En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 793.30 PTS
-0.14 %
4 796.5
+0.08 %
SBF 120 PTS
3 807.69
-0.12 %
DAX PTS
10 819.70
+0.44 %
Dowjones PTS
23 592.98
-2.11 %
6 448.39
+0.00 %
1.138
+0.26 %

SNCF: Pepy annonce un "nouveau pacte social", une "provocation" pour les syndicats

| AFP | 361 | Aucun vote sur cette news
Portrait du PDG de la SNCF Guillaume Pepy à La Plaine Saint-Denis, au nord de Paris le 26 juillet 2018
Portrait du PDG de la SNCF Guillaume Pepy à La Plaine Saint-Denis, au nord de Paris le 26 juillet 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP )

Le patron de la SNCF Guillaume Pepy est repassé à l'offensive sur le statut des cheminots en précisant que le "nouveau pacte social" de la compagnie ferroviaire concernerait tous les agents, au grand dam des principaux syndicats, qui crient à la "provocation".

"Il ne peut y avoir de SNCF à deux vitesses, avec les statutaires d'un côté, et les nouveaux salariés, de l'autre", expose Guillaume Pepy au cours d'un entretien publié jeudi par Les Échos dans lequel il annonce un "nouveau pacte social" pour "tous les cheminots", y compris donc ceux qui ont été embauchés au statut.

Va-t-il leur "demander des efforts" ? "Oui", répond le patron de la SNCF, provoquant l'ire des syndicats, trois mois après l'adoption de la réforme ferroviaire malgré une grève d'une durée inédite de 36 jours.

Les deux premières organisations représentatives, la CGT Cheminots et l'Unsa Ferroviaire, ont dénoncé une "politique du champ de ruines" et une "provocation" dans des communiqués.

Pour l'Unsa Ferroviaire, Guillaume Pepy "joue clairement la carte de la provocation" et "souffle sur des braises".

Dans cet entretien où il donne les grandes lignes de sa stratégie dans la perspective de l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs à partir de décembre 2019, le patron de la SNCF indique que les "dispositions du statut vont bouger".

"On nous disait que le statut serait conservé en l'état, on voit aujourd'hui que c'est faux: les masques tombent", a réagi Erik Meyer, porte-parole de Sud Rail (3e syndicat), contacté par l'AFP.

Selon lui, le patron de la SNCF "n'a pas découvert maintenant" que la réforme ferroviaire créerait un "double statut".

À partir du 1er janvier 2020, en vertu de celle-ci, les nouvelles recrues ne seront plus embauchées au statut mais dans un cadre contractuel qui reste à négocier.

- Des garanties du statut "préservées" -

Le "nouveau pacte social" sera "différent d'aujourd'hui mais pas moins attractif", assure Guillaume Pepy en listant les "garanties fondamentales du statut" qui seront "préservées": celles sur "l'emploi, le droit syndical ou encore le régime de retraite".

Des rails ferroviaires à Aix-en-Provence, pris le 1er juillet 2018
Des rails ferroviaires à Aix-en-Provence, pris le 1er juillet 2018 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

En revanche, "l'automaticité de la progression professionnelle" devra "être renégociée avec les partenaires sociaux", annonce-t-il, afin que "les salariés d'aujourd'hui comme ceux de demain soient traités avec équité".

Didier Aubert, secrétaire général de la CFDT Cheminots (4e syndicat), estime, à contre-courant des autres organisations syndicales, qu'il est "évident" que le nouveau pacte doit "concerner tous les cheminots".

L'important, estime-t-il, est la "négociation à venir" pour obtenir un "pacte attractif": "Nous avons l'habitude des sorties de M. Pepy, ça ne nous émeut plus".

L'annonce d'un "pacte social" commun n'est qu'une demi-surprise: dès le mois de mars, Guillaume Pepy avait évoqué de possibles évolutions des conditions de travail des cheminots, y compris de ceux qui conserveraient le statut.

"Ça n'empêche pas de moderniser la façon dont on met en œuvre ce cadre statutaire, comment le processus de notation est fait, comment les processus de formation sont faits", avait expliqué à l'époque le patron de la SNCF.

Reste que pour l'Unsa, il est "inacceptable" que Guillaume Pepy annonce son intention de "durcir le nouveau pacte ferroviaire" en parallèle des négociations en cours sur la convention collective nationale (CCN) de la branche ferroviaire.

La future CCN fixera le cadre social qui s'appliquera à l'ensemble des salariés des entreprises du transport ferroviaire.

Didier Aubert s'interroge, lui, sur le calendrier de l'annonce, à quelques jours de la journée d'action interprofessionnelle de mardi prochain, pour laquelle la CGT Cheminots et Sud Rail ont appelé à la grève.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Beijing (Pékin) - Artprice, suite à différentes dates invoquées par des tiers, se doit de préciser ce 18 décembre que le démarrage officiel de la commercialisation des…

Publié le 18/12/2018

A l'occasion de sa visite sur le campus de Polytechnique à Paris-Saclay pour inaugurer l'IPVF et signer la Chaire Trend X, Patrick Pouyanné, PDG de...

Publié le 18/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/12/2018

   CRÉDIT AGRICOLE S.A.       Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex…

Publié le 18/12/2018

   CRÉDIT AGRICOLE S.A.       Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex…