En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 543.00
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 154.20
-0.25 %
7 834.90
-0.88 %
1.122
+0.00 %

Rugy doute de la compétitivité du réacteur nucléaire EPR

| AFP | 985 | 4.20 par 5 internautes
L'EPR de Flamanville (Manche) le 16 novembre 2016
L'EPR de Flamanville (Manche) le 16 novembre 2016 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

Le ministre de la Transition Ecologique François de Rugy doute de la compétitivité du réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR par rapport aux énergies renouvelables, a-t-il dit vendredi sur France 3 Normandie, édition de Caen.

"Il faudra tirer toutes les leçons pour voir (...) aussi du point de vue économique si ce type de réacteur nucléaire est compétitif. Aujourd'hui on peut avoir des doutes en effet sur la compétitivité future par rapport aux énergies renouvelables dont les coûts de production baissent", a-t-il déclaré, interrogé sur le nouveau retard et surcoût de l'EPR en construction à Flamanville (Manche) annoncé jeudi du fait de soudures défectueuses que le gendarme du nucléaire oblige EDF à refaire.

"Le constat qu'on fait aujourd'hui c'est que les coûts du production de l'électricité par le nucléaire augmentent alors que les coûts de production de l'électricité, notamment par l'éolien et le solaire, baissent", a ajouté l'ancien secrétaire national d'EELV.

Interrogé sur les appels d'écologistes à cesser la construction du réacteur à Flamanville, le ministre a répondu que "ce serait un gâchis monumental". "On ne peut envisager qu'EDF ait investi 11 milliards d'euros dans ce projet de centrale nucléaire nouvelle génération et que cela ne produise jamais d'électricité", a-t-il argumenté, ajoutant que deux autres réacteurs EPR, en Chine, avaient démarré et qu'un troisième en a reçu l'autorisation, en Finlande.

Le ministre a par ailleurs annoncé qu'il "lancerait dès cet été un nouvel appel à projet pour qu'on puisse définir une nouvelle zone de production d'éoliennes en mer au large de la Normandie. La région au large de laquelle existent déjà deux projets de parcs éoliens en mer "aura la fierté d'être la première région de production d'électricité par éoliennes en mer", a ajouté le ministre.

Selon l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), EDF pense pouvoir effectuer les réparations demandées "d'ici fin 2022". Jusqu'à récemment EDF évoquait un chargement du combustible fin 2019, soit déjà huit ans de retard, et un coût de construction de l'EPR de 10,9 milliards, contre 3,3 milliards évoqués en 2006.

Greenpeace évoque un surcoût de 2 milliards d'euros liés au soudures, non confirmé par EDF.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.20
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT