d'une piste de la station du Lac Blanc (Haut-Rhin).

Après un Noël quasiment sans ski, le froid et la neige de ces dernières semaines ont permis d'ouvrir la plupart des pistes dans la douzaine de stations du massif, petit poucet du marché du ski en France avec le Jura et le Massif Central.

"Cela permet d'aborder sereinement les vacances" scolaires débutant samedi, se réjouit Patrice Perrin, directeur de la société exploitant les remontées du Lac Blanc.

Mais à des altitudes oscillant entre 900 et 1.300 mètres, où pluie et neige alternent souvent, la sérénité est loin d'être toujours de mise en moyenne montagne, avec une variabilité qui va s'accentuer du fait du changement climatique, selon les météorologistes.

Skieurs photographiés sur le domaine de la station le Lac Blanc le 29 janvier 2019 à Orbey
Skieurs photographiés sur le domaine de la station le Lac Blanc le 29 janvier 2019 à Orbey ( FREDERICK FLORIN / AFP/Archives )

"Déjà autrefois, il y avait une grande variabilité et pas d'hiver type, mais ça va être encore plus compliqué", constate Bruno Vermot-Desroches du centre Météo France de Besançon. Le météorologiste relève sur le long terme une perte de jours d'enneigement en comparant des périodes de 30 ans, "des redoux de plus en plus doux" et une remontée de la limite d'enneigement.

"Coup de poker"

Au Gaschney, les téléskis sont immobiles. La "station sportive des Vosges" a fermé cet hiver, laissant ses pistes non damées au plaisir des skieurs de randonnée ou des marcheurs en raquette.

"Quand les conditions étaient là, les skieurs venaient au Gaschney, mais c'est un coup de poker régulier", regrette Philippe Kalt. Lui et ses cinq associés en ont "eu un peu marre" de cette neige capricieuse, des pistes battues par le vent et des collectivités aux budgets en baisse, freinant sur les investissements.

Les sept pistes du Tanet sont elles ouvertes. "Les conditions sont exceptionnellement bonnes. Mais les variations de température, on commence à savoir ce que c'est, ça peut être bien aujourd'hui et se dégrader demain", explique Thierry Hiniger, qui exploite bénévolement la station avec douze artisans-commerçants locaux. Une remontée des températures est annoncée ce week-end.

Des touristes photographiés dans la station le Lac Blanc le 29 janvier 2019 à Orbey
Des touristes photographiés dans la station le Lac Blanc le 29 janvier 2019 à Orbey ( FREDERICK FLORIN / AFP/Archives )

Les plus grosses stations comme le Lac Blanc, le Schnepfenried, la Bresse, Gérardmer ou le Ballon d'Alsace jouent, au prix de millions d'euros, avec la neige de culture pour ouvrir davantage.

"La clé est de pouvoir sécuriser le manteau neigeux", explique Michael Barthelmé, directeur du syndicat mixte du Lac Blanc. Cela peut faire gagner autour d'un mois d'ouverture.

De l'avis quasi-unanime, il faut d'autres activités pour faire vivre les stations pour tous, skieurs ou pas, toute l'année.

Au Markstein comme à La Bresse, la luge se pratique aussi sur rail et au Lac Blanc, le télésiège s'équipe au printemps de porte-vélos pour faire du vélo de descente.

Itinéraires de randonnée ou de VTT, jeux de piste, sentiers pédagogiques, activités bien-être... "On vise le +quatre saisons+", explique Marc Levy, directeur général d'Alsace Destination Tourisme. "Maintenant, il faut que les vélos soient aussi prêts (à être sortis) que les skis."

Venir skier

De là à envisager un lointain futur sans neige ? Au printemps dernier, les professionnels étaient conviés à Colmar à un colloque sur le changement climatique et l'avenir de l'enneigement dans les Vosges.

"Il ne faut pas non plus se dire que c'est terminé et qu'il n'y a plus de ski", insiste Patrice Perrin, qui "croit au produit neige".

Des skieurs photographiés dans la station le Lac Blanc le 29 janvier 2019 à Orbey
Des skieurs photographiés dans la station le Lac Blanc le 29 janvier 2019 à Orbey ( FREDERICK FLORIN / AFP )

"Le massif des Vosges a toujours été dans une situation où rien n'est assuré. Il a toujours fallu savoir s'adapter, être réactif", estime lui Cyril Braesch, directeur du syndicat mixte des stations de la vallée de Munster. Sur le développement des stations, "on ne peut pas réfléchir à ce jour à 30 ans, on est sur une échelle de 10-15 ans", insiste-t-il.

"Cela évolue très lentement et c'est la difficulté. Quand cela devient-il problématique ?", interroge le météorologiste Bruno Vermot-Desroches.

Habitant à 1.100 mètres d'altitude depuis 30 ans, Thierry Hiniger a le sentiment que déjà "c'est plus pareil". Mais pour faire vivre les stations des Vosges, rappelle-t-il, "il faut tout simplement venir skier!".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

Le patrimoine immobilier de Selectirente est constitué de 344 murs de commerces d'une valeur de 233 ME...

Publié le 19/02/2019

  RÉSULTATS 2018 EN PROGRESSION   Paris, 19 février 2019       RÉSULTATS FINANCIERS 2018[1] SUPÉRIEURS AUX OBJECTIFS Chiffre d'affaires : 4,1…

Publié le 19/02/2019

Le produit net des opérations se chiffre à environ 21 ME, ce qui porte la valeur de la coentreprise Proseat à 8,5 fois l'Ebitda moyen (2016-2018)...

Publié le 19/02/2019

Cette acquisition permet au groupe français de devenir un des leaders de ce marché aux USA...

Publié le 19/02/2019

Paris, le 19 février 2019, 19h00   Chiffre d'affaires T4 2018 Priorité au retour à la rentabilité sur le nouveau périmètre     …