En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 447.44 PTS
-
5 443.00
-
SBF 120 PTS
4 358.59
-
DAX PTS
12 765.94
-
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
-0.19 %
Nikkei PTS
22 826.19
+0.14 %

Shell ferme un oléoduc-clé au Nigeria

| AFP | 241 | Aucun vote sur cette news
Une vue aérienne des installations de Shell au terminal de Bonny, dans le sud du Nigeria, le 22 mars 2013
Une vue aérienne des installations de Shell au terminal de Bonny, dans le sud du Nigeria, le 22 mars 2013 ( PIUS UTOMI EKPEI / AFP/Archives )

Le pétrolier anglo-néerlandais Shell a fermé un oléoduc-clé d'approvisionnement en brut dans le sud du Nigeria en raison d'une fuite, a annoncé mardi la compagnie.

Selon la filiale de Shell, Shell Petroleum Development Corporation of Nigeria Ltd (SPDC), le Trans Niger pipeline (TNP) a été fermé le 21 juillet à B-Dere, dans l'Ogoniland.

"Des efforts sont en cours pour une visite d'enquête conjointe pour déterminer la cause de la fuite et la réparation de l'oléoduc", a déclaré la société dans un court communiqué.

Le TNP nourrit le terminal des exportations de Bonny Light, qui a une capacité de production de 225.000 barils par jour.

Groupes rebelles et bandits de la région ont attaqué à plusieurs reprises l'oléoduc. La situation sécuritaire a obligé Shell à arrêter la production pétrolière dans l'Ogoniland en 1993, mais la compagnie exploite encore un réseau de pipelines traversant la zone.

Des ONG environnementales, dont le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (Mosop), accusent depuis plus de 20 ans Shell de dégradation de l'environnement et de négligence dans cette région du delta du Niger aux mangroves dévastées par la pollution pétrolière.

"S'ils (Shell) veulent notre pétrole, ils doivent s'occuper des gens", a affirmé à l'AFP un porte-parole du Mosop, Fegalo Nsuke.

En 2015, Shell a accepté de payer 70 millions de dollars (63 millions d'euros) de compensation à quelque 15.500 habitants dans l'Ogoniland et a accepté de commencer le nettoyage d'une marée noire en 2008, bien que la compagnie ait toujours assuré que les sabotages artisanaux par les habitants des oléoducs étaient les premières causes de pollution.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Le RevPar (Revenu par chambre) s'établit à 262,29 euros...

Publié le 18/07/2018

L'environnement de marché demeure très porteur pour Voltalia au Brésil...

Publié le 18/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/07/2018

Le chiffre d'affaires de HighCo au 1er semestre 2018 s'élève à 89 ME...

Publié le 18/07/2018

Forbes France a décerné à Esker le prix de la Croissance...