En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 560.15 PTS
+0.76 %
5 560.5
+0.79 %
SBF 120 PTS
4 382.48
+0.68 %
DAX PTS
12 415.75
+0.87 %
Dowjones PTS
26 504.00
+0.00 %
7 667.74
+0.00 %
1.130
+0.67 %

Renault-Fiat: l'Etat français prudent avant un nouveau conseil d'administration

| AFP | 387 | 1 par 1 internautes
Le gouvernement français met en garde contre toute
Le gouvernement français met en garde contre toute "précipitation" concernant le projet de fusion entre Fiat Chrysler et Renault ( MARCO BERTORELLO, LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Le gouvernement français a mis en garde mercredi contre toute "précipitation" concernant le projet de fusion entre Fiat Chrysler et Renault, avant une réunion décisive des administrateurs du groupe au losange.

"Prenons le temps, pour faire les choses bien. C'est une opération de grande ampleur, qui vise à créer un champion mondial de l'automobile: pas de précipitation", a déclaré le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire sur BFMTV et RMC.

Le conseil d'administration du constructeur français est réuni depuis 18H00 au siège de Boulogne-Billancourt, près de Paris, pour décider de l'ouverture éventuelle de négociations exclusives avec le groupe italo-américain dans le but de former le numéro 3 mondial de l'automobile.

Les 19 administrateurs, déjà rassemblés mardi soir, avaient réitéré leur "intérêt" pour le projet tout en décidant de poursuivre l'examen du dossier, signe que des doutes persistaient.

M. Le Maire, qui s'exprime au nom de l'Etat français, premier actionnaire de Renault avec 15% du capital, défend l'idée d'un "mariage entre égaux" depuis son annonce il y a neuf jours à l'initiative de Fiat Chrysler (FCA). Mais il veut éviter tout déséquilibre dans la gouvernance qui ferait passer Renault sous pavillon italien et a insisté sur des garanties nécessaires pour la préservation des sites industriels français.

"Nous voulons faire cette fusion, mais nous ne la ferons pas à n'importe quelles conditions", a-t-il assuré.

Le président du conseil régional des Hauts-de-France Xavier Bertrand (divers droite) a également mis en garde contre toute "précipitation". "Un certain nombre de questions se posent", a-t-il estimé dans une lettre envoyée mercredi au président français Emmanuel Macron, soulignant qu'une "telle décision stratégique ne peut être décidée sous la pression du groupe Fiat".

Le projet prévoit la création d'une holding basée à Amsterdam et détenue à parts égales par les actionnaires de Renault et FCA.

La famille Agnelli, qui possède 29% de Fiat Chrysler, verrait sa part mécaniquement diluée à 14,5%, mais elle serait de loin le premier actionnaire, pesant près du double de l'Etat français qui tomberait à 7,5% du capital.

D'après plusieurs sources, les Français auraient obtenu que le siège opérationnel du groupe soit situé à Paris.

L'actuel président de FCA John Elkann, petit-fils de l'emblématique président de Fiat Gianni Agnelli, serait pressenti pour présider la nouvelle entité, tandis que son homologue chez Renault Jean-Dominique Senard assurerait la direction exécutive.

- Succession de M. Senard -

Les discussions entre FCA et le gouvernement français ont porté mercredi sur trois sujets: la représentation de l'Etat français dans le conseil d'administration de la nouvelle entité, les pénalités, y compris financières, en cas de non respect des engagements sur l'emploi, et les conditions de nomination du futur directeur exécutif, sachant que M. Senard (66 ans) serait amené à quitter le groupe dans quatre ans.

Paris souhaite pouvoir peser sur le choix de son successeur, a confié à l'AFP une source proche des discussions. Celle-ci voit quatre issues possibles mercredi soir: "soit c'est oui, soit c'est non, soit c'est oui mais on attend des précisions complémentaires, soit ce n'est pas accepté mais on invite FCA à refaire une proposition plus tard".

FCA a déjà assuré que la fusion ne se traduirait par aucune fermeture de site de production.

Le groupe issu de la fusion pèserait plus de 30 milliards d'euros en Bourse et produirait 8,7 millions de véhicules par an.

Si on y ajoute les volumes de Nissan et Mitsubishi, alliés japonais de Renault, le nouvel ensemble produirait près de 16 millions de véhicules par an, loin devant Volkswagen et Toyota (environ 10,6 millions chacun).

Renault et Fiat Chrysler atteindraient ainsi une taille critique leur permettant de financer sans problème les ruptures technologiques qui bouleversent l'industrie automobile: électrification, véhicules autonomes et connectés.

Nissan, dont Renault détient 43% du capital, et qui contrôle 15% de Renault, a indiqué qu'il n'était pas opposé à ce mariage. Le constructeur japonais, qui pourrait profiter de synergies industrielles avec le nouvel ensemble, compte deux représentants au conseil d'administration de son allié de 20 ans.

C'est le rejet par Nissan des propositions de Renault pour une intégration des deux groupes qui avait précipité ces dernières semaines le projet franco-italien.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/06/2019

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de DANONE, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 20/06/2019

Amoeba recule de 1,2% ce jeudi à 2,05 euros, après avoir annoncé l'émission de la 6e tranche d'obligations convertibles en actions (OCA) de son...

Publié le 20/06/2019

Delta Air Lines poursuit ses prises de participations au capital de ses partenaires...

Publié le 20/06/2019

La Commission européenne a donné son feu vert à l'acquisition d'Areas Worldwide par PAI Partners...

Publié le 20/06/2019

A l’occasion du salon aéronautique du Bourget, Airbus a signé un protocole d’accord (MoU) avec Flynas, une compagnie aérienne low-cost basée en Arabie Saoudite, portant sur l'achat de 10…