En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 742.38 PTS
-
4 780.0
+0.96 %
SBF 120 PTS
3 769.59
+0.00 %
DAX PTS
10 622.07
-
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.137
+0.13 %

France: la baisse à 50% du nucléaire repoussée, colère contre Hulot

| AFP | 2081 | Aucun vote sur cette news
Nicolas Hulot (G), ministre de la Transition écologique et solidaire, et le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, quittent l'Elysée après un conseil des ministres le 7 novembre 2017
Nicolas Hulot (G), ministre de la Transition écologique et solidaire, et le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, quittent l'Elysée après un conseil des ministres le 7 novembre 2017 ( LUDOVIC MARIN / AFP )

Le gouvernement a admis que la France ne pourrait vraisemblablement pas tenir l'objectif de ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025, un report dénoncé comme un "recul" de Nicolas Hulot par les écologistes.

Le ministre de la Transition écologique a estimé qu'il "sera difficile de tenir ce calendrier de 2025 sauf à relancer la production d'électricité à base d'énergies fossiles", évoquant dans la soirée une possible échéance de "2030 ou 2035".

"Le gouvernement a réaffirmé très clairement son souhait d'atteindre au plus vite l'objectif de 50% de la part du nucléaire mais évidemment sans sacrifier ou rogner nos objectifs sur le changement climatique", avait-il déclaré à la mi-journée lors du compte rendu du conseil des ministres.

Nicolas Hulot (d), ministre de la Transition écologique et solidaire, la secrétaire d'Etat Brune Poirson (g), et le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner (c), le 7 novembre 2017 à Paris
Nicolas Hulot (d), ministre de la Transition écologique et solidaire, la secrétaire d'Etat Brune Poirson (g), et le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner (c), le 7 novembre 2017 à Paris ( LUDOVIC MARIN / AFP )

La loi de 2015 sur la transition énergétique prévoit de ramener de 75% à 50% d'ici à 2025 la part de l'atome dans la production d'électricité française, un objectif qui avait été fixé après des mois d'âpres débats au Parlement.

"Si l'on veut maintenir la date de 2025 pour ramener dans le mix énergétique le nucléaire à 50%, ça se fera au détriment de nos objectifs climatiques. Et ça se fera au détriment de la fermeture des centrales à charbon et probablement que si l'on voulait s'acharner sur cette date, il faudrait même rouvrir d'autres centrales thermiques", avait souligné Nicolas Hulot.

- 'Date réaliste' -

Il s'est appuyé sur les études du gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE, qui a pointé mardi la difficulté à atteindre l'objectif de 2025 sans augmenter dans le même temps les émissions de CO2.

Il faudrait en effet utiliser plus de centrales à gaz et à charbon, alors que ces dernières sont très polluantes, a souligné RTE dans son bilan prévisionnel.

Transition énergétique
Transition énergétique ( Vincent LEFAI / AFP )

Dans son plan climat annoncé en juillet, le gouvernement avait d'ailleurs prévu la fin de la production électrique à partir de charbon d'ici à 2022. Un objectif réaffirmé mardi, au moment où se tient la conférence climat de l'ONU (COP23) à Bonn (Allemagne).

Nicolas Hulot a expliqué qu'il préférait prendre le temps pour trouver une "date réaliste" pour que le nucléaire descende à 50%.

"Tout cela va prendre quelques mois, et en fonction de ça nous fixerons une nouvelle date", a-t-il indiqué. Il a ensuite précisé sur Public Sénat qu'il allait travailler sur "l'échéance de 2030 ou 2035".

Le gouvernement commence à élaborer la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour la période 2019-2023. La question de la part du nucléaire dans le "mix énergétique" français promet d'être au coeur des débats.

Pour l'instant, seule la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) a été actée et doit intervenir au moment de la mise en service par EDF de l'EPR de Flammanville (Manche). Elle doit fermer "dans le quinquennat", a indiqué Nicolas Hulot.

"Dans un an nous aurons un scenario totalement planifié. Nous serons capables de savoir combien de réacteurs, à quelle échéance et sur quel critère nous allons parvenir à cet objectif et donc nous rentrons dans la mise en œuvre", a promis le ministre.

- 'Renoncement inacceptable' -

Les arguments de Nicolas Hulot, régulièrement accusé de servir de "caution" verte au président Emmanuel Macron, n'ont pas convaincu nombre de militants écologistes, relançant leurs doutes sur son utilité au gouvernement.

"Nicolas Hulot, ne vous trompez pas de combat !", a lancé Greenpeace. "Ce n'est pas en reculant sur le nucléaire que la lutte contre les dérèglements climatiques s'accélèrera", a dénoncé l'ONG, appelant le ministre à être "le rempart" contre les lobbys du nucléaire ou du pétrole.

"La France doit enclencher sa transition énergétique en propulsant le développement des énergies renouvelables. Or, ces dernières ne peuvent se développer que si la part du nucléaire est réduite dans le mix électrique français", a-t-elle jugé.

Le Réseau Action Climat a aussi regretté une "reculade" de Nicolas Hulot, tandis que le Réseau Sortir du nucléaire dénonçait un "renoncement inacceptable" de l'ancien militant.

"Un nouvel arbitrage perdu pour le renouvelable. En restant au gouvernement, Hulot cautionne plutôt que freine ces renoncements", a commenté pour sa part le porte-parole d'Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Cellectis a nommé William (Bill) Monteith en qualité de Vice-président senior U.S. manufacturing. Cette nomination s’inscrit dans le projet de Cellectis d’établir des capacités de production…

Publié le 11/12/2018

Getlink (ex-Eurotunnel) vient de faire état de son trafic Navettes pour le mois de novembre 2018. Le concessionnaire du tunnel sous la Manche explique que plus de 151 000 camions ont été…

Publié le 11/12/2018

Sodexo annonce l'acquisition d'Alliance in Partnership (AiP), spécialiste de la restauration dans le secteur de l'éducation au Royaume-Uni, comprenant les marques « The Contract Dining Company »…

Publié le 11/12/2018

Dassault Systèmes a signé un accord définitif portant sur l’acquisition de IQMS, éditeur de progiciels de gestion industrielle (ERP), pour un montant de 425 millions de dollars. Avec…

Publié le 11/12/2018

Les affaires ne s'arrangent pas pour Carlos Ghosn...