5 313.77 PTS
-0.10 %
5 308.00
-0.08 %
SBF 120 PTS
4 229.13
-0.14 %
DAX PTS
12 966.44
-0.21 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 261.76
-0.60 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Réforme Macron: Draghi (BCE) met en garde contre les contrats "très flexibles"

| AFP | 203 | Aucun vote sur cette news
Le président de la Banque centrale européenne s'inquiète de la fragilité des emplois
Le président de la Banque centrale européenne s'inquiète de la fragilité des emplois "très flexibles" ( Daniel ROLAND / AFP/Archives )

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a mis en garde jeudi contre la fragilité des emplois "très flexibles", au moment où la France adopte sa réforme du marché du travail.

Au début des années 2000, certains pays ont adopté des législations basées sur des "contrats de travail très flexibles par rapport aux emplois existants", a rappelé M.Draghi.

"Ces emplois ont été les premiers à disparaître avec la crise" et la flexibilité introduite dans la législation du travail a eu des retombées "disproportionnées sur les jeunes au sein de la population active", a-t-il ajouté.

Les leçons ont été selon lui tirées et "les réformes du marché du travail devraient à présent viser à diminuer ou à éliminer ce dualisme" entre les statuts très protégés et ceux qui ne le sont pas.

Avec ces mots, Mario Draghi "a voulu souligner l'importance de mener des réformes du marché du travail mais en évitant le tout-libéralisme qui fait que des emplois nouvellement créés sont sacrifiés au premier coup de chaud. La sécurité des emplois doit aussi jouer un rôle dans toute réforme", a expliqué à l'AFP une source à la BCE.

Emmanuel Macron souhaite assouplir les règles du licenciement tout en renforçant l'assurance chômage et la formation. Ces propositions sont régulièrement associées au terme de "flexisécurité."

Mario Draghi a rencontré vendredi dernier le président Français Emmanuel Macron à Paris, avait indiqué alors la Présidence de la République. La BCE a confirmé jeudi ce rendez-vous mais sans donner de détail sur le contenu de leur conversation.

"Nous sommes convaincus que le gouvernement français sait exactement ce qu'il faut faire pour entreprendre les réformes structurelles nécessaires", a simplement dit jeudi M. Draghi lors de la conférence de presse traditionnelle suivant la réunion de politique monétaire.

S'il n'a pas salué en particulier la réforme en cours sur le marché du travail, c'est pour éviter de s'immiscer dans le débat politique en France, a expliqué la même source à la BCE.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2017

14,80 euros dans le viseur

Publié le 20/11/2017

Coface cède 0,99% à 9,01% euros alors que Natixis n’exclut pas de céder sa participation dans le spécialiste de l’assurance crédit. Interrogé par Les Echos la veille d’une journée…

Publié le 20/11/2017

Le groupe s'emploie à combattre les rumeurs...

Publié le 20/11/2017

Standard & Poor's a abaissé sa perspective sur EDF de stable à négative tout en confirmant sa notation sur la dette long terme du groupe "A-". L'agence de notation a pris acte de la révision à la…

Publié le 20/11/2017

Lundi 13 novembre, les actionnaires de CGG ont voté à 91% le plan de redressement. Pour Proxinvest, ces actionnaires ont surtout accepté de se faire diluer au profit principalement de hedge funds…

CONTENUS SPONSORISÉS