En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 305.22 PTS
-1.82 %
5 304.50
-1.82 %
SBF 120 PTS
4 258.26
-1.66 %
DAX PTS
12 163.01
-1.58 %
Dowjones PTS
25 162.41
-0.54 %
7 354.66
-1.24 %
1.135
+0.05 %

Ryanair enlisée dans un vaste mouvement social en Europe

| AFP | 295 | Aucun vote sur cette news
Rayanair avait subi une grève en Espagne, Italie, Portugal et  Belgique
Rayanair avait subi une grève en Espagne, Italie, Portugal et Belgique ( JOSE JORDAN / AFP/Archives )

La compagnie à bas coûts Ryanair va faire face à de nouvelles grèves en Europe dans les prochains jours, avec la poursuite du mouvement des pilotes irlandais, rejoints par leurs homologues suédois, sans compter les menaces brandies en Allemagne et aux Pays-Bas.

Ryanair connaîtra vendredi le quatrième jour de grève de pilotes en Irlande, ce qui a contraint la compagnie irlandaise à annuler 20 vols sur les 300 prévus ce jour-la, soit 7% du total.

Ces annulations affectent 3.500 passagers, auxquels il a été proposé une solution de rechange. Environ 25% des pilotes sont grévistes dans le pays.

Le groupe a confirmé ces chiffres dans une lettre ouverte adressée mercredi à Forsa, le syndicat représentant ses pilotes irlandais, avec qui Ryanair souhaite discuter dès samedi ou la semaine prochaine pour éviter que le mouvement ne se poursuive.

Les pilotes irlandais, qui ont déjà mené trois jours de grève en juillet, réclament de meilleures conditions de travail et la poursuite de la grève a été votée alors que Ryanair, en représailles du mouvement, a décidé la semaine dernière de réduire le nombre de ses vols au départ de Dublin pour l'hiver 2018.

Il entend transférer des avions vers la Pologne, ce qui pourrait coûter leurs emplois à 300 personnes, à savoir 100 pilotes et 200 personnels de cabine.

- Nouvelles menaces -

Les pilotes irlandais sont en outre désormais épaulés par leurs collègues en Suède qui ont annoncé mercredi se mettre en grève le 10 août.

Ce mouvement concernera environ 40 pilotes à l'aéroport de Skavsta, situé au sud-ouest de Stockholm, a indiqué à l'AFP Tommy Larsson, négociateur pour l'association des pilotes de ligne suédois.

Ryanair est par ailleurs sous la menace d'actions de la part des pilotes allemands et néerlandais, qui n'ont toutefois pas encore déposé de préavis de grève.

Le syndicat des pilotes néerlandais a offert son "soutien" à leurs collègues irlandais, tout en annonçant que ses membres avaient voté en faveur d'une grève à 99,5%. Le syndicat indique que les discussions avec la compagnie aérienne sont toujours en cours, mais que l'organisation "perdait espoir quant à un résultat positif".

- Malaise social -

En Allemagne, les pilotes de la compagnie ont voté lundi à 96% pour la grève mais ont laissé à Ryanair "au maximum jusqu’au 6 août" pour négocier et "trouver tout de même" un accord. Quelque 400 pilotes sont stationnés en Allemagne, soit près de 10% du total de la compagnie.

Enfin, en Belgique, l'association des pilotes et les syndicats CNE et LBC-NVK appellent les pilotes belges à soutenir leurs collègues irlandais et à se joindre au mouvement de grève du 10 août.

Interrogée par l'AFP, Ryanair a indiqué avoir écrit aux syndicats en Suède et aux Pays-Bas, ainsi qu'à l'association allemande des pilotes afin de les rencontrer dans les prochains jours pour régler le conflit.

Concernant la Suède et les Pays-Bas en particulier, Ryanair ajoute "avoir demandé aux syndicats de pilotes de fournir un préavis de 7 jours avant toute grève pour que nous puissions minimiser les désagréments pour nos clients".

La compagnie voit se multiplier les mouvements de grève en son sein, après avoir en particulier affronté la semaine dernière une grève sans précédent de la part de son personnel de cabine dans quatre pays européens, en Espagne, Italie, Portugal et en Belgique.

Le malaise au sein de la compagnie a éclaté au grand jour à la suite d'un sérieux problème de planning de pilotes en septembre 2017 qui a entraîné un grave conflit social et des annulations portant au total sur 20.000 vols dans les mois qui ont suivi.

Cette crise a poussé Ryanair à négocier un virage à 180 degrés en entamant des négociations avec des syndicats dans plusieurs pays, alors que la compagnie avait toujours refusé de les reconnaître.

En raison de la crise des annulations de vols, le directeur général du groupe Michael O'Leary a renoncé à son bonus au titre de 2018, qui aurait pu atteindre un million d'euros sur fond de bons résultats de la compagnie.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/08/2018

                                                          INSTITUT REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION NORD…

Publié le 15/08/2018

WISeKey Cybersécurité enregistre une croissance de plus de 60 % par rapport à la même période l'année dernière en raison d'un nombre croissant d'entreprises…

Publié le 15/08/2018

Intel perd 1,82% à Wall Street après avoir révélé que de nouvelles failles de sécurité ont été découvertes qui pourraient toucher ses processeurs. Sous le nom de code de L1 Terminal Fault…

Publié le 15/08/2018

En outre, le FCP renforce la position sur Econocom