En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 868.37 PTS
+1.29 %
4 838.5
+0.84 %
SBF 120 PTS
3 851.22
+0.81 %
DAX PTS
10 834.75
+0.50 %
Dowjones PTS
24 370.24
-0.22 %
6 704.24
+0.00 %
1.132
+0.05 %

"Gilets jaunes": mobilisation en baisse, Macron dit sa "honte" des violences à Paris

| AFP | 1414 | 1 par 1 internautes
Manifestation de
Manifestation de "gilets jaunes" sur les Champs Elysées à Paris, le 24 novembre 2018 ( Bertrand GUAY / AFP )

Un "acte 2" moins mobilisateur au niveau national, mais avec des incidents violents à Paris : la manifestation des "gilets jaunes" samedi sur les Champs-Elysées a donné lieu à des échauffourées et des interpellations, violences condamnées par Emmanuel Macron.

Le président a exprimé sa "honte" face à ces incidents, dénonçant ceux qui ont "agressé" les forces de l'ordre et "violenté d'autres citoyens".

La journée a aussi été marquée par une passe d'armes politique, le gouvernement imputant les violences à des "séditieux" de "l'ultradroite" qui répondraient "à l'appel de Marine Le Pen". Les partis d'opposition, à droite comme à gauche, ont répliqué, lui reprochant de vouloir réduire le mouvement aux violences et de rester sourd aux revendications des manifestants.

Exactement 106.301 "gilets jaunes" ont été recensés samedi à 17H00 dans toute la France, dont 8.000 à Paris, contre 282.710 au total samedi dernier à la même heure, a dénombré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, évoquant un "fort affaiblissement de la mobilisation".

Il y a eu au total 130 personnes placées en garde à vue. A Paris, 69 personnes ont été interpellées, selon un bilan de la Préfecture de police (PP) dans la soirée.

A Toulouse, trois journalistes de C-News et BFM-TV ont porté plainte pour "violences aggravées" et "tentative d'agression en réunion", et à Béziers deux journalistes du quotidien Midi Libre ont déposé plainte pour dégradation de l’agence locale et des coups portés par des "gilets jaunes" sur l’un d’eux.

A Paris, "les dégâts sont faibles, ils sont matériels, c'est l'essentiel", a estimé M. Castaner. Quelques commerces ont également été dégradés, selon la PP. Au niveau national, le ministre a noté "deux types de manifestants": ceux, en province qui se sont mobilisés dans une ambiance "bon enfant" et ceux ayant commis des "actes graves" à Paris, mais aussi à Villefranche-sur-Saône (Rhône), où des violences ont eu lieu.

Il s'agissait de la deuxième grande journée de mobilisation des "gilets jaunes" contre la hausse des prix du carburant, les taxes et la baisse du pouvoir d'achat, une semaine après le début du mouvement.

La PP a dénombré 24 blessés à Paris, dont 5 dans les forces de l'ordre. L'un d'eux, un policier a été brûlé à l'aine.

"Macron démission" peut-on lire sur ce gilet jaune, sur les Champs Elysées, le 24 novembre 2018 ( Bertrand GUAY / AFP )

C'est sur l'avenue des Champs-Elysées, dont une partie était interdite de rassemblement par les autorités, que les incidents ont été les plus marquants.

Dans la matinée, à l'appel des leaders informels de cette mobilisation, qui se revendique "populaire" et "apolitique", les manifestants, originaires de région parisienne ou de province, avaient convergé tranquillement vers le haut de la célèbre avenue, le bas de celle-ci (la Concorde et l'Elysée) étant protégé par un important dispositif de sécurité.

Quand la foule a tenté de pénétrer dans ce périmètre, les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes et repoussé les "gilets jaunes" avec des canons à eau. La situation s'est alors tendue: barricades de barrières de chantier dressées par des manifestants, jets de projectiles et de pavés par des petits groupes, feux tricolores arrachés, panneaux de signalisations couchés, échauffourées...

