5 289.86 PTS
+0.64 %
5 259.5
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 239.49
+0.61 %
DAX PTS
12 487.90
+0.83 %
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.13 %
Nikkei PTS
21 925.10
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Salmonellose: le gouvernement français va renforcer le cadre des contrôles sanitaires

| AFP | 179 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Agriculture, Stephane Travert, à l'issue d'une réunion avec la filière laitière française, le 16 janvier 2018 à Paris
Le ministre de l'Agriculture, Stephane Travert, à l'issue d'une réunion avec la filière laitière française, le 16 janvier 2018 à Paris ( Thomas Samson / AFP )

Le cadre juridique qui encadre les contrôles sanitaires dans les entreprises agroalimentaires va être renforcé, a dit mardi soir le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, à l'issue d'une réunion avec la filière laitière française.

Le ministre a également annoncé un "plan de contrôle spécifique" sur trois mois des sites de production de produits laitiers infantiles, soit une centaine d'établissements.

Tirant les leçons de l'affaire Lactalis, le ministre souhaite "une obligation pour les entreprises de transmettre aux services de l'Etat les résultats des contrôles défavorables, qu'il s'agisse de contrôles sur les produits ou sur l'environnement, dès lors qu'ils peuvent avoir des conséquences néfastes".

Lactalis s'est vu reprocher d'avoir manqué de transparence et tardé à réagir après la détection de salmonelle dans une tour de séchage de son usine de Craon (Mayenne), lors d'auto-contrôles réalisés en août et novembre.

Cette contamination, qui concernait seulement l'environnement du site et non les produits, n'avait été révélée au public que début décembre.

Le ministre annonce également une "obligation de transmission par les laboratoires aux services de l'Etat des résultats défavorables portant sur les produits. Ceci viendra s'ajouter à la disposition actuelle limitée aux épisodes avec des cas d'intoxication".

Le ministre veut en outre donner "une assise légale" à la création de plates-formes de surveillance, notamment pour les denrées alimentaires, c'est-à-dire assurer une meilleure communication entre les acteurs.

Le ministère va travailler avec l'Agence nationale en charge de l'évaluation des risques (Anses) pour définir les critères scientifique retenus, et devra ensuite travailler sur le mode de changement de ce cadre juridique : mesures réglementaires ou inscription de ces mesures dans une loi.

M. Travert a également annoncé la mise en oeuvre dans les trois mois d'un plan de contrôle spécifique "sur la chaîne de production et les plans de maîtrise des risques des produits laitiers en poudre à destination des enfants".

Sur la base des conclusions de cet état des lieux, "je saisirai l'Anses, afin qu'elle vérifie si les systèmes surveillance mis en place par les professionnels sont adaptés aux risques identifiés", a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Gaussin précise leurs modalités financières et le calendrier de réalisation...

Publié le 20/02/2018

"Nous abordons 2018 avec confiance et détermination tout en restant très vigilants sur les évolutions de nos marchés à court terme", dit Christel Bories, PDG du Groupe Eramet...

Publié le 20/02/2018

Drive & Share s'adresse à ceux qui souhaitent bénéficier de la flexibilité que procure la possession d'une voiture, mais qui n'ont pas besoin de l'utiliser régulièrement...

Publié le 20/02/2018

En particulier, 1,71 MdE de travaux vont échoir à Eiffage...

Publié le 20/02/2018

Cette opération s'inscrit dans la stratégie du Groupe BPCE de recentrage dans les secteurs et zones prioritaires de développement...

CONTENUS SPONSORISÉS