En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.98 PTS
-0.12 %
5 321.5
-0.22 %
SBF 120 PTS
4 247.11
-0.12 %
DAX PTS
12 168.74
+0.21 %
Dowjones PTS
25 795.61
-0.32 %
7 429.83
-0.28 %
1.116
-0.02 %

Réunis à Berlin, les syndicats d'Amazon veulent coordonner leur lutte

| AFP | 371 | Aucun vote sur cette news
"Traités comme des robots par Amazon, nous sommes des hommes, pas des robots": des salariés d'Amazon manifestent le 29 avril 2019 à Berlin devant le centre où se tient une réunion de représentants syndicaux de l'entreprise venus de 15 pays ( JOHN MACDOUGALL / AFP )

Face à une des entreprises les plus puissantes au monde, et une des plus décriées sur le plan social, les représentants syndicaux d'Amazon venus de 15 pays s'efforcent lundi à Berlin de coordonner leur lutte.

Alfred Bujara, d'Amazon Pologne, montre sur son portable son dernier "coup" à un collègue allemand: une campagne choc qui compare les employés d'Amazon syndiqués à des rats traqués par leurs employeurs.

"Les conditions sont mauvaises partout, elles sont horribles en Pologne", explique le syndicaliste affilié à l'emblématique Solidarnosc, qui évoque des gestes définis à la "seconde" et des employés "virés" quand ils ne tiennent plus les cadences.

Plus d'une cinquantaine de délégués, venus d'Egypte, du Brésil, de France, d'Italie ou encore du Pakistan, participent jusqu'à mardi à un sommet à huis clos pour dresser un état des lieux de leurs conditions de travail dans les centres de logistique d'Amazon.

Les 800 entrepôts d'Amazon, qui continue d'en ouvrir sur les cinq continents, sont l'arrière boutique de cet empire du commerce dématérialisé. C'est là que sont traitées, empaquetées et expédiées les commandes.

"Mieux négocier"

"Ce partage d'informations sur les différentes normes, les cadences imposées dans les autres pays, va nous permettre de mieux négocier en Pologne", se réjouit Alfred Bujara à la pause, avant de se joindre, sous la pluie, à la photo de famille, pour laquelle les 50 participants posent le poing levé.

Outre les cadences jugées trop rapides, la surveillance des employés à travers des méthodes contestées de "tracking" ou la suppression des pauses, les employés d'Amazon Logistics déplorent leurs salaires trop faibles et réclament des conventions collectives, ou un dialogue social plus apaisé.

"Amazon prouve chaque jour être un employeur juste et responsable, même sans convention collective", s'est défendu la direction allemande du groupe dans un communiqué transmis à l'AFP.

Depuis 2013, les syndicats européens d'Amazon se mobilisent régulièrement, de préférence à l'occasion des journées cruciales en terme de ventes comme les Prime Days ou le Black Friday
Depuis 2013, les syndicats européens d'Amazon se mobilisent régulièrement, de préférence à l'occasion des journées cruciales en terme de ventes comme les Prime Days ou le Black Friday ( DENIS CHARLET / AFP )

Depuis 2013, les syndicats européens d'Amazon, qui ont peiné à se faire reconnaître par la direction, se mobilisent régulièrement, de préférence à l'occasion des journées cruciales en terme de ventes comme les Prime Days ou le Black Friday.

En 2018, la colère s'est renforcée: une cinquantaine de grèves ont été organisées par différents syndicats en Europe.

Rareté dans l'histoire syndicale récente, hormis une mobilisation de ce type au sein de la compagnie aérienne Ryanair, certains de ces débrayages ont été organisés de manière simultanée dans plusieurs pays.

"Quand il y a un mouvement coordonné entre nous, une grève simultanée en France, en Italie et en Espagne, Amazon réagit. Quand il y a confrontation, Amazon accepte d'entamer des négociations", assure Stefanie Nutzenberger, du syndicat allemand Verdi.

- "Pas des robots" -

Mais l'internationalisation du mouvement, en dehors de l'Europe, est encore balbutiante.

"En Amérique du Sud, nous sommes complètement en terre inconnue. Ils viennent d'ouvrir un centre d'opérations au Brésil, les employés ne sont pas du tout préparés là-bas", explique un représentant syndical venu d'Uruguay, Henry Oliveira.

En novembre, à travers une campagne sur les réseaux sociaux, les employés d'Amazon se sont trouvés un cri de ralliement: #nousnesomemepasdesrobots.

Le centre de traitement d'Amazon à Staten Island (USA) le 5 février 2019
Le centre de traitement d'Amazon à Staten Island (USA) le 5 février 2019 ( Johannes EISELE / AFP/Archives )

Les employés d'Amazon confient d'ailleurs échanger entre pays, mais de manière informelle, sous les radars de leur employeurs, notamment via des groupes de conversations privés, explique à l'AFP le syndicaliste britannique (UNI) Matthew Painter.

Une première grève coordonnée à l'échelle mondiale, et non plus seulement européenne, est-elle la prochaine étape ? "Ce serait difficile tant les législations sont différentes selon les pays", reconnaît-il.

"Nous nous préparerons à d'autres conflits et ils dépasseront nos frontières", promet de son côté Stefanie Nutzenberger.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2019

NEXITY Société anonyme au capital de 280 648 620 euros Siège Social : 19, rue de Vienne - TSA 50029 - 75801 PARIS Cedex 08 444 346 795 RCS Paris   Descriptif du…

Publié le 22/05/2019

Les actionnaires se sont prononcés sur l'ensemble des résolutions soumises...

Publié le 22/05/2019

Citigroup a abaissé son objectif de cours sur l'action Tesla à 191$, en invoquant une demande molle et des inquiétude sur les liquidités.

Publié le 22/05/2019

Retour d'Assemblée générale. Le Conseil d'administration réuni ce jour a adopté les modalités de paiement du dividende...

Publié le 22/05/2019

Onxeo SA annonce que l'Assemblée générale ordinaire de ce jour a approuvé toutes les résolutions soumises au vote...