Barricade improvisée par des
Barricade improvisée par des "gilets jaunes" sur les Champs Elysées à Paris, le 24 novembre 2018 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP )

Les incidents n'ont dès lors plus cessé sur les Champs-Elysées et dans les rues adjacentes. Des pompiers sont intervenus pour éteindre des feux de barricades, qui dégageaient d'épaisses fumées noires, s'ajoutant au brouillard blanc des gaz lacrymogènes.

Jusque vers 21h00 la tension est restée vive sur l'avenue et dans certaines rues alentours. Des petits groupes mobiles d'individus, certains cagoulées, ont continué de "harceler" les forces de l'ordre ou d'incendier des barricades.

Vers 23H00 des fourgons de CRS et gendarmes étaient toujours présents sur les Champs Elysées.

M. Castaner a diffusé peu avant sur Twitter une vidéo où on le voit sur le terrain dans la soirée saluer les forces de l'ordre et leur dire "merci".

- Opérations péages gratuits -

Des
Des "gilets jaunes" bloquent le péage de Muret, près de Toulouse, le 24 novembre 2018 ( Pascal PAVANI / AFP )

Au Champs-de-Mars, seul endroit initialement autorisé par la préfecture, une centaine de "gilets jaunes" se sont rassemblés.

A part un noyau dur de manifestants, d'autres se voulaient plus pacifiques: "On n'est pas là pour casser du flic, on est venu pour que le gouvernement nous entende, qu'il entende son peuple. Ici on veut pas de politique, pas de syndicat. Nous dénonçons la violence des pseudo manifestants", a déclaré à l'AFP Laetitia Dewalle, 37 ans, porte-parole des "gilets jaunes" à Pontoise.

Des actions ont également été menées en province, berceau de cette contestation. Ils ont ainsi manifesté à Lille, à Quimper, Angers, Bordeaux, Limoges, Rochefort. A d'autres endroits, ils étaient mobilisés sur des barrages filtrants, des opérations escargots (Orly par exemple), des opérations sur des axes routiers, notamment auprès de péages (opérations "péages gratuits") ou des zones commerciales. De fortes perturbations ont été notées par exemple à hauteur de Villefranche-sur-Saône, entraînant la déviation du trafic sur l'autoroute A6 du nord de Lyon jusqu'à Mâcon.

A Redon, en Ille-et-Vilaine, un automobiliste a tenté de franchir une intersection où se trouvaient des "gilets jaunes". Trois personnes ont été blessées et deux ont été prises en charge par le CHU; l'automobiliste est en garde a vue, selon la préfecture. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés dans une zone commerciale à Englos près de Lille, à Calais, à Laon (Aisne).

En place sur une opération péage gratuit à Beaumont, sur l'A4 dans le sens Paris-Metz, Mickael, porte-parole des "gilets jaunes" messins se dit "mobilisé autant pour ma grand-mère qui est retraitée que pour l'avenir de mon fils de 3 ans". A Paris, "on savait très bien qu'il allait y avoir de la casse, des débordements. Ce mouvement est né en région et ici ça se passe très bien avec les gendarmes et les services de l'Etat", a-t-il dit.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Orange annonce le versement d’une prime exceptionnelle à tous ses salariés en France dont le salaire brut annuel est inférieur à trente mille euros. Celle-ci sera d’un montant de 1 000 euros…

Publié le 12/12/2018

Les propos optimistes de Donald Trump sur les chances de parvenir à un accord commercial avec la Chine, doivent permettre aux marchés...

Publié le 12/12/2018

Boeing a livré le premier 787-9 Dreamliner commandé par Royal Air Maroc. Il s’agit du deuxième membre de cette famille d’avions très efficients à rejoindre la flotte marocaine. Ce nouvel…

Publié le 12/12/2018

EOS imaging a annoncé le succès des opérations de règlement-livraison de l'augmentation de capital aux termes desquelles le capital social du spécialiste de l'imagerie médicale est de 261.304,07…

Publié le 12/12/2018

Plus forte hausse du CAC 40 avec une progression de 3,77% à 145,80 euros, Pernod Ricard bénéficie de l’offensive d’Elliott. Le fonds activiste a informé le groupe de vins et spiritueux…