En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 144.95 PTS
+0.00 %
5 156.50
+0.24 %
SBF 120 PTS
4 123.52
+0.00 %
DAX PTS
11 715.03
-
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.00 %
1.149
-0.06 %

Religion en entreprise: des conflits rares mais en légère hausse, selon une enquête

| AFP | 230 | Aucun vote sur cette news
L'affichage des convictions religieuses se banalise en entreprise sans poser de difficultés dans la très grande majorité des cas, selon une étude
L'affichage des convictions religieuses se banalise en entreprise sans poser de difficultés dans la très grande majorité des cas, selon une étude ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

L'affichage des convictions religieuses se banalise en entreprise sans poser de difficultés dans la très grande majorité des cas, selon une étude publiée mercredi qui pointe cependant une légère hausse des situations conflictuelles ou nécessitant une intervention des responsables hiérarchiques.

La sixième étude réalisée par l'Observatoire du fait religieux en entreprise (Ofre) et l'institut Randstad, dont les résultats sont publiés par le quotidien La Croix, confirme que "l'expression de l'appartenance religieuse se banalise sur le lieu de travail".

Comme en 2016 et 2017, 65% des personnes interrogées dans le cadre de ce rapport, que l'AFP s'est procuré, constatent l'existence de faits religieux sur leur lieu de travail: demandes d'absences pour des fêtes notamment, ports de signes comme le voile, prières pendant les pauses, stigmatisation, prosélytisme, refus de travailler avec une femme, etc. La part de ceux qui observent cette présence régulièrement est toutefois en recul (29,5% contre 34% en 2017).

Dans plus de 90% des situations, l'affichage confessionnel ne gêne pas le bon fonctionnement de l'entreprise. Mais la part des cas conflictuels progresse légèrement (9,5% contre 7,5% en 2017) et une petite majorité (51%) des situations nécessite désormais une intervention managériale pour résoudre les problèmes ou trouver un compromis. En 2014, seuls 24% des cas appelaient une telle intervention. Quand un manager intervient, 17,5% des cas restent problématiques, contre 6% en 2013.

"Ce qui est assez marquant, par rapport aux années précédentes, c'est l'existence de deux réalités: la plupart des entreprises arrivent de mieux en mieux à gérer le fait religieux, tandis qu'une minorité d'entreprises concentrent le plus de conflits et sont dans une situation inquiétante", explique à l'AFP le chercheur Lionel Honoré, directeur de l'Ofre.

Les questions, blocages ou conflits impliquent une "diversité" de religions même si l'islam "reste très majoritairement" concerné, selon cet universitaire, qui situe les cas notamment dans "les zones périurbaines des grandes métropoles" et des "secteurs à forte main d'œuvre comme l'industrie, la grande distribution, le bâtiment, le transport".

Le fait religieux en entreprise en 2018
Le fait religieux en entreprise en 2018 ( / AFP )

La religion n'est toutefois un sujet régulièrement conflictuel qu'aux yeux de 5% des salariés, loin derrière les conditions de travail (35%) ou même les opinions politiques ou philosophiques (16%). 29% des managers considèrent cependant que le fait religieux rend leur rôle "plus délicat".

L'enquête a été réalisée entre mars et juin 2018 auprès de 1.453 cadres et managers, 1.111 questionnaires ayant finalement été retenus. Les répondants sont catholiques (49,5%), protestants (2%), juifs (2%), musulmans (8,5%), bouddhistes (1%) - pratiquants ou non -, mais aussi athées (27%) ou agnostiques (10,5%).

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

GenSight Biologics, société biopharmaceutique dédiée à la découverte et au développement de thérapies géniques innovantes pour le traitement des...

Publié le 18/10/2018

                                                                         18 octobre 2018   Signature…

Publié le 18/10/2018

Le chiffre d'affaires de Thales sur les 9 premiers mois de l'année 2018 s'établit à 10,873 MdsE, contre 10,236 MdsE sur les 9 premiers mois de 2017,...

Publié le 18/10/2018

bioMérieux, acteur mondial du diagnostic in vitro, communique aujourd'hui les informations trimestrielles relatives à son activité au 30 septembre...

Publié le 18/10/2018

BIC annonce avoir déposé une plainte en manquement auprès de la Commission Européenne pour défaut, par la France et l'Allemagne, de leur obligation de...