En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 447.44 PTS
+0.00 %
5 441.50
-0.11 %
SBF 120 PTS
4 358.59
+0.00 %
DAX PTS
12 765.94
-
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
+0.00 %
Nikkei PTS
22 826.19
+0.14 %

FMI: les tensions commerciales pourraient faire "dérailler" la croissance mondiale

| AFP | 430 | Aucun vote sur cette news
Le chef économiste du FMI, Maurice Obstfeld (d), et le vice-directeur du département de recherche  Gian Maria Milesi-Ferretti (g) s'adressent à la presse à Washington, le 17 avril 2018
Le chef économiste du FMI, Maurice Obstfeld (d), et le vice-directeur du département de recherche Gian Maria Milesi-Ferretti (g) s'adressent à la presse à Washington, le 17 avril 2018 ( SAUL LOEB / AFP )

Les tensions commerciales pourraient faire "dérailler" après 2020 la solide croissance mondiale, actuellement portée par les Etats-Unis, l'Europe et les pays émergents, a prévenu mardi le Fonds monétaire international en prélude de ses réunions de printemps.

Après avoir progressé de 3,8% en 2017, le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait accélérer à 3,9% en 2018 et en 2019, soit un rythme inchangé par rapport aux précédentes prévisions de janvier, a annoncé le FMI.

Près de dix ans après le début de la récession mondiale, l'économie de la planète évolue dans une bonne dynamique grâce aux échanges de biens et de services dont le volume devrait s'accroître de 5,1% cette année après 4,9% en 2017.

Pour 2018, les prévisions ont même encore été relevées pour les Etats-Unis (2,9%), dopés par leur réforme fiscale, pour les pays de la zone euro (2,4%) dont la France, qui a engagé des réformes, l'Italie et l'Espagne ainsi que pour le Brésil (2,3%) qui conforte sa sortie de récession.

Le FMI note en outre la performance solide du Japon et de la Chine avec des prévisions de croissance respectives de 1,2% et 6,6% tandis que l'Inde va elle aussi contribuer au dynamisme mondial (+7,4%).

Mais "sur cette toile de fond positive, les perspectives d'un conflit sur le commerce détonnent", a commenté le chef économiste du FMI, Maurice Obstfeld, lors d'une conférence de presse.

- Confiance minée? -

FMI : la croissance par pays
FMI : la croissance par pays ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Depuis mars, les Etats-Unis ont multiplié les mesures protectionnistes. Après avoir imposé le 8 mars des droits de douane de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, l'administration Trump a dressé une liste provisoire de produits chinois représentant 50 milliards d'importations susceptibles d'être soumis à leur tour à de nouvelles taxes américaines pour compenser des pratiques commerciales jugées "déloyales".

A Washington qui l'accuse d'imposer un "transfert forcé de technologies américaines" et de "vol de propriété intellectuelle", le géant asiatique a répliqué avec des représailles dans des proportions identiques visant les produits américains, ce qui a poussé le président américain Donald Trump à surenchérir en menaçant de viser pour 150 milliards de dollars d'importations chinoises.

"A ce stade, bien que des coups de semonce aient été tirés, il s'agit davantage d'une +drôle de guerre+", a réagi Maurice Obstfeld car les mesures n'ont été mises en oeuvre ni d'un côté, ni de l'autre.

Pour autant, cette politique protectionniste risque de "miner la confiance" et de "faire dérailler prématurément la croissance mondiale", a-t-il reconnu.

Si l'économiste s'est refusé à ce stade à avancer dans quelle mesure la croissance pourrait être affectée, il a souligné que l'incertitude liée à ces tensions commerciales était de nature à freiner les investissements et à tirer vers le bas les marchés boursiers.

- Multiples risques persistants -

Le libre-échange a non seulement contribué à une solide expansion des économies avancées mais a aussi permis aux pays émergents et aux pays pauvres "de faire d'incroyables avancées en matière d'éradication de la pauvreté", a également argué Maurice Obstfeld, exhortant les pays à s'engager dans une voie consensuelle pour résoudre leurs différends.

M. Obstfeld a souligné qu'une guerre commerciale ne ferait que des perdants, se référant aux années 1930 lorsque le sénateur américain Reed Smoot avait relevé les barrières douanières sur des milliers de produits, provoquant une dégringolade des échanges internationaux. Ces taxes avaient non seulement effacé la plus grande partie des bénéfices tirés de la mondialisation mais aussi aggravé la Grande Dépression.

A court terme, les risques pour la croissance sont plutôt limités, estime néanmoins le FMI mais au-delà du commerce, une série de menaces persiste à plus long terme.

Prévisions de croissance du FMI par région
Prévisions de croissance du FMI par région ( AFP / AFP )

"Les économies avancées se heurtent au vieillissement de la population, à la diminution du taux de participation au marché du travail et à une faible croissance de la productivité", a notamment résumé l'économiste du FMI. Aux Etats-Unis, le stimulus lié à la réforme fiscale va en outre finir par s'estomper.

Le FMI note également que les pays exportateurs de matières premières doivent diversifier leurs économies s'ils veulent accroître leur expansion et leur capacité de résistance en cas de crise. Enfin, les risques géopolitiques ne devraient pas non plus être sous-estimés.

"Le tableau général est actuellement lumineux. Mais nous pouvons voir des nuages plus sombres pointer à l'horizon", avait résumé la directrice générale du FMI Christine Lagarde la semaine dernière.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

Publicis a enregistré une baisse organique de ses revenus de 2,1% au deuxième trimestre, à 2,198 milliards d'euros. Son activité avait progressé de 1,6% au premier trimestre. Le groupe incrimine…