En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Quand artistes et influenceurs ringardisent les égéries "tradi" des marques de sport

| AFP | 383 | Aucun vote sur cette news
La chanteuse Rihanna lors d'un défilé de sa collection Fenty Puma, le 12 février 2016 à New York
La chanteuse Rihanna lors d'un défilé de sa collection Fenty Puma, le 12 février 2016 à New York ( Timothy A. CLARY / AFP/Archives )

Et si Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, égéries respectives de Nike et Adidas, avaient des soucis à se faire? A l'image de Rihanna (Puma) ou Ariana Grande (Reebok), les équipementiers sportifs font de plus en plus appel aux artistes et autres "influenceurs" pour mettre en avant leurs produits.

Quand Adidas réunit tous ses ambassadeurs lors d'un dîner de "créateurs", à la table il y a bien sûr les égéries "naturelles" comme l'ancien footballeur David Beckham ou le basketteur James Harden, mais aussi... des chanteurs comme Pharell Williams, des mannequins comme Karlie Kloss ou encore des créateurs de mode comme Alexander Wang!

Pourquoi convier de tels "intrus" dans un spot publicitaire? Puisque "les vêtements de sport sont utilisés par les jeunes comme des vêtements de mode", recourir à des artistes est "une excellente occasion pour les marques d'élargir un peu leur cible et leur univers", explique à l'AFP Jean-Philippe Danglade, auteur de "Marketing des célébrités".

L'artiste américain Kendrick Lamar, en concert le 16 avril 2017 au festival de Coachella
L'artiste américain Kendrick Lamar, en concert le 16 avril 2017 au festival de Coachella ( Christopher Polk / GETTY/AFP )

Depuis le groupe hip-hop Run DMC, qui "a ouvert la boîte de Pandore" en 1986 avec sa célèbre chanson "My Adidas", on assiste même à "une vraie bataille" pour s'attacher les services de ces "immenses stars", selon lui. Au point de voir, comme chez les sportifs, certains "transferts" s'opérer d'une marque à l'autre, à l'image de Kendrick Lamar, passé récemment de Reebok à Nike.

- 'Mercato' -

"C'était le mercato hivernal on va dire!", confie à l'AFP le rappeur français MHD, qui vient de lancer une collection avec Puma, après avoir collaboré avec Adidas en 2016 sur le lancