En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 684.55 PTS
+0.09 %
5 599.00
-2.31 %
SBF 120 PTS
4 509.64
+0.11 %
DAX PTS
12 774.88
-0.12 %
Dow Jones PTS
26 958.89
-0.45 %
8 833.60
-0.01 %

Sclérose en plaques après un vaccin contre l'hépatite B: Sanofi a eu droit à un procès équitable (CEDH)

| AFP | 434 | 1 par 1 internautes
La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) à Strasbourg, le 7 février 2019
La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) à Strasbourg, le 7 février 2019 ( FREDERICK FLORIN / AFP/Archives )

La CEDH a jugé jeudi que la France n'avait pas violé le droit de Sanofi à un procès équitable en condamnant la société à indemniser une femme souffrant de sclérose en plaques après un vaccin contre l'hépatite B mais l'a condamnée pour une décision insuffisamment motivée.

La société pharmaceutique Sanofi Pasteur contestait notamment devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) le délai de prescription fixé à 10 ans à partir de la date de consolidation du dommage de la patiente, c'est-à-dire du moment où ses lésions sont devenues permanentes.

Cette règle "a rendu l'action imprescriptible dès lors que la maladie à la base du dommage, évolutive de nature, n'était pas susceptible de consolidation", pointait Sanofi, selon un communiqué de presse de la CEDH.

L'arrêt de la cour conforte le choix du système judiciaire français "de donner plus de poids au droit des victimes de dommages corporels à un tribunal, qu'au droit des personnes responsables de ces dommages à la sécurité juridique" explique le communiqué.

Les juges strasbourgeois ont estimé que cette règle de prescription permettait de prendre en compte le fait que les besoins des personnes atteintes d'une maladie évolutive, en termes d'assistance par exemple, peuvent augmenter au fil du temps.

L'affaire concerne la responsabilité de Sanofi à l'égard d'une femme, née en 1972, qui avait dû se faire vacciner contre l'hépatite B lorsqu'elle était élève infirmière.

En 1993, elle déclara une sclérose en plaque, puis en 1999 la maladie de Crohn et enfin, en 2004, une polymyosite, maladie rare qui entraîne une inflammation musculaire.

La jeune femme a d'abord fait condamner l'Etat à lui verser plus de 650.000 euros et une rente annuelle de près de 11.000 euros.

Elle a ensuite, en 2005, assigné Sanofi Pasteur devant le juge civil pour obtenir réparation en raison de l'aggravation de son état.

Le TGI de Toulouse, puis la cour d'appel de Toulouse ont jugé cette action recevable et fait courir la prescription à partir de la consolidation du dommage. La cour de Cassation a rejeté les pourvois de Sanofi.

Finalement, en 2015, le TGI de Toulouse condamna Sanofi à verser à la malade près de 10.000 euros ainsi qu'une rente annuelle de 5.500 euros.

Sanofi Pasteur déplorait avoir été condamné sur le fondement d'une double présomption de causalité entre la vaccination et les maladies d'une part et la défectuosité du vaccin d'autre part.

Le laboratoire se plaignait devant la CEDH que la Cour de cassation ait rejeté sa demande de questions à la Cour de justice de l'Union européenne sur ce dossier, sans indiquer les motifs du refus.

La CEDH a jugé la France coupable sur ce point, sans toutefois la condamner à indemniser Sanofi pour dommage moral.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 26/02/2020

Robert Iger va quitter son poste de CEO avec effet immédiat et sera remplacé par Bob Chapek, un vétéran de 27 ans chez Disney, a annoncé mardi soir le géant américain des loisirs et des médias

Publié le 26/02/2020

Wall Street a finalement repris le chemin de la hausse ce mercredi

Publié le 26/02/2020

Ramsay Santé a publié mercredi soir ses résultats du premier semestre 2019/2020 (clos fin décembre). Ainsi, le groupe de cliniques et d'hôpitaux a dévoilé un résultat net (part du groupe) à…

Publié le 26/02/2020

Le chiffre d’affaires 2019 de Prodways a atteint 71,3 millions d’euros, en progression de 17,1 % (+6,3 % à données comparables). Au quatrième trimestre, les revenus du spécialiste de…

Publié le 26/02/2020

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )La Bourse de Paris a fini à l'équilibre (+0,09%) mercredi,…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/02/2020

aXigate est une filiale de Malta Informatique depuis 2017...

Publié le 26/02/2020

Le chiffre d'affaires s'établit à 554,27 ME...

Publié le 26/02/2020

Robert Iger va quitter son poste de CEO avec effet immédiat et sera remplacé par Bob Chapek, un vétéran de 27 ans chez Disney, a annoncé mardi soir le géant américain des loisirs et des médias

Publié le 26/02/2020

Le résultat net part du groupe est de 1,6 ME sur l'exercice contre -0,7 ME un an plus tôt...

Publié le 26/02/2020

Ipsos a publié un résultat net part du groupe 2019 de 104,8 millions d'euros, en baisse de 2,5% par rapport à l'exercice 2018. La marge opérationnelle ressort à 198,7 millions d'euros, en hausse…