En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 772.59 PTS
+0.39 %
4 772.0
+0.39 %
SBF 120 PTS
3 789.13
+0.34 %
DAX PTS
10 788.40
+0.44 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.00 %
1.141
+0.35 %

Société Générale: enquête préliminaire sur des transactions avec la Libye

| AFP | 455 | Aucun vote sur cette news
Société générale est soupçonnée d'avoir violé des lois anticorruption françaises dans ses relations avec le fonds souverain libyen
Société générale est soupçonnée d'avoir violé des lois anticorruption françaises dans ses relations avec le fonds souverain libyen ( Justin TALLIS / AFP/Archives )

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet national financier (PNF) sur d'éventuelles violations des lois anticorruption françaises par la Société Générale dans ses relations avec le fonds souverain libyen, révèle la banque dans son dernier document de référence daté de lundi.

"En septembre et octobre 2017, Société Générale a (...) reçu deux réquisitions judiciaires relatives à ses relations avec la LIA (Libyan Investment Authority, ndlr) dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier", écrit le groupe français dans ce document.

La Société Générale précise que les documents demandés sont "en cours de communication". Les faits incriminés n'ont pas été précisés par la banque.

Contacté par l'AFP, le PNF a confirmé l'ouverture de cette enquête préliminaire.

Dans un autre volet du dossier, la banque a déjà versé en mai 963 millions d'euros pour solder un contentieux avec la LIA, juste avant l'ouverture d'un procès civil à Londres.

Elle était poursuivie depuis fin 2014 pour corruption par ce fonds souverain, qui lui réclamait 1,5 milliard de dollars de dédommagement pour des pertes subies sur des placements confiés au groupe français.

La LIA accusait la banque française d'avoir versé au moins 58 millions de dollars de pots-de-vin à Leinada, une structure basée au Panama et dirigée par Walid Giahmi, un proche de Seif al-islam Kadhafi, fils de Mouammar Kadhafi.

Selon le fonds souverain, "les paiements s'effectuaient en contrepartie de supposés services de conseil" qui ont conduit la LIA à investir 2,1 milliards de dollars (1,5 milliard d'euros) dans des obligations émises par la Société Générale et plusieurs de ses filiales entre fin 2007 et mi-2009.

Aux États-Unis, les autorités judiciaires et financières ont également réclamé à la Société Générale des documents concernant ses relations avec des entités libyennes. Le groupe français a engagé des discussions afin de trouver un accord mettant un terme à la procédure.

"Un tel accord prévoirait le paiement par Société Générale d'une amende et pourrait en outre lui imposer d'autres sanctions", prévient la banque, qui juge "possible, sans être certain", que les discussions aboutissent à un accord "dans les prochaines semaines ou les prochains mois", dans ce document de référence.

Créée en 2006 pour gérer les revenus pétroliers de la Libye, la LIA, ancien bras financier du régime de Mouammar Kadhafi, au pouvoir de 1969 à sa mort en octobre 2011, a investi des milliards de dollars pendant la deuxième moitié des années 2000 dans divers produits financiers proposés par des banques occidentales.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

L'équipe d'analystes de TradingSat.com a sélectionné pour les investisseurs actifs désireux de diversifier leur portefeuille un certificat, qui réplique l'inverse de la dynamique des cours du…

Publié le 19/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est orienté à la hausse, soutenu par une oblique haussière depuis la mi-octobre. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50…

Publié le 19/12/2018

Ceconomy lance son troisième avertissement sur résultat de l’année, et inquiète un peu plus les investisseurs. Ainsi le titre du groupe allemand décroche de 10,71% à 3,25 euros en bourse,…

Publié le 19/12/2018

Evolution possible du capital...

Publié le 19/12/2018

Après sa forte chute de la veille, Solocal Group se ressaisit légèrement, sur un gain de 1% à 0,504 euro...