En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 033.95 PTS
-0.69 %
5 026.00
-0.84 %
SBF 120 PTS
4 016.52
-0.95 %
DAX PTS
11 330.97
-0.71 %
Dowjones PTS
24 948.16
-0.53 %
6 777.53
+0.11 %
1.131
-0.04 %

Rapport sur la santé au travail: CGT, FO et Unsa très critiques

| AFP | 2260 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire général de Force ouvrière Pascal Pavageau, le 17 juillet 2018 à l'Elysée
Le secrétaire général de Force ouvrière Pascal Pavageau, le 17 juillet 2018 à l'Elysée ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

"Risque de déresponsabilisation des entreprises", "manque d'ambition", crainte de "moyens réduits": les syndicats CGT, FO et Unsa ont multiplié les critiques après la remise mardi d'un rapport sur la santé au travail qui préconise un organisme national pour la coordination et un "guichet unique" par région pour accompagner les entreprises.

Le Premier ministre Édouard Philippe a salué la "grande qualité" du rapport de la députée LREM Charlotte Lecocq, qui avait fuité dans la presse la semaine dernière.

Alors que le système actuel de prévention des risques professionnels "génère des doublons, des interférences et nécessite une coordination très consommatrice de ressources", sa réforme vise à le "rendre plus lisible et plus efficace", a fait valoir le chef du gouvernement.

"Une négociation interprofessionnelle dont le champ reste à fixer pourrait se tenir sur la base de ces orientations", a-t-il annoncé dans un communiqué.

Le thème de la santé au travail sera abordé à partir de mercredi à Matignon, où le Premier ministre recevra tour à tour les partenaires sociaux. Ceux-ci sont demandeurs de discussions sur ce sujet dans les prochaines semaines.

Mais "la CGT met en garde", dans un communiqué, contre le regroupement des divers acteurs de la prévention des risques professionnels. "Nous avons trop d'exemples en France d'institutions fusionnées avec des moyens réduits qui sont devenues des lieux de souffrance au travail avec pour conséquence une dégradation du service rendu", alerte la centrale.

Pour Force ouvrière, "si la prévention doit être une priorité absolue pour laquelle les interlocuteurs sociaux sont mobilisés, elle doit rester de la responsabilité de l'employeur et ne peut, au motif de fusion des acteurs et des instances et d'universalisation, être transférée à chaque travailleur".

En outre, "la fusion des différents acteurs concourant à la prévention de la santé au travail au sein d'une unique instance tripartite ne doit pas être un outil aux mains du gouvernement pour mettre à mort la gouvernance paritaire", avertit FO dans un communiqué.

Pour l'Unsa également, "ce rapport manque (...) d'ambition pour la promotion de la santé des salariés et leur qualité de vie au travail". "S'il est nécessaire de dédier un effort financier et significatif à la prévention comme l'indique le rapport, (...) aucun financement supplémentaire n'est prévu", déplore la fédération de syndicats autonomes dans un communiqué.

La CFDT a elle aussi réagi à la remise de ce rapport. Le nouveau cadre proposé "ouvre des perspectives pour répondre (aux) enjeux. A la condition toutefois que les partenaires sociaux puissent jouer pleinement leur rôle, tant au niveau national que régional", a-t-elle estimé dans un communiqué.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/11/2018

A fin 2017, Roland Fitoussi était le premier actionnaire de SQLI avec 11,5% du capital...

Publié le 15/11/2018

Plus de 2% du capital pour AQR

Publié le 15/11/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 15/11/2018

a banque s'attend toujours à la signature d'un accord avec les autorités américaines "dans les prochains jours ou les prochaines semaines"...

Publié le 15/11/2018

Information   15 novembre 2018 Déclaration au titre de l'article L. 233-8 II du Code de Commerce et de l'article 223-16 du Règlement général de l'Autorité…