En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-1.21 %
4 905.5
-1.30 %
SBF 120 PTS
3 923.96
-1.36 %
DAX PTS
11 066.41
-1.58 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
-1.75 %
1.137
+0.04 %

Sécheresse: les éleveurs face à une surchauffe des coûts de l'alimentation animale

| AFP | 296 | Aucun vote sur cette news
Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine (FNP)
Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine (FNP) ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives )

Les éleveurs font face à une rentrée "de tous les dangers", en raison de la forte hausse des coûts de l'alimentation du bétail qui a suivi la sécheresse estivale, alors que leurs prix de vente restent très bas, ont averti jeudi les deux principales fédérations d'éleveurs.

"Pour les éleveurs de porcs français, c'est la rentrée de tous les dangers", a déclaré Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine (FNP) jeudi, lors d'une conférence de presse à Paris.

Suivant la flambée des cours mondiaux du blé cet été, le prix du blé livré en Bretagne a ainsi dépassé les 215 euros la tonne en août, alors qu'il était à 160 euros un an avant, une augmentation de 34% qui plombe les coûts de production des éleveurs.

Ton plus grave encore chez les éleveurs de vaches, car outre la hausse des prix de l'alimentation, ils doivent aussi faire face à une raréfaction du fourrage.

Le conseil d'administration de la Fédération nationale bovine (FNB) a dressé un "bilan alarmant" de la situation, indique un communiqué.

La FNB anticipe même une vague d'abattage de vaches. "La gravité" de ces "adaptations" dans les exploitations "dépendra de la météo des semaines à venir". En clair, des volumes d'herbe qui poussent encore dans les prairies.

Côté porcs, les éleveurs ont par ailleurs regretté l'existence "depuis deux ans" d'un décalage entre les prix payés aux éleveurs en France, et dans les pays voisins.

"En moyenne, les éleveurs français touchent 7 centimes de moins par kilo que les éleveurs espagnols ou allemands", a dit M. Auffray.

Il a admis que les éleveurs porcins français souffraient d'un "manque d'organisation" face aux acheteurs, alors que les deux poids lourds de l'abattage, Bigard et Cooperl, se sont retirés du marché de Plérin qui fait office de bourse pour la viande de porc en France.

"On est revenu au temps des maquignons, les prix se font sur le coin d'un bureau entre le directeur d'une structure et ses commerciaux, il n'y a plus de transparence du tout", a regretté M. Auffray.

"Il manque 10 centimes par kilo de cochon pour compenser nos coûts de production, on est bien loin des intentions vertueuses affichées par les Etats généraux de l'alimentation", a-t-il ajouté.

Côté bovins, la FNB a aussi souligné que les prix "demeurent bas et ne permettent pas aux producteurs de viande de couvrir leurs coûts de production".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

A l'issue de cette cession, la participation d'Axa au capital d'EQH diminue, passant de 72,2% des actions ordinaires d'EQH en circulation à 59,3%...

Publié le 20/11/2018

Son appareil est un dispositif d'épuration d'air dédié aux grands volumes intérieurs...

Publié le 20/11/2018

Statum, co-dirigée notamment par Brice Aquilina (ex I-prospect) vient renforcer l'offre Média du Groupe...

Publié le 20/11/2018

Lagardère acquiert un leader de la Restauration sur le marché du Travel Retail en Amérique du Nord...