En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 144.61 PTS
-0.46 %
5 145.00
-0.40 %
SBF 120 PTS
4 083.68
-0.41 %
DAX PTS
11 279.24
-0.18 %
Dowjones PTS
25 883.25
+1.74 %
7 055.18
+0.00 %
1.129
-0.17 %

Siemens tacle les "technocrates" qui menacent son mariage avec Alstom

| AFP | 515 | Aucun vote sur cette news
Le patron de Siemens, Joe Kaeser, a lancé mercredi une offensive aussi virulente que politique contre la Commission européenne, qualifiant ses membres de
Le patron de Siemens, Joe Kaeser, a lancé mercredi une offensive aussi virulente que politique contre la Commission européenne, qualifiant ses membres de "technocrates rétrogrades" ( Christof STACHE / AFP )

Le patron de Siemens a lancé mercredi une offensive aussi virulente que politique contre la Commission européenne, qui menace de veto le projet de fusion dans le ferroviaire avec Alstom, qualifiant les décideurs européens de "technocrates rétrogrades".

L'exécutif européen s'apprête à interdire cette union le 6 février, ont indiqué à l'AFP deux sources proches du dossier.

"Sauf si les deux groupes retirent leur projet avant, la Commission va interdire la fusion mercredi", a dit l'une d'entre elles.

"Il y aura sans doute deux interdictions de fusion de la part de la Commission le 6 février", a déclaré une autre source. La seconde concerne un rapprochement de fabricants allemands dans le cuivre (Wieland, Aurubis Rolled Products et Schwermetall), qui ne suscite guère d'intérêt médiatique.

Un porte-parole de la Commission s'est refusé à tout commentaire.

Rarement un projet de mariage entre entreprises n'avait à ce point tourné à l'aigre en public.

"Il va être intéressant de voir si l'avenir de la mobilité (ferroviaire) va être déterminé par des technocrates rétrogrades ou des Européens tournés vers l'avenir", a lancé Joe Kaeser.

Joe Kaeser, PDG du géant allemand Siemens, à Munich le 30 janvier 2019
Joe Kaeser, PDG du géant allemand Siemens, à Munich le 30 janvier 2019 ( Christof STACHE / AFP )

Dans le viseur du patron allemand, la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, qui a exprimé à maintes reprises ses doutes sur la fusion, annoncée en grande pompe en septembre 2017.

Le patron de Siemens, habitué à prendre des positions tranchées dans un milieu d'affaires allemand traditionnellement rétif à se mêler de politique, agite, à quatre mois des élections européennes, les frustrations populaires face à "l'incapacité de l'Union à devenir une véritable puissance".

Règles obsolètes ?

De son côté, Mme Vestager est chargée de veiller à ce que cette union n'écrase pas les plus petits groupes ou ne fasse monter les prix au sein du marché commun.

La Commission s'inquiète de la position dominante que le nouvel ensemble aurait dans la signalisation ferroviaire et les trains à grande vitesse.

"Le droit de la concurrence européen a pris effet il y 30 ans dans un contexte complètement différent", a rétorqué M. Kaeser, jugeant "naïf de croire que les Etats peuvent individuellement faire face à la concurrence chinoise".

L'argument de règles obsolètes et rigides face à la déferlante chinoise dans l'industrie est aussi brandi par le gouvernement français.

"On ne peut pas prendre de décisions industrielles au XXIe siècle sur la base de règles de la concurrence qui ont été définies au XXe siècle", avait déclaré le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avant une rencontre à Paris avec la commissaire Vestager.

Le patron d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, a, lui aussi, émis publiquement des doutes, plus mesurés, sur les chances de réussite de la fusion, assurant qu'il n'avait "pas de certitude" sur la décision de la Commission.

Ni amers, ni énervés

Alstom et Siemens ont rendu publics les désinvestissements proposés à la Commission européenne, qui correspondent à 4% du chiffre d'affaires de l'entité combinée. Ils ont offert vendredi de nouvelles cessions, après avoir pourtant répété qu'ils ne pouvaient pas faire plus.

Alston et Siemens ont offert vendredi de nouvelles cessions pour obtenir l'aval de la Commission européenne
Alston et Siemens ont offert vendredi de nouvelles cessions pour obtenir l'aval de la Commission européenne ( SEBASTIEN BOZON, CHRISTOF STACHE / AFP/Archives )

Dans cette partie de poker menteur, Siemens laisse entendre qu'en cas de veto de la Commission européenne, il n'exclut pas une introduction en Bourse de sa rentable branche Mobility.

L'historique "konzern" (conglomérat) allemand, qui fabrique aussi bien des turbines, des trains, des éoliennes que des logiciels, cherche à gagner en souplesse et en lisibilité face à ses actionnaires. Il a ainsi déjà placé sur le marché ses branches énergies renouvelables (Siemens Gmaesa) et d'imagerie médicale (Siemens Healtineers).

"Nous ne sommes ni amers ni énervés, si cela marche tant mieux pour Siemens-Alstom, pour nos clients, et si cela ne marche pas, nous avons d'autres options", a assuré le dirigeant de Siemens.

Siemens Mobility, en bonne forme, a en effet signé pour 4,55 milliards d'euros de commandes au premier trimestre de son exercice décalé, en hausse de 40% sur un an, notamment pour équiper le métro de Londres. Alstom a enregistré de son côté 3,39 milliards d'euros de prises de commandes sur la même période.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

A l'image du marché, Sanofi pointe en petite baisse en début d'après-midi, en retrait de 0,7% à 77,9 euros...

Publié le 19/02/2019

Safran annonce la construction d’une nouvelle usine Safran Aircraft Engines à Hyderabad, en Inde, dédiée à la production de pièces du moteur LEAP de CFM International ( une société commune…

Publié le 19/02/2019

Plateforme complète conçue pour transformer la façon dont les organisations migrent vers Oracle Cloud...

Publié le 19/02/2019

Karl Lagerfeld, l'une des plus grandes stars de la mode, est décédé à l'âge de 85 ans...

Publié le 19/02/2019

Lors d'une visite en Inde pour le salon 'Aero India', Philippe Petitcolin, Directeur général de Safran, et Shri K...