En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 392.68 PTS
+0.89 %
5 390.5
+0.91 %
SBF 120 PTS
4 327.95
+0.93 %
DAX PTS
12 363.45
+1.25 %
Dowjones PTS
25 786.73
+0.46 %
7 364.45
-0.18 %
1.143
-0.05 %

Aides européennes: Toulouse paralysée par les agriculteurs en colère

| AFP | 562 | 5 par 1 internautes
Manifestation d'agriculteurs qui bloquent les artères à Toulouse, le 31 janvier 2018
Manifestation d'agriculteurs qui bloquent les artères à Toulouse, le 31 janvier 2018 ( ERIC CABANIS / AFP )

Pneus et bottes de paille en feu: une centaine de tracteurs d'agriculteurs en colère ont provoqué mercredi la paralysie de l'agglomération de Toulouse en créant d'énormes bouchons sur le périphérique et dans le centre de la quatrième ville de France, pour protester contre la nouvelle carte européenne des zones agricoles défavorisées.

"Le ministre (de l'Agriculture) se moque des agriculteurs. C'est intolérable!", ont protesté la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) de Haute-Garonne, qui dénoncent une réforme des aides européennes qui pourrait priver certains d'entre eux de la moitié de leurs revenus.

Après avoir bloqué dès 06H30 le périphérique toulousain et les autoroutes qui y convergent, les agriculteurs ont obstrué avec leurs tracteurs un boulevard du centre-ville près de la préfecture de région, où une délégation a été reçue.

A sa sortie, un des responsables de la FDSEA, Christian Mazas, s'est réjoui "d'avoir obtenu un rendez-vous avec le ministre" Stéphane Travert vendredi à 11H00, une rencontre que le ministère a confirmée.

"On demandera au ministre de conserver toutes les zones défavorisées d'Occitanie", a déclaré M. Mazas, mais "si on n'obtient pas satisfaction, ce sera sans concession", a-t-il prévenu, évoquant une manifestation "plus dure" la semaine prochaine.

Avant de lever le camp, les manifestants ont déversé foin, fourrage, pneus, bidons et palettes aux abords de la préfecture. Ils ont ensuite regagné le périphérique à bord de leurs tracteurs et mis fin à leur blocage quand la préfecture a confirmé le rendez-vous avec le ministre.

Auparavant, quelque 110 tracteurs selon la préfecture avaient perturbé le trafic une bonne partie de la journée, en coupant le périphérique autour de la ville rose, où Airbus a son siège mondial sur une aire urbaine qui compte plus d'1,2 million d'habitants.

Opérations escargot menées par quelque 110 tracteurs sur le périphérique et les autoroutes autour de Toulouse, le 31 janvier 2018
Opérations escargot menées par quelque 110 tracteurs sur le périphérique et les autoroutes autour de Toulouse, le 31 janvier 2018 ( PASCAL PAVANI / AFP )

Si la nouvelle carte des aides entre en vigueur, "je perdrais 7.000 euros (par an). Ce n’est pas un petit montant par rapport au budget de mon exploitation, je suis en train de réfléchir sur l’éventualité d’arrêter", a expliqué Joël Escrieut, éleveur à Avignonet-Lauraguais, également responsable secteur élevage de la FDSEA.

"Je suis sur des coteaux pentus, on ne peut pas faire autre chose que de l’élevage. Il faut maintenir ces aides pour maintenir le territoire en bon état, entretenir les terres, sinon elles deviendront des friches", a-t-il insisté.

- 'Perte de revenus' -

A Montauban, dans le Tarn-et-Garonne voisin, les éleveurs avaient également érigé des barrages sur les deux autoroutes d'accès à la ville, avant de pénétrer à pied sur l'A62, où ils se sont couchés, coupant temporairement l'axe Toulouse-Bordeaux.

Comme ils l'ont fait ailleurs dans le sud-ouest, les agriculteurs protestent contre la carte des futures zones agricoles défavorisées, qui risque de réduire le nombre de communes éligibles à certaines aides européennes et provoquer, selon eux, la faillite de nombreuses exploitations.

La réforme européenne des zones agricoles défavorisées dites simples doit être validée le 15 février et entrer en vigueur au printemps.

Pour Thibault Audibert, 19 ans, élève en BTS agricole à Auch qui envisage de reprendre l’exploitation familiale de race bovine, "très clairement, il y aura une perte de revenus". "Ca peut remettre en cause mon installation. Je ne sais pas si l’exploitation sera viable sans ces aides", a-t-il souligné.

La présidente de la région Occitanie Carole Delga (PS) a également jugé "incompréhensible que les moyens de l'une des premières régions agricoles de France, soient en baisse". "Nous portons des solutions concrètes pour le territoire d'Occitanie et pour nos agriculteurs qui ne doivent pas être sacrifiés. Il est plus qu'urgent que nos propositions soient entendues et étudiées", a-t-elle déclaré, dans un communiqué réclamant "un rendez-vous urgent au ministre de l'Agriculture".

Opérations escargot menées par quelque 110 tracteurs sur le périphérique et les autoroutes autour de Toulouse, le 31 janvier 2018
Opérations escargot menées par quelque 110 tracteurs sur le périphérique et les autoroutes autour de Toulouse, le 31 janvier 2018 ( PASCAL PAVANI / AFP )

Le président du conseil départemental, Georges Méric (PS), avait aussi fait part de "son inquiétude" au ministre. Selon lui, le nouveau zonage "impliquerait l'exclusion de près de 100 communes haut-garonnaises de ces zones défavorisées, alors que le département en a déjà perdu 130 en avril. Début 2017, la Haute-Garonne comptait 400 communes classées. Si cette nouvelle carte est appliquée, elle n'en compterait plus que 170, a-t-il déploré.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/08/2018

Euronext prend de la hauteur en bourse ce lundi...

Publié le 20/08/2018

Lundi 20 août 2018A 08h00 en AllemagnePrix à la production de juillet.Mardi 21 août 2018Aucune statistique n'est attendue.Mercredi 22 août 2018A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en…

Publié le 20/08/2018

Alexandre de Palmas succède à Christophe Rabatel, nommé CEO de Carrefour Pologne depuis le 1er juillet 2018.

Publié le 20/08/2018

La valeur de l'effectif augmente

Publié le 20/08/2018

Au mois d'Avril 2018, Artprice, Leader mondial de l'information sur le Marché de l'Art et son siège social le Musée d'Art Contemporain L'Organe…