En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 778.03 PTS
+0.75 %
4 773.0
+0.81 %
SBF 120 PTS
3 797.82
+0.75 %
DAX PTS
10 707.53
+0.80 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.138
+0.25 %

Siemens veut supprimer 6.900 postes, dont la moitié en Allemagne

| AFP | 469 | 3 par 1 internautes
Le patron de Siemens, Joe Kaeser, le 9 novembre 2017 à Munich
Le patron de Siemens, Joe Kaeser, le 9 novembre 2017 à Munich ( Christof STACHE / AFP/Archives )

L'industriel allemand Siemens a annoncé jeudi vouloir supprimer environ 6.900 emplois "dans les prochaines années", dont la moitié en Allemagne, en particulier dans sa branche énergie en plein bouleversement.

"Siemens répond à l'accélération rapide des changements structurels dans la production d'énergies fossiles et le secteur des matières premières", explique le groupe, qui emploie 351.000 salariés dans le monde, dans un communiqué.

En plus des fermetures de sites et réductions de personnel prévues en Allemagne, ce plan prévoit 1.100 suppressions de postes dans le reste de l'Europe et 2.500 hors Europe, dont 1.800 aux Etats-Unis.

Siemens avait annoncé début novembre la suppression de 6.000 emplois dans sa coentreprise Siemens-Gamesa, leader mondial de l'énergie éolienne
Siemens avait annoncé début novembre la suppression de 6.000 emplois dans sa coentreprise Siemens-Gamesa, leader mondial de l'énergie éolienne ( ANDER GILLENEA / AFP/Archives )

Le conglomérat allemand, qui produit aussi bien des turbines à gaz et des éoliennes que des locomotives, évoque le bouleversement né de la montée en puissance "rapide" des énergies renouvelables, "qui mettent sous pression croissante les autres formes de production d'énergie".

Siemens, qui avait déjà taillé dans sa branche énergie dans le cadre d'une vaste restructuration engagée en 2013, souligne la "chute drastique" de la demande mondiale pour les plus grandes turbines à gaz, évaluée à "environ 110 turbines par an" quand les capacités actuelles, tous producteurs confondus, sont estimées à "400 turbines" annuelles.

Dans le détail, le groupe va notamment fermer ses sites de Görlitz (720 emplois) et Leipzig (200 emplois), dans l'est de l'Allemagne, supprimer 640 postes à Mülheim (ouest) et 300 sur son site historique de Berlin et fusionner ses unités d'Offenbach (ouest) et Erlangen (centre).

IG Metall a jugé
IG Metall a jugé "irresponsable" de mettre à la porte des milliers d'employés alors que le groupe affiche des résultats positifs ( CHRISTOF STACHE / AFP/Archives )

Le géant allemand entend cependant éviter les licenciements en "transférant autant que possible les personnes concernées" par la restructuration vers ses 3.200 postes vacants.

Siemens, qui a réalisé un bénéfice net de 6,2 milliards d'euros sur son exercice 2016/17, précise par ailleurs qu'il va "continuer à investir" dans les activités en croissance et qu'il a embauché 39.000 personnes dans le monde en 2017, dont 5.200 en Allemagne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

METabolic EXplorer grimpe de 5,8% désormais à 1,724 euro dans un volume épais représentant 0,2% du tour de table...

Publié le 11/12/2018

Dégonflement de la spéculation...

Publié le 11/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 11/12/2018

L'accord inclut une licence exclusive mondiale et un partenariat de recherche

Publié le 11/12/2018

Avianca revoit ses ambitions à la baisse...