En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 379.58 PTS
-0.35 %
5 368.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 298.92
-0.50 %
DAX PTS
12 541.89
-0.16 %
Dowjones PTS
25 027.36
-0.12 %
7 333.82
-0.22 %
1.170
-0.17 %

Radars routiers "pompes à fric"? Un rapport tord le cou au cliché

| AFP | 443 | 1 par 1 internautes
Depuis 2003, les recettes des radars n'ont cessé d'augmenter et devraient rapporter plus d'un milliard d'euros à l'État en 2018
Depuis 2003, les recettes des radars n'ont cessé d'augmenter et devraient rapporter plus d'un milliard d'euros à l'État en 2018 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Près de 92% des 920 millions d'euros de recettes des radars automatiques sont consacrés à la lutte contre l’insécurité routière, notamment à l’amélioration du réseau routier, indique mardi un rapport officiel qui tord le cou au cliché des radars "pompes à fric".

"A quoi sert l'argent des radars automatiques? Pour la première fois, la réponse à cette question est développée en détails dans un rapport officiel annexé au Projet de loi de finances de l'année 2018", a annoncé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Le document révèle que "la quasi-totalité des amendes radars (91,8%, soit 845,2 millions d'euros), a bien été consacrée à la lutte contre l'insécurité routière, notamment à travers l'amélioration du réseau routier, contre 8,2% (75 millions d'euros) affectés au désendettement de l'Etat".

Ces 845,2 millions sont répartis entre l'Agence de financement des infrastructures de transports de France (351,5 millions d'euros), les collectivités territoriales (254,7 millions d'euros) et la Délégation à la sécurité routière (239 millions d'euros).

Ils ont notamment servi au bitumage du réseau routier national, à la mise en sécurité de tunnels, au percement de galeries de sécurité, à la pose de panneaux de signalisation intelligents (panneaux à messages variables) ou encore à déployer et maintenir les systèmes automatiques de contrôle et de sanction.

Les 8% restants, soit 75 millions d'euros, proviennent "uniquement des recettes liées aux amendes forfaitaires majorées".

"Ce premier rapport officiel, qui sera publié chaque année en annexe du Projet de loi de finances, témoigne du désir de transparence pour répondre aux détracteurs de la sécurité routière: on entendait que les radars c'était des pompes à fric, des recettes fiscales pour l'Etat", a expliqué à l'AFP Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière.

Les 4.398 radars ne sont pas implantés "en considération d’intérêts financiers, mais uniquement pour contribuer à la réduction des morts et des blessés sur nos routes", fait valoir le ministère.

En 2016, le produit des amendes liées aux infractions de la route s'est élevé à 1,8 milliard d'euros, dont 920 millions d'amendes des radars automatiques. Les 897 autres millions correspondent aux amendes de stationnement et des contraventions émises par la police de circulation.

Depuis 2003, les recettes des radars n'ont cessé d'augmenter et devraient rapporter plus d'un milliard d'euros à l'Etat en 2018. La mortalité routière, elle, connaît sa troisième année d'augmentation consécutive, une première depuis 1972.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

Remboursement anticipé d'une partie des OCA en circulation, avec Yorkville qui accepte de convertir le solde de ses OCA en actions (,5 E/action) et TxCell qui pourra acheter l'ensemble des bons et…

Publié le 23/07/2018

Dans des volumes limités, Vente-unique...

Publié le 23/07/2018

C’est désormais officiel. Alfredo Altavilla, le patron de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) pour les régions Europe, Proche-Orient, Afrique va quitter le groupe fin août afin de « poursuivre…

Publié le 23/07/2018

Atos a dévoilé son projet d'acquisition de Syntel pour 3,4 milliards de dollars, soit 41 dollars par action, entièrement payables en numéraire. Ce prix représente une prime d'environ 14% sur…

Publié le 23/07/2018

Lundi 23 juillet 2018APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du…