En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Réunion mardi sur le plan loup: boycott des éleveurs

| AFP | 434 | Aucun vote sur cette news
Les loups qui fascinent les amoureux de la nature depuis leur réapparition en France sont devenus la hantise des éleveurs de brebis, qui somment le gouvernement d'agir
Les loups qui fascinent les amoureux de la nature depuis leur réapparition en France sont devenus la hantise des éleveurs de brebis, qui somment le gouvernement d'agir ( JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP/Archives )

Les éleveurs ont à nouveau décidé de boycotter la réunion prévue mardi à Lyon sur le futur plan loup, qu'ils jugent insuffisant pour réduire les attaques de leurs troupeaux, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Chose rare: tous les syndicats agricoles (FNSEA, Jeunes Agriculteurs, Confédération paysanne, Coordination rurale et Modef) se sont mis d'accord pour mener la politique de la chaise vide, le document fourni vendredi par les autorités n'ayant pas été changé d'un iota selon eux pour prendre en compte leurs revendications.

Europe Ils estiment en effet que ce plan reste focalisé sur l'installation en France du loup (une espèce protégée, ndlr) et ne met pas assez les éleveurs au cœur du projet.

Le loup en France
Le loup en France ( Simon MALFATTO / AFP )

"On veut faire peur au loup, que quand il voit un troupeau, il pense danger, danger de mort. Pour cela, on veut avoir le droit à procéder à des tirs de défense avec des vraies balles, pas des balles en caoutchouc", explique Claude Font, chargé du dossier prédateur à la Fédération nationale ovine (FNO), branche de la FNSEA.

Autre demande de la profession: permettre plus de "tirs de prélèvement". En 2017, les autorités avaient autorisé 40 abattages de loups. A ce jour, 34 ont été tués.

loup "On a 150 cas graves d'éleveurs, on leur répond avec 40 tirs. Ca veut dire quoi ? Qu'on laisse les 2/3 sur le bord du trottoir ?", s'agace Marc Baudrey, de la Confédération paysanne.

"L'Etat a investi 31 millions d'euros sur les moyens de protection des troupeaux et ça ne marche pas", ajoute-t-il.

Des éleveurs de brebis manifestent contre le loup, le 9 octobre 2017 à Lyon
Des éleveurs de brebis manifestent contre le loup, le 9 octobre 2017 à Lyon ( JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP/Archives )

Des maires, réunis dans l'Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales, trouvent aussi ce futur plan "honteux". Et ils soulignent leurs difficultés à organiser le partage de la montagne avec les problèmes que posent les clôtures et les chiens de troupeaux, sans compter le recul des zones d'alpages, énumère Jacqueline Dupenloup, maire de Saint-Alban-des-Villards en Savoie.

Depuis plusieurs mois, les autorités tentent de dessiner ce futur plan, avec les syndicats agricoles et les organisations de protection de l'environnement. Discussions qui se font sous l'égide de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) d'Auvergne Rhône-Alpes.

Les éleveurs avaient déjà claqué la porte en septembre et multiplié les manifestations en octobre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.