En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 053.31 PTS
-
4 986.50
-1.26 %
SBF 120 PTS
4 049.60
+0.00 %
DAX PTS
11 524.34
-
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.00 %
1.146
+0.01 %

Russie : l'impopulaire réforme des retraites votée au Parlement

| AFP | 385 | Aucun vote sur cette news
Une manifestante brandit une photo du Premier ministre russe Dmitri Medvedev sous laquelle on peut lire
Une manifestante brandit une photo du Premier ministre russe Dmitri Medvedev sous laquelle on peut lire "Ennemi du peuple" au cours d'un rassemblement contre la réforme des retraites, à Moscou le 26 septembre 2018 ( Yuri KADOBNOV / AFP )

Les députés russes ont voté mercredi une impopulaire réforme prévoyant le premier relèvement de l'âge de la retraite depuis la période soviétique, à l'origine d'un vif mécontentement malgré l'assouplissement de cette mesure annoncé fin août par Vladimir Poutine.

Cette réforme, rendue publique le jour du coup d'envoi de la Coupe du monde de football le 14 juin, a provoqué une onde de choc en Russie, entamant la popularité du président et faisant subir des revers électoraux inattendus au parti soutenant le Kremlin dans des élections régionales ce mois-ci.

Elle a fait sortir des milliers de personnes dans les rues à l'appel du Parti communiste et du principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny. Ce dernier a été condamné lundi à une peine de 20 jours de prison pour ses appels à manifester contre le projet du gouvernement.

Le texte a été voté par 326 députés, tandis que 59 ont voté contre et un s'est abstenu, en deuxième lecture, la plus importante du parcours parlementaire. Il doit être adopté en troisième lecture puis par les sénateurs, généralement une formalité, avant d'être promulgué par Vladimir Poutine.

Pendant que quelques manifestants brandissaient des pancartes fustigeant le Premier ministre Dmitri Medvedev et dénonçant un "génocide" devant le massif immeuble qui abrite la Douma, la chambre basse du parlement, ses membres ont introduit dans le texte tous les amendements proposés par le président russe dans un discours télévisé à la nation fin août.

Confronté à une fronde inhabituelle qui a fait chuter de plus de dix points sa cote de popularité au début de l'été, M. Poutine avait notamment promis de ne faire passer l'âge de départ à la retraite pour les femmes que de 55 ans actuellement à 60 ans (contre 63 dans le texte initial).

Pour les hommes, il doit toujours être repoussé à 65 ans contre 60 aujourd'hui.

Les députés russes ont également voté d'autres mesures prônées par le chef de l'Etat telles que le départ anticipé pour les mères de familles nombreuses, le maintien d'avantages pour certaines professions comme les mineurs et l'introduction de sanctions pénales pour les entreprises licenciant des employés proches de l'âge de la retraite.

- "Problèmes de l'élite" -

Les concessions du Kremlin n'ont pas calmé le mécontentement et mardi, des militants ont annoncé avoir transmis à l'administration présidentielle une pétition signée par un million de personnes demandant l'abandon de la réforme. Une autre pétition similaire en ligne a obtenu près de trois millions de signatures.

"Les gens sont très en colère. Au travail, mes assistants n'en peuvent plus d'attendre d'atteindre l'âge de la retraite. Ce n'est pas correct de traiter les gens comme ça", a déclaré à l'AFP Alessia, une dentiste de 45 ans.

"Bien sûr, c'est scandaleux et très triste que les problèmes de l'élite soient réglés aux frais de la population", a renchéri Alan, un ingénieur de 31 ans.

Les opposants à la réforme affirment que beaucoup de Russes, notamment les hommes - dont l'espérance de vie plafonne à 66 ans -, ne pourront guère profiter de leur retraite.

Pour l'analyste politique Konstantin Kalatchev, "la colère monte" en Russie.

"Au lieu d'un développement du pays, des régions et d'une amélioration de la qualité de vie, nous avons de la géopolitique, des mégaprojets (d'infrastructures) et une hausse des dépenses pour la sécurité et la Défense. Et les gens sont priés de se serrer la ceinture", explique-t-il. "Les autorités vont tenter de ne pas permettre des manifestations de masse dans la rue, mais l'avenir ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices".

Vladimir Poutine, qui n'avait pas mentionné la question des retraites au cours de la campagne ayant mené à sa réélection en mars, avait dans un premier temps pris ses distances en laissant le gouvernement endosser la réforme, avant de finalement se résoudre à la défendre dans une longue allocution télévisée.

Le président russe avait alors affirmé que l'augmentation de l'âge de départ à la retraite ne pouvait "être reporté davantage" sous peine de "menacer la stabilité de la société et la sécurité du pays".

Le 9 septembre, des manifestations contre la réforme organisées à l'appel d'Alexeï Navalny avaient abouti à plus de mille arrestations sur tout le territoire russe.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Le chiffre d'affaires du troisième trimestre 2018 de Getkink s'élève à 305,9 millions d'euros, en croissance de 7% à périmètre comparable. A 276,5 millions d’euros, le chiffre d’affaires…

Publié le 23/10/2018

La première cargaison de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance d'Ichthys LNG a quitté Darwin, dans le Territoire du Nord en Australie, suite au démarrage de la production fin juillet, a…

Publié le 23/10/2018

Au 30 septembre 2018, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de Genfit s’élevaient à 219,9 millions d’euros contre 113,8 millions d’euros un an plus tôt. Au 30 juin 2018, la…

Publié le 23/10/2018

Au troisième trimestre 2018, Ingenico a réalisé un chiffre d'affaires de 687 millions d'euros, en croissance de 15%. A données comparables, le chiffre d'affaires progresse de 8%. Pour autant, le…

Publié le 23/10/2018

Le chiffre d'affaires d'Atos a atteint au troisième trimestre 2,884 milliards d'euros, en hausse de 1,8% à taux de change constants et retraité d'IFRS 15 et en hausse de 0,1% à périmètre et taux…