En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 380.10 PTS
-0.10 %
5 323.5
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 246.62
-0.13 %
DAX PTS
12 148.50
+0.04 %
Dowjones PTS
25 877.33
+0.77 %
7 451.02
+0.00 %
1.116
-0.01 %

Salaire minimum des chauffeurs: Lyft obligé de s'incliner à New York

| AFP | 182 | Aucun vote sur cette news
Le logo de la société Lift sur le parebrise d'un véhicule, le 26 mars 2019 à New York
Le logo de la société Lift sur le parebrise d'un véhicule, le 26 mars 2019 à New York ( TIMOTHY A. CLARY / AFP )

La société Lyft, principale concurrente d'Uber dans la mise en relation entre chauffeurs et particuliers, devra bien respecter une nouvelle règlementation new-yorkaise et garantir un salaire minimum aux chauffeurs de la capitale financière américaine, au terme d'une décision de justice prise mercredi.

La société américaine, récemment introduite en bourse, plaidait depuis janvier pour bloquer l'imposition par la municipalité d'un salaire minimum de 17,22 dollars de l'heure pour les chauffeurs de VTC à compter du 1er février - une première aux Etats-Unis.

Les dirigeants de Lyft affirmaient qu'un tel salaire donnerait des avantages indus à son concurrent Uber, car son calcul repose en partie sur un "taux d'utilisation" des chauffeurs calé sur le leader du marché - ce afin d'éviter que les chauffeurs tournent trop longtemps à vide.

Mais une juge new-yorkaise les a déboutés, arguant que l'organisme de régulation new-yorkais, la Taxi and Limousine Commission (TLC), avait revu sa méthode de calcul sur la base des objections de Lyft, et s'était engagée à rééxaminer les effets de ce salaire minimum "au moins une fois par an".

Le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, s'est félicité de cette décision, "une victoire pour les chauffeurs new-yorkais qui travaillent dur, que ces sociétés exploitent depuis trop longtemps".

"En maintenant cette loi, les tribunaux ont assuré que les plus de 70.000 chauffeurs et leurs familles qui luttent depuis des années pour joindre les deux bouts en gagnant moins que le salaire minimum vont enfin avoir la garantie d'un salaire décent", a aussi applaudi Jim Conigliaro, fondateur d'une organisation qui représente les chauffeurs indépendants.

Malgré les objections des plateformes Uber, Lyft et Juno, la ville de New York, bastion démocrate et premier marché mondial pour ce type de services, avait décidé en 2018 d'instaurer un salaire minimum horaire pour les chauffeurs de VTC, souvent sous-payés malgré des journées de travail à rallonges.

Un salaire horaire de 17,22 dollars doit leur garantir, hors frais, l'équivalent du salaire horaire minimum de l'Etat de New York, soit 15 dollars de l'heure. Il devrait se traduire par une augmentation annuelle moyenne de 9.600 dollars par chauffeur, selon les estimations.

La décision de justice a contribué à faire baisser l'action Lyft mercredi: le titre, malmené depuis ses débuts en bourse fin mars, a terminé la séance en baisse de 1,76%, à 58,75 dollars.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2019

Doit-on s'inquiéter ?

Publié le 22/05/2019

Casino a confirmé l’information du Figaro selon laquelle des agents de la Commission européenne ont rendu visite à son siège parisien mardi, dans le cadre d’une enquête sur les pratiques…

Publié le 22/05/2019

L'escalade de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine va-t-elle pénaliser Apple ? Les analystes sont nombreux à se pencher sur le sujet...

Publié le 22/05/2019

Timide hausse pour Devoteam (+0,8% à 101,8 euros) au lendemain du relèvement de son objectif annuel de chiffre d'affaires et de l'annonce d'une...

Publié le 22/05/2019

Contrat en Suisse pour la société française