En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 847.71 PTS
-0.01 %
5 850.0
+0.04 %
SBF 120 PTS
4 606.53
+0.03 %
DAX PTS
13 099.53
+0.22 %
Dow Jones PTS
27 881.72
-0.1 %
8 354.29
+0. %
1.108
-0.12 %

Retraites: derniers calages avant blocages

| AFP | 1012 | 4.33 par 6 internautes
Manifestation contre la réforme de retraites à Paris le 8 octobre 2019
Manifestation contre la réforme de retraites à Paris le 8 octobre 2019 ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

Le gouvernement poursuit les discussions sur sa réforme très contestée des retraites et se prépare à un mouvement massif voire durable à partir du 5 décembre, jeudi noir qu'il ne veut pas voir transformé en "match mortifère" avec les syndicats.

La mobilisation contre la fusion des 42 régimes de retraite existants en un système "universel" par points "s'annonce forte et durable", a prévenu vendredi la CGT, qui a appelé à une grève interprofessionnelle avec FO, la FSU et Solidaires.

Le mouvement devrait être particulièrement suivi et pourrait durer plusieurs jours dans les transports, notamment en Île-de-France, en raison de l'appel à une grève illimitée à la RATP et à la SNCF.

Les régimes de retraite en France
Les régimes de retraite en France ( Valentine GRAVELEAU / AFP )

Les organisations syndicales et de jeunesse (les lycéennes Fidl, MNL et UNL, l'étudiante Unef) se projettent déjà dans l'après 5-décembre, avec une nouvelle intersyndicale prévue dès le 6 au matin pour envisager la suite.

Dans l'opposition, à gauche comme à droite, certains rêvent d'une mobilisation puissante: un "grand coup de semonce" pour Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), "un 5 à 7" pour durer au moins jusqu'au samedi 7 avec "des +gilets jaunes+ dans la rue", espère Jean-Luc Mélenchon (LFI).

"Sans brutalité"

L'exécutif lui-même planche sur une crise sociale s'inscrivant dans la durée.

Quais vides gare du Nord à Paris un jour de grève SNCF le 24 avril 2018
Quais vides gare du Nord à Paris un jour de grève SNCF le 24 avril 2018 ( Christophe SIMON / AFP/Archives )

"Le gouvernement mettra tout en œuvre pour accompagner au mieux les Français", a assuré le Premier ministre Édouard Philippe.

Il a donc convoqué vendredi après-midi à Matignon des ministres-clés pour organiser les services d'urgence en cas de blocage du pays. Organisation des transports, accueil du public dans les écoles et les hôpitaux, télétravail: la réunion "a permis de passer en revue l'ensemble des plans de continuité des services publics et de faire un examen des enjeux d'ordre public", a indiqué Matignon dans un communiqué, précisant que le Premier ministre avait dans le même temps rappelé "son attachement au respect du droit de grève et au droit de manifestation".

Quant au haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, il a confirmé vendredi qu'il recevrait de nouveau, pour une ultime opération déminage, "toutes les organisations syndicales entre maintenant et le 5 décembre", plaidant dans un entretien à 20 Minutes pour "ne pas transformer ce 5 décembre en match mortifère".

L'exécutif a multiplié les consultations cette semaine, envoyant à la fois des signes d'ouverture aux syndicats et des consignes de fermeté à ses troupes, pour mieux abattre ses cartes avant Noël. D'un côté, le feu nourri sur les régimes spéciaux "d'une autre époque" et leurs "revendications corporatistes". De l'autre, la main tendue aux "partenaires sociaux", avec qui "le dialogue se poursuit".

Le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye à Matignon le 25 novembre 2019
Le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye à Matignon le 25 novembre 2019 ( ERIC FEFERBERG / AFP/Archives )

Pressé de sortir de "l'ambiguïté", que lui reprochent à la fois les syndicats et le patronat, le gouvernement assume son ambivalence. A l'image d'un Édouard Philippe "plus déterminé que jamais à construire le système universel de retraite" mais "ouvert à la discussion" pour y parvenir "sans brutalité".

Quitte à lâcher du lest sur des thèmes chers aux syndicats, comme les droits familiaux, la pénibilité ou les "garanties" attendues par les enseignants.

Voire à décaler l'entrée en vigueur de la réforme au-delà de 2025: les nouvelles règles ne s'appliqueraient donc pas à partir de la génération 1963 mais "à des personnes un peu plus éloignées de la retraite".

De quoi, espère le pouvoir, désamorcer la contestation et empêcher le front constitué par la CGT, FO et les cadres de la CFE-CGC de s'élargir à la CFDT, dont le soutien à la réforme ne tient qu'à un fil, alors que sa fédération de cheminots a elle-même déposé un préavis de grève.

SNCF, RATP, Air France, contrôleurs aériens, EDF, poids lourds, raffineries, enseignants, étudiants, policiers, avocats, magistrats, éboueurs... Les appels se sont multipliés pour le 5 décembre. La CGT en avait recensé jeudi "plus de 1.000" dans le secteur privé, où les préavis ne sont pourtant pas obligatoires.

A la SNCF en Île-de-France, de premières estimations du nombre de grévistes laissent augurer une mobilisation écrasante. Sur les lignes D et R, "on pense atteindre les 97%", a indiqué Fabien Villedieu de SUD-Rail.

Plus de 150 manifestations sont prévues jeudi prochain, dont une à Paris dans l'après-midi entre la gare de l'Est et la place de la Nation si la préfecture de police valide ce parcours.

gbh-bfa-er-cel/dlm

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
6 avis
Note moyenne : 4.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

Rallye poursuit sa remontée...

Publié le 11/12/2019

Suspendu depuis le 5 décembre, Oeneo bondit de 13% à 13,66 euros pour dépasser le prix de l'offre amicale formulée par Rémy Cointreau. Andromède (une société contrôlée par la famille…

Publié le 11/12/2019

Par courrier reçu le 10 décembre 2019 par l'AMF, la société anonyme Sycomore Asset Management, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la...

Publié le 11/12/2019

Catana, en pleine santé, reste pragmatique. Pour répondre à la forte demande des clients pour ses catamarans, le groupe français a finalement préféré acquérir un chantier naval en Tunisien…

Publié le 11/12/2019

Transgene et BioInvent International AB, société de biotechnologie dédiée à la découverte et au développement d'anticorps immunomodulateurs innovants...