En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 097.61 PTS
+0.57 %
5 101.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 080.58
+0.63 %
DAX PTS
11 487.26
+0.65 %
Dowjones PTS
25 080.50
-0.81 %
6 769.87
+0.00 %
1.134
+0.30 %

Société Générale rectifie le montant prévu pour solder les sanctions américaines

| AFP | 319 | Aucun vote sur cette news
La Société Générale a rectifié le montant prévu pour régler un litige avec les autorités américaines lié à des embargos imposés par Washington, qui s'élèvera à 1,1 milliard d'euros contre 1,2 milliard annoncé la veille
La Société Générale a rectifié le montant prévu pour régler un litige avec les autorités américaines lié à des embargos imposés par Washington, qui s'élèvera à 1,1 milliard d'euros contre 1,2 milliard annoncé la veille ( Pascal GUYOT / AFP/Archives )

La banque française Société Générale a rectifié mardi le montant prévu pour régler un litige avec les autorités américaines lié à des embargos imposés par Washington, qui s'élèvera à 1,1 milliard d'euros contre 1,2 milliard annoncé la veille.

"Au sein de la provision pour litiges s'élevant à 1,43 milliard d'euros, environ 1,1 milliard en contre-valeur euro est alloué au dossier sanctions américaines", a indiqué la banque française, qui avait d'abord annoncé lundi que ce montant s'élevait à 1,2 milliard d'euros.

Société Générale affirmait s'attendre à ce que "le montant des amendes dans le dossier sanctions américaines soit presque intégralement couvert par la provision pour risques allouée à ce dossier".

Elle tablait sur une clôture du dossier "dans les prochaines semaines", la banque déclarant être entrée "dans une phase de discussions plus actives" avec les diverses autorités américaines qui enquêtent sur ses anciennes transactions litigieuses avec des pays sous embargo économique américain.

Parmi elles, figure l'OFAC, le bureau du Trésor américain gérant les sanctions financières à l'encontre des organisations ayant contourné les sanctions économiques décidées par les Etats-Unis contre des pays tels que l'Iran, le Soudan ou Cuba.

La banque, comme de nombreux groupes occidentaux, se montre très prudente en matière d'embargos américains.

"Des différences entre les régimes européens et américains sont susceptibles de générer des risques opérationnels importants pour les établissements financiers. Compte tenu des incertitudes qui subsistent, le groupe Société Générale n'a pas envisagé, à ce stade, de reprendre ses activités commerciales avec l'Iran et maintient une politique très encadrée vis-à-vis de la Russie", est-il mentionné dans le document de référence du groupe.

En mai, l'administration Trump a annoncé le retrait unilatéral des Etats-Unis de cet accord et a rétabli de sévères sanctions économiques envers la République islamique et les entreprises étrangères ayant des liens avec elle, qui risquent alors de lourdes amendes.

A l'image de BNP Paribas, qui en 2014 avait écopé d'une amende record de 6,6 milliards d'euros infligée par les Etats-Unis.

Depuis le retour des sanctions, de nombreux groupes étrangers ont annoncé mettre un terme à leurs activités en Iran, à l'instar de l'Allemand Daimler ou des Français, Total et Air Liquide.

L'annonce de cette provision pour litiges intervient alors que Société Générale a déjà soldé début juin deux autres gros litiges qui l'empoisonnaient depuis des années: des soupçons de corruption avec le fonds souverain libyen et les manipulations du taux interbancaire Libor.

A la Bourse de Paris, le titre de Société Générale perdait mardi à 11H33 (09H33 GMT) 0,13% dans un marché en baisse de 0,93%.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/11/2018

Lexibook a accusé au premier semestre de son exercice 2018/2019 une perte nette de 553 700 euros contre une perte de 81 500 euros au 30 septembre 2017. La perte d'exploitation est ressortie à 481…

Publié le 15/11/2018

Les revenus locatifs de Cegereal ont progressé de 1,03% au 30 septembre, pour s’élever à 39,2 millions d’euros. Le taux d'occupation a progressé de 3,3 points, à 92,9%. Après avoir…

Publié le 15/11/2018

Bouygues s'adjuge 4% à 33,8 euros dans les premiers échanges, les opérateurs saluant la publication de bonne facture du conglomérat...

Publié le 15/11/2018

Le gouvernement de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud a confié à Lendlease Samsung Bouygues Joint-Venture (LSBJV), composée de Lendlease Engineering,...

Publié le 15/11/2018

L'activité se stabilise et les résultats s'améliorent...