5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les syndicats réunis pour essayer d'organiser une action unitaire face aux réformes

| AFP | 225 | Aucun vote sur cette news
La ministre du Travail Muriel Pénicaud le 18 octobre 2017 à Paris
La ministre du Travail Muriel Pénicaud le 18 octobre 2017 à Paris ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

Après avoir été reçus tour à tour par la ministre du Travail Muriel Pénicaud sur les réformes à venir, les syndicats se sont retrouvés mardi dans la soirée pour tenter d'organiser une action commune, en novembre, afin de peser sur le gouvernement.

La réunion s'est ouverte mardi peu après 18h00 au siège de la CFDT, a constaté une journaliste de l'AFP, en présence de responsables de chaque confédération (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, Solidaires), mais pas des numéros un, conformément au format habituel des intersyndicales.

L'Unsa, la FSU, Solidaires, ainsi que des organisations étudiantes Fidl, Unef et Fage étaient également présentes.

Alors que le gouvernement a tourné la page des ordonnances et déjà engagé les prochaines réformes (formation professionnelle, apprentissage), les syndicats vont tenter de parler d'une seule voix. La précédente intersyndicale, le 9 octobre, avait échoué à se mettre d'accord sur une action commune.

Le numéro un de la CGT Philippe Martinez souhaite "une journée de mobilisation pour fédérer un peu tous les mécontentements". "Un coup de semonce au gouvernement", a-t-il résumé.

Même si tous les syndicats expriment des désaccords avec les décisions du gouvernement, ils sont divisés sur la stratégie et les mots d'ordre, la CFDT et FO refusant de descendre dans la rue.

La CGT a manifesté à trois reprises pour réclamer le retrait des ordonnances, rejointe par Solidaires, mais la dernière mobilisation, la semaine dernière, a nettement marqué le pas.

Chahuté par sa base, Jean-Claude Mailly a pourtant concédé l'organisation d'une mobilisation avant le projet de ratification des ordonnances, soit autour du 20 novembre.

Les ordonnances étant déjà entrées en vigueur, les syndicats veulent désormais peser sur les futurs projets de réforme de l'apprentissage, la formation professionnelle et l'assurance chômage, un dossier sensible.

Tous ont d'abord été reçus par Emmanuel Macron et Edouard Philippe, selon la méthode éprouvée pour les ordonnances, avec à Matignon la présence aussi du ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer, partie prenante des réformes apprentissage et formation.

Après Laurent Berger, numéro un de la CFDT reçu vendredi dernier -- qui avait estimé que la réforme de l'apprentissage démarrait sous de "bons auspices" -- Muriel Pénicaud a multiplié les rendez-vous mardi.

"Nous avons donné à la ministre les propositions de la CGT" sur une "formation de qualité" qui "n'est pas réservée à certains", ainsi que sur l'apprentissage, a-t-il expliqué en sortant.

"Nous à la CGT, on râle c'est vrai, mais on propose", a-t-il lâché. La réforme de l'assurance chômage, chantier le plus périlleux, n'a pas été évoquée, a-t-il précisé.

- peser autrement qu'en manifestant -

"Je confirme que cela n'est pas encore cadré du côté gouvernemental, à la fois sur la gouvernance, la manière de traiter la question des indépendants ou des démissionnaires ", a dit en sortant le patron de FO, Jean-Claude Mailly.

Le Premier ministre présentera mercredi "la méthodologie" et le "programme de travail" des trois nouvelles réformes.

Pour l'instant, les partenaires sociaux ont compris qu'il y aurait une "négociation" interprofessionnelle sur la formation, une "concertation" pour l'apprentissage débutant à la fin du mois et plus tard une "réunion multilatérale" sur l'assurance chômage comme ils le réclamaient.

Sur la formation professionnelle, M. Mailly a confirmé qu'il y aura "tout début novembre un document d'orientation nous demandant si on veut négocier".

"On a connu moult réformes dans le domaine de l’apprentissage, de la formation professionnelle continue, ce que nous aimerions c’est que là ce soit la bonne réforme", a commenté le président de la confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), François Asselin.

Reste à trouver une position commune. "Si cette intersyndicale va juste dans le sens de dire +quand est-ce qu'on fait une journée de manifestation+, ce se fera sans nous", a prévenu mardi Philippe Louis, président de la CFTC.

Quant à son homologue de la CFE-CGC François Hommeril, il a souhaité que les syndicats "arrivent à exprimer" leurs "analyses communes". Mais, "on est pas tous tenu à manifester dans la rue". "Il y a d'autres moyens, peut-être plus modernes, plus efficaces pour manifester notre unité", a-t-il glissé.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS