En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 836.11 PTS
-1.24 %
4 837.5
-1.05 %
SBF 120 PTS
3 849.02
-1.11 %
DAX PTS
10 783.52
-1.29 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.131
-0.41 %

"Recherche ouvriers": Tijuana, à la frontière américaine, offre des emplois aux migrants

| AFP | 291 | 5 par 1 internautes
Un
Un "salon pour l'emploi" organisé pour les migrants centraméricains à Tijuana au Mexique, le 19 novembre 2018 ( Guillermo Arias / AFP )

Maçons, cuisiniers, peintres, couturières: la caravane de migrants qui a parcouru plus de 4.000 km en quête du rêve américain apporte une main-d'oeuvre précieuse à la ville mexicaine de Tijuana, à la frontière avec les États-Unis, qui veut les employer pour son industrie.

Sous une tente installée près de leur refuge surpeuplé, dans un quartier défavorisé de Tijuana, des centaines de migrants font la queue pour entrer au "salon de l'emploi" organisé pour eux.

"Ce sont des gens très forts, une main-d'oeuvre très précieuse pour notre industrie", indique à l'AFP Nayla Rangel du Service national de l'emploi, chargée de coordonner ce salon qui durera un mois.

Des entreprises y sont réunies pour proposer des postes vacants et faire passer des entretiens d'embauche à ces Centraméricains qui ont démontré leur détermination en passant plus d'un mois sur les routes, à pied ou en auto-stop, pour fuir la violence et la misère au Honduras.

Un migrant remplit un formulaire au
Un migrant remplit un formulaire au "salon pour l'emploi" organisé à Tijuana ( Guillermo Arias / AFP )

L'arrivée de la caravane dans la ville-frontière a provoqué des manifestations hostiles de la population locale, dont certains craignent qu'ils n'apportent de la violence.

Mais la grande majorité des migrants sont des familles qui peuvent même "nous aider à identifier ces personnes (criminelles)" parmi eux, estime Salvador Diaz, président de l'Association locale des industriels.

Au sein du salon, les autorités migratoires mexicaines et la Commission d'assistance aux réfugiés aident les migrants à régulariser leur situation et à bénéficier de la sécurité sociale.

"Nous cherchons à leur donner un visa pour des raisons humanitaires le temps que leur statut migratoire soit défini et qu'ils obtiennent un permis de travail", explique Nayla Rangel.

- N'importe quel travail -

Quelque 3.000 migrants de la caravane se trouvent actuellement à Tijuana, la plupart hébergés dans un centre sportif aménagé par les autorités, équipé de tentes et de matelas.

Des milliers d'autres migrants devraient les rejoindre au cours des prochains jours depuis la ville voisine de Mexicali.

Des entreprises y sont réunies pour embaucher ces Centraméricains qui ont démontré leur détermination en passant plus d'un mois sur les routes
Des entreprises y sont réunies pour embaucher ces Centraméricains qui ont démontré leur détermination en passant plus d'un mois sur les routes ( Guillermo Arias / AFP )

"On recherche des ouvriers", peut-on lire sur une annonce que tient à la main Wilmar Correa alors qu’il fait la queue dans ce salon.

Ce Hondurien âgé de 27 ans a étudié pour devenir instituteur, mais n’a jamais pu obtenir un poste, et est disposé à accepter "n'importe quel travail".

Comme beaucoup de villes frontalières, le moteur de l'économie à Tijuana est l'industrie manufacturière, notamment les secteurs aéronautiques, de la médecine et de l'électronique.

Au sud, le long des magnifiques plages de l'État de Basse-Californie s'alignent les restaurants et les hôtels à destination du tourisme international.

Avec un commerce bilatéral de plus de 500 milliards de dollars par an, le Mexique envoie plus de 80% de ses exportations aux États-Unis, son principal partenaire.

Dans ce salon pour migrants, "nous offrons entre 7.000 et 10.000 emplois dans l'industrie et dans la restauration", souligne M. Diaz.

Tout le monde y gagne: les migrants obtiennent un emploi déclaré et les employeurs des emplois aux salaires déductibles d'impôts, explique-t-il, une clause mise en place pour faciliter l'intégration de ces migrants.

- Success story -

Pour 1.800 pesos par semaine (environ 80 euros), Cesar Elvir, un Hondurien de 20 ans, est prêt à travailler comme peintre dans une usine.

Arrivé avec sa femme et ses deux enfants, il a déjà passé les premiers entretiens et attend un appel de l'entreprise pour confirmer son embauche.

"Mon but en soi n'est pas Tijuana, mais en attendant d'autres opportunités, il faudra rester un moment ici", dit-il.

Des migrants centraméricains en route pour Tijuana au Mexique, le 20 novembre 2018
Des migrants centraméricains en route pour Tijuana au Mexique, le 20 novembre 2018 ( PEDRO PARDO / AFP )

La caravane centraméricaine ressemble à celle de milliers d'Haïtiens arrivés à Tijuana il y a deux ans. Beaucoup d'entre eux sont entrés aux États-Unis, mais d'autres se sont installés au Mexique.

"Le cas des Haïtiens était très positif. Nous en avons recruté environ 2.500", poursuit M. Diaz.

"Le plus important, c'est qu'ils se soient bien intégrés à la société. Nous n'avons eu aucun problème avec eux. Nous voulons arriver à la même chose avec les Centraméricains", dit-il.

Au Honduras, "j'ai été nounou, je faisais du ménage" déclare Karla Vallecio, 34 ans, après avoir rempli un formulaire pour postuler à un emploi.

"Si je travaille, la première chose que je ferais, c'est chercher un petit logement pour rester ici", prévoit-elle, consciente que le processus pour demander l'asile aux États-Unis sera très lent.

Des parents aux États-Unis lui ont dit "d'attendre que la situation se calme", avant ensuite d'essayer d'y entrer légalement, explique-t-elle.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Communiqué de presse 14 décembre 2018 - N° 29   SCOR apporte son soutien à la science actuarielle avec l'attribution des prix de l'actuariat dans sept pays en 2018   En…

Publié le 14/12/2018

Elle était inespérée, mais elle est intervenue Theresa May a obtenu la confiance de 200 députés et sauvé sa tête hier lors du vote de...

Publié le 14/12/2018

Sensorion prend 6,2% à 1,14 euro dans un volume de 0,6% du capital ce vendredi, le groupe ayant annoncé l'atteinte du critère principal de tolérance...

Publié le 14/12/2018

La faiblesse du cours de bourse de Rexel, qui vient de perdre près du tiers de sa valeur en six mois et la moitié en cinq ans, attire l'intérêt...

Publié le 14/12/2018

Le chinois CGN et le français EDF annoncent que l'unité numéro 1 de la centrale nucléaire de Taishan (Chine) est devenue le premier EPR au monde à entrer en exploitation commerciale. Ce jalon…