5 427.19 PTS
+0.75 %
5 421.5
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.69 %
DAX PTS
13 183.53
+0.46 %
Dowjones PTS
24 504.80
+0.49 %
6 383.65
-0.16 %
Nikkei PTS
22 866.17
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Montparnasse: trafic TGV toujours perturbé lundi, pagaille en gare

| AFP | 514 | Aucun vote sur cette news
Des passagers attendent à la gare Montparnasse le 30 juillet 2017
Des passagers attendent à la gare Montparnasse le 30 juillet 2017 ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

Le trafic restait perturbé lundi à la gare Paris-Montparnasse, qui dessert l'ouest et le sud-ouest de la France, en raison d'une panne dont l'origine était toujours inconnue de la SNCF, provoquant la pagaille sur place.

"On va annuler quelques trains, on va en regrouper d'autres. On va réussir à faire partir 3 trains sur 4 aujourd'hui (lundi) pour les TGV", a déclaré à franceinfo Rachel Picard, la directrice générale de SNCF Voyages.

En ce qui concerne les autres trains (TER, Transilien, Intercités), "le trafic sera normal", a-t-elle assuré.

Le site internet dédié aux Transilien indiquait toutefois que le trafic était perturbé sur certaines lignes, faisant état de ralentissements et de suppressions de trains.

Mme Picard a ajouté qu'elle conseillait "plutôt de reporter" son voyage si possible, puisque les conditions en gare "ne vont pas être idéales".

Le hall de la gare Montparnasse était ainsi bondé, a constaté lundi matin une journaliste de l'AFP. Des centaines de voyageurs attendaient sous les panneaux d'affichage, certains l'air abattu, assis sur leurs valises.

"Mon train n'est pas affiché alors que sur l'appli il l'était", a expliqué Marion Thoilliez, 38 ans, qui est arrivée de Reims et doit aller à Vannes.

Martine Mousset, 66 ans, s'est d'abord rendue avec son mari à la gare d'Austerlitz. "Mais on m'a dit de venir ici (à Montparnasse) et là, mon TGV est annulé. On aurait pu prendre celui de 9h52 à Austerlitz mais, là, c'est trop tard", a-t-elle raconté.

Panne d'origine inconnue

L'origine de la panne était toujours inconnue de la SNCF lundi matin.

"On n'a pas eu le temps de faire suffisamment d'investigations cette nuit", a expliqué Mme Picard à Europe 1, précisant que l'enquête était "longue et difficile" en raison des milliers de composants à vérifier "un par un" pour résoudre ce problème électrique.

"On tâchera de fermer plus tôt ce (lundi) soir de façon à donner un maximum de temps aux équipes de techniciens (...) pour rechercher la panne et effectuer les réparations", a-t-elle ajouté.

Cette panne de signalisation avait provoqué la pagaille dimanche à la gare Montparnasse, en interrompant totalement le trafic en plein week-end de chassé-croisé des vacances. Les premiers trains n'ont commencé à circuler que dans l'après-midi.

Pour organiser au mieux le trafic, la compagnie ferroviaire avait dérouté certains trains sur les gares d'Austerlitz et de Massy (Essonne).

"L'objectif hier (dimanche) était d'acheminer le maximum de voyageurs", a souligné Mme Picard, indiquant que "plus de 100 trains", soit "55.000 voyageurs", avaient pu arriver à destination dimanche.

La circulation avait déjà été perturbée au départ et à l'arrivée de Paris-Montparnasse le 17 juillet en raison d'une panne d'alimentation électrique, provoquant des retards pour des centaines de voyageurs.

Problème "quotidien"

"Aujourd'hui, on s'intéresse beaucoup à cette question parce que c'est un moment de départ en vacances", a souligné sur Europe 1, Olivier Faure, chef de file des députés socialistes à l'Assemblée, rappelant que le problème est "quotidien", notamment "sur toutes les lignes d'Ile-de-France".

"On sait qu'il y a eu un problème de gestion des priorités à la SNCF pendant de longues années", a fait valoir de son côté sur France Inter, Gilles Le Gendre, député de Paris (REM).

"On a priorisé les lignes à grande vitesse aux dépens des lignes de proximité et c'est ça qu'on va corriger dans les semaines, les mois et les années qui viennent", a-t-il ajouté.

La politique des transports doit être remise à plat dans les mois qui viennent par la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Lors d'un discours à Rennes début juillet, à l'occasion de l'inauguration de la nouvelle ligne LGV reliant Paris à la capitale bretonne, le président Emmanuel Macron avait affirmé vouloir mettre la priorité sur les "transports du quotidien", plutôt que sur les grands projets.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

Cette acquisition enrichit l'écosystème des microcontrôleurs STM32 avec un environnement de développement intégré (IDE) de premier plan La première offre consolidée est…

Publié le 12/12/2017

L'endettement financier net au 30 septembre 2017 ressort à 4,6 ME...

Publié le 12/12/2017

L'admission des actions nouvelles au nominal de 0,18 euro sur le marché Euronext Paris sera demandée...

Publié le 12/12/2017

La société tiendra un symposium consacré à la nouvelle voie métabolique découverte par le Dr. Catherine Llorens-Cortes...

Publié le 12/12/2017

Ensemble, ces 2 entités ont commercialisé 1.134 véhicules en 2016, dont 51% de véhicules neufs et 49% de véhicules d'occasion, pour un chiffre d'affaires cumulé de 13,5 ME...

CONTENUS SPONSORISÉS