5 319.17 PTS
-
5 301.50
-0.21 %
SBF 120 PTS
4 234.88
+0.00 %
DAX PTS
12 993.73
-
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 261.76
-0.60 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Salon de l'élevage à Rennes: des Iraniens curieux mais déçus des refus de visas

| AFP | 233 | Aucun vote sur cette news
Au Salon de l'élevage de Rennes, le 12 septembre 2017
Au Salon de l'élevage de Rennes, le 12 septembre 2017 ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives )

Avides de débouchés et d'innovations, les Iraniens présents au Space, le salon de l'élevage de Rennes, avaient prévu d'être plus nombreux si la France avait accordé plus largement des visas, alors que leur boulimie d'échanges commerciaux reste bridée par les sanctions financières.

"Nous sommes ici car nous sommes ouverts à tout type d'affaires avec votre pays", explique ainsi Kamran Tahmasebi, directeur général de Daroupakhsh Distribution Vet Company, principale société pharmaceutique iranienne qui fabrique des médicaments et des produits vétérinaires.

"Nous exportons vers plusieurs pays du Proche-Orient. Nos produits sont de bonne qualité, à des prix raisonnables", insiste-t-il.

Habib Rahbarsafa encadre des délégations de son pays sur des salons agricoles dans le monde entier. Dans le groupe, "certains sont intéressés par la nutrition animale, d'autres par des produits vétérinaires. Nous avons aussi des éleveurs, et plusieurs orientés vers l'aviculture: poulets de chair, reproducteurs, poules pondeuses, etc.".

Olivier Morin, de la société Herport, transitaire et transporteur qui compte, parmi sa clientèle, des sociétés bretonnes qui exportent vers l'Iran, "principalement dans l'agroalimentaire", souligne que "les expéditions en Iran ne sont pas compliquées". "On a beaucoup moins de difficultés que sur d'autres pays. Pour nous, c'est un pays classique".

Mais le gros problème, dans les échanges commerciaux avec l'Iran, reste celui des transactions financières. Depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, l'administration américaine a imposé de nouvelles sanctions économiques et financières ciblées envers Téhéran, faisant planer une épée de Damoclès sur les échanges commerciaux internationaux avec la République islamique.

Les hommes d'affaires français mettent tous en avant cette difficulté, reconnaît le Franco-Iranien Vajiollah Mahabadi qui anime, à la chambre de commerce de Rennes, un "club Iran": "On travaille beaucoup à partir d'échanges d'expériences. Les témoignages de ceux qui commercent avec l'Iran sont toujours très positifs, on a toujours de bons retours, contrairement aux idées reçues. Le problème, c'est l'inquiétude, chez les hommes d'affaires français, autour des transactions bancaires". "Il faut trouver les moyens de contourner ça", considère-t-il.

Moins de visas cette année

Certains ont trouvé. Michel Pottier, gérant de Norhuil, une SARL basée dans l'Orne fabriquant de l'huile de colza artisanale, s'est rendu en Iran en novembre dernier dans le cadre d'une mission organisée par Business France et la Région Normandie.

"On vient de finaliser un contrat avec un groupe iranien qui dispose d'une antenne en France pour échapper à ces problèmes monétaires (...) C'est vrai que ça a été assez long à mettre en route. Il faut prendre le temps de surmonter ces obstacles financiers".

Mais cette année, le problème supplémentaire est celui des visas. "Il devait y avoir quatre grandes délégations et d'autres en individuels. Un certain nombre de personnes ont déposé un dossier mais n'ont même pas recu de rendez-vous pour le visa, quand d'autres se sont vu refuser le document", constate Manijeh Dowlat, déléguée de Promosalons, un réseau dédié à la promotion des salons professionnels en France.

"C'est une nouveauté cette année et c'est incompréhensible, ajoute-t-il, vu le profil des gens refusés: des personnes d'un certain âge, fortunées, déjà venues en France..."

Habib Rahbarsafa confirme aussi cet obstacle. Dans sa délégation, il devait emmener "une soixantaine de personnes. Mais à peine la moitié ont obtenu leur visa. Les années précédentes, ce n'était pas comme ça. On ne comprend pas ce qui se passe".

La commissaire générale du Space, Anne-Marie Quéméneur, constate cet obstacle supplémentaire. Les Iraniens "nous ont avertis de ces problèmes ces dernières semaines pour que nous tentions de débloquer la situation. En tant que salon, ça nous pénalise", explique-t-elle à l'AFP.

"Nous allons prendre contact avec Jean-Yves Le Drian (ministre des Affaires Etrangères) sur le sujet", assure-t-elle, en soulignant qu'il y avait eu "des problèmes similaires avec plusieurs autres pays".

Symbole de cette difficulté à obtenir des visas: au Space, le stand dévolu à l'unique exposant iranien inscrit, Milad Mobtaker Shargh, un organisateur de salons dédiés à l'élevage et l'agroalimentaire, est vide. "Ils n'ont sans doute pas obtenu leur visa", commente, fataliste, Anne-Marie Quéméner.

mcl/jlv/pb

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2017

Rueil-Malmaison, le 20 novembre 2017   VINCI Energies retenu pour la réalisation de huit centrales photovoltaïques au Sénégal   Réalisation en dix mois de huit centrales…

Publié le 20/11/2017

La fin de semaine sera animée aux Etats-Unis. En Europe, les indices dépriment toujours...

Publié le 20/11/2017

Lors de la réunion du 17 novembre, l'assemblée générale extraordinaire de Dexia SA n'a pu valablement délibérer, faute d'un quorum représentant au moins la…

Publié le 20/11/2017

DBV Technologies a annoncé les résultats positifs de l'étude clinique de phase 3 Realise de Viaskin Peanut pour le traitement des patients allergiques à l'arachide. Les six premiers mois de…

Publié le 20/11/2017

Amazon Prime Video fait l'acquisition des droits mondiaux (hors Danemark et Benelux) SVOD de la série Zone Blanche produite et distribuée par Mediawan...

CONTENUS SPONSORISÉS