En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 870.18 PTS
-1.2 %
4 879.50
-0.92 %
SBF 120 PTS
3 876.75
-0.92 %
DAX PTS
12 631.80
-0.83 %
Dow Jones PTS
28 308.79
+0.4 %
11 677.84
+0. %
1.186
+0.33 %

Relance américaine: Trump prêt à un geste, son ministre des finances pessimiste

| AFP | 468 | 5 par 3 internautes
Donald Trump à l'aéroport de Miami en Floride, le 15 octobre 2020
Donald Trump à l'aéroport de Miami en Floride, le 15 octobre 2020 ( Brendan Smialowski / AFP )

Donald Trump s'est dit jeudi prêt à faire un geste pour débloquer, avant l'élection présidentielle du 3 novembre, les négociations sur un nouveau plan de soutien à l'économie américaine, et une ouverture semblait se dessiner en fin de journée après des signaux plutôt pessimistes.

Interrogé sur la chaîne Fox Business sur la question de savoir s'il pourrait aller au-delà des 1.800 milliards de dollars mis sur la table par son administration pour donner un coup de fouet à l'économie, le locataire de la Maison Blanche n'a pas hésité.

"Je le ferais, je le ferais absolument; je mettrais davantage; j'irais plus haut", a-t-il répondu, au moment où il est nettement devancé dans les sondages par le démocrate Joe Biden à trois semaines d'un scrutin où il brigue un second mandat.

Mais le président du Sénat, le républicain Mitch McConnell, pourtant un allié de Donald Trump, a répété jeudi qu'il ne voterait pas une enveloppe d'un montant aussi élevé.

Les élus républicains du Sénat "pensent que ce que nous avons présenté (début septembre, NDLR), un demi-milliard de dollars, très ciblé, est la meilleure voie à suivre. C'est donc ce que je vais proposer", a-t-il déclaré à des journalistes dans son fief du Kentucky.

La chambre haute du Parlement américain prévoit en effet de voter prochainement sur une mesure ponctuelle d'aide aux petites et moyennes entreprises.

Positions "très éloignées"

Le chômage aux États-Unis
Le chômage aux États-Unis ( Robin BJALON / AFP )

Après de multiples volte-face, la Maison Blanche veut aussi des mesures ciblées, comme des actions pour les PME ou des aides pour les compagnies aériennes.

Mais pour les démocrates, menés par la présidente à la chambre des représentants Nancy Pelosi, pas question d'adopter des mesures indépendantes. Ils veulent un paquet plus vaste évalué à 2.200 milliards de dollars.

Outre l'enveloppe, les deux camps s'opposent sur les aides qui iraient aux Etats pour les soutenir dans leur lutte contre l'épidémie de Covid-19 et ses conséquences sur les services publics, comme les écoles.

Les positions des deux camps restent "très éloignées" sur pas mal de questions, a répété jeudi Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor, en charge des négociations côté républicain.

"Un accord sera difficile à obtenir avant l'élection mais on essaye dur. Donc, je ne veux pas dire que c'est impossible", a ajouté M. Mnuchin. "Ce dont nous avons besoin maintenant est une approche ciblée et sensée".

Une ouverture semblait toutefois se dessiner jeudi en fin de journée, après près d'une heure et demie de conversation téléphonique entre Nancy Pelosi et Steven Mnuchin. Celui-ci aurait accepté la proposition démocrate portant sur le financement d'une stratégie nationale de tests Covid-19, a twitté le porte-parole de Nancy Pelosi.

Le camp républicain doit présenter vendredi les "changements mineurs" qu'il souhaite apporter à cette proposition démocrate, a-t-il ajouté. Et selon lui, Steven Mnuchin a assuré que Donald Trump pèserait de tout son poids pour rallier le président du Sénat.

Tableau économique morose

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, à Washington le 22 septembre 2020r
Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, à Washington le 22 septembre 2020r ( Nicholas Kamm / AFP/Archives )

Le caractère indispensable de ces aides est martelé par les économistes, tant les signaux sont peu rassurants.

Environ 898.000 personnes ont pointé au chômage la semaine dernière, un plus haut depuis août. Si 10 millions d'Américains touchent une allocation chômage, ils sont au total 25 millions à bénéficier d'une aide après avoir perdu leur emploi ou vu leurs revenus chuter.

Quant à l'activité manufacturière, cheval de bataille de Donald Trump qui a promis de rapatrier aux Etats-Unis les emplois partis en Chine, elle évolue de manière contrastée, ralentissant dans la région de New York en octobre mais rebondissant fortement dans les environs de Philadelphie.

Cette incertitude a plongé dans le rouge la Bourse de New York jeudi.

Des aides fédérales permettraient aux Américains de continuer à consommer et aux entreprises de faire face à leurs problèmes de trésorerie et éventuellement de suspendre quelque projets de licenciements massifs, font valoir des experts.

Dans la dernière ligne droite avant l'élection, le président américain, qui se targue d'être l'homme providentiel pour une économie en souffrance, a besoin de présenter une victoire aux électeurs. Mais chaque camp craint que l'autre ne s'attribue le mérite d'un paquet de mesures destinées à aider des millions d'Américains.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/10/2020

Aures Technologies s'envole de 15,2% à 15,6 euros au lendemain de son point intermédiaire...

Publié le 21/10/2020

Les grandes manoeuvres devraient se poursuivre

Publié le 21/10/2020

Nestlé gagne 0,7% à 108,18 francs suisses après une publication trimestrielle meilleure que prévu. Au troisième trimestre 2020, le groupe agroalimentaire suisse a dégage une croissance organique…

Publié le 21/10/2020

APRR (Eiffage) a publié un chiffre d'affaires consolidé (hors construction) en repli de 16,5% à 1,657 milliard d'euros au 30 septembre 2020. Le trafic total mesuré par l'exploitant de réseaux…

Publié le 21/10/2020

Somfy décolle de 11,8% à 136,8 euros en début de séance...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne