En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 876.50
+1.77 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 709.98
+1.39 %
6 809.08
+1.35 %
1.136
-0.24 %

Renouvellement à la BCE: Madrid ouvre le bal des tractations

| AFP | 678 | Aucun vote sur cette news
Le ministre espagnol des Finances Luis de Guindos (g) et le nouveau président de l'Eurogroupe, le Portugais Mario Centeno, le 22 janvier 2018 à Bruxelles
Le ministre espagnol des Finances Luis de Guindos (g) et le nouveau président de l'Eurogroupe, le Portugais Mario Centeno, le 22 janvier 2018 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP )

L'Espagne a annoncé lundi son intention d'être candidate à la vice-présidence de la Banque centrale européenne (BCE), ouvrant le bal des tractations pour le renouvellement de postes clés, dont son président, Mario Draghi.

"Je suis convaincu que l'Espagne obtiendra le poste" de vice-président de la BCE, a déclaré le ministre espagnol des Finances Luis de Guindos, à son arrivée à une réunion des 19 ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, où doit s'ouvrir la procédure de présélection des candidats.

Il s'est toutefois refusé à dire s'il était lui-même candidat, alors que, selon certaines sources européennes, il serait sur les rangs pour succéder au Portugais Vitor Constancio après le 31 mai 2018.

"Les pays ont jusqu'au 7 février pour présenter leurs candidats et les ministres des Finances de la zone euro procéderont à un premier vote le 19 février, lors de leur prochaine réunion", a précisé le président de l'Eurogroupe, Mario Centeno.

"C'est un changement qui a son importance car il a des conséquences sur le choix du futur président de la BCE", a relevé Carsten Brzeski, économiste de la banque ING.

L'Italien Mario Draghi doit quitter son poste le 31 octobre 2019. Parmi ses successeurs potentiels, l'Allemand Jens Weidmann, patron de la Bundesbank et ancien conseiller de la chancelière Angela Merkel et le Français François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France.

"Il va falloir trouver un équilibre Nord-Sud", a constaté Philippe Waechter, analyste chez Natixis.

"Si c'est un Espagnol qui emporte la vice-présidence de la BCE, alors les chances augmentent pour M. Weidmann, sans toutefois exclure pour autant Villeroy de Galhau", a supputé M. Brzeski. "Ce qui serait intéressant, c'est s'il y avait une candidature irlandaise (à la vice-présidence), car alors, les chances pour Villeroy s'accroitraient", a-t-il estimé.

L'Irlande est le seul pays fondateur de l'union monétaire qui n'a jamais eu de poste parmi les six membres du directoire de la BCE -président, vice-président et quatre autres membres. Et les noms de Philip Lane, gouverneur de la Banque Centrale d'Irlande ou Sharon Donnery, la vice-gouverneure sont évoqués.

- Prix fort -

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du ministère irlandais des Finances s'est cependant refusé à confirmer une candidature: "Nous n'avons pas de commentaire à faire pour le moment. Les Etats membres disposent de plusieurs semaines pour nommer un candidat".

Deux autres postes au directoire de la BCE, également bientôt vacants, devraient faire l'objet de discussion: celui du Belge Peter Praet, chef économiste, qui doit partir le 31 mai 2019, ainsi que celui du Français Benoît Coeuré, dont le mandat s'achèvera le 31 décembre 2019.

"Le plus important des deux postes, c'est celui de M. Praet, qui a exercé ses fonctions de façon pragmatique, alors que ses prédécesseurs, tout deux Allemands, Otmar Issing et Jürgen Stark, s'étaient montré beaucoup plus dogmatiques", a jugé M. Brzeski. Un choix d'autant plus crucial que, selon toute probabilité, il aura lieu au moment où la BCE aura commencé à remonter ses taux ou songera à les relever.

Contrairement à la France -avec Jean-Claude Trichet de 2003 à 2011- et à l'Italie -avec M. Draghi- l'Allemagne n'a jamais présidé la BCE, ce qui pourrait jouer en sa faveur.

Lundi, le quotidien conservateur allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung relevait toutefois que la cote de M. Weidmann "étant mauvaise dans pas mal de pays européens, l'Allemagne devra payer le prix fort pour l'imposer".

Ce dernier ne s'est en effet pas fait que des amis en critiquant ouvertement le programme de rachat de dettes de la BCE, remettant en cause l'unité de la BCE.

En outre, trois Allemands occupent déjà de hautes fonctions dans la finance européenne: Klaus Regling, président du Mécanisme européen de stabilité, dont la mission est d'aider les pays de la zone euro en difficulté, Werner Hoyer, dirigeant de la Banque Européenne d'investissement et Elke König, à la tête du Conseil de résolution unique, chargé d'organiser la faillite ordonnée des banques en difficulté de la zone euro.

Si M. Weidmann succédait à M. Draghi, l'un des trois devrait probablement quitter son poste.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…