En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
-
5 436.00
-
SBF 120 PTS
4 340.58
-
DAX PTS
12 661.54
-
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.63 %
Nikkei PTS
22 898.64
+0.89 %

Réforme du travail : pour Martinez les salariés doivent réagir

| AFP | 309 | Aucun vote sur cette news
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, arrive avec une délégation pour s'entretenir avec le Premier ministre, à Paris, le 24 juillet 2017
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, arrive avec une délégation pour s'entretenir avec le Premier ministre, à Paris, le 24 juillet 2017 ( bertrand GUAY / AFP )

Philippe Martinez (CGT) a appelé lundi les salariés à "réagir" à la "casse du code du travail" envisagée, selon lui, par le gouvernement, rappelant que son syndicat est "opposé à 99%" des pistes envisagées par l'exécutif.

"Ils ont décidé de casser le code du travail, qu'il y ait moins de droits pour les salariés, il faut que les salariés réagissent", a déclaré M. Martinez devant la presse en sortant d'une rencontre à Matignon avec le Premier ministre, Edouard Philippe, et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Il a rappelé l'appel de la CGT "à une journée d'action le 12 septembre".

Ce mot d'ordre de grève et de manifestations "donne le ton par rapport aux craintes que nous avons, de ce que nous avons retenu de nos entretiens avec les services de la ministre" du Travail au cours des six dernières semaines, a-t-il dit. Comme les autres partenaires sociaux, son syndicat a été reçu six fois par le cabinet de Mme Pénicaud.

La rencontre de lundi a été "l'occasion pour nous de réaffirmer notre opposition à 99% (...) de ce que nous avions entendu durant ces six heures de discussion", a rapporté M. Martinez, qui attend désormais le texte des ordonnances pour "y voir plus clair".

Le syndicaliste estime notamment que "la place de la branche" professionnelle "n'est toujours pas réaffirmée" et qu'à l'avenir, "l'accord d'entreprise remplacera le contrat de travail". "Pour des salariés, très concrètement, qui refuseront une augmentation du temps de travail ou une diminution de salaire prévue dans un accord d'entreprise, ce sera le licenciement", anticipe-t-il.

Concernant le futur barème des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, "le juge ne pourra plus statuer en fonction de la situation réelle du salarié", déplore-t-il.

Sur le "CDI de chantier", que le gouvernement veut étendre au-delà du secteur de la construction, "ça va renforcer la précarité", juge-t-il, tout en appelant à "plutôt légiférer sur la diminution du recours à l'intérim". Le contrat de chantier est un contrat à durée indéterminé qui se termine une fois un chantier achevé.

Philippe Martinez ne voit aucune avancée, tout au plus des "reculs dans les reculs", comme la hausse annoncée des indemnités légales de licenciement. Et si M. Philippe et Mme Pénicaud lui ont assuré qu'ils avaient "retenu des propositions de la CGT", il n'y voit qu'un trait "d'humour" du Premier ministre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Le premier domaine d'application de ce partenariat concernera le raffinage...

Publié le 17/07/2018

Le Groupe anticipe une légère dégradation de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2018-2019...

Publié le 17/07/2018

Le plan national égyptien vise à développer plus de 13 GW de capacité renouvelable...

Publié le 17/07/2018

Les OCA ne portent pas de bons de souscription d'actions (BSA), et portent sur 8 ME maximum de nominal...

Publié le 17/07/2018

Les ampoules seront commercialisées sous la marque AwoX avec le co-branding Deutsche Telekom Magenta SmartHome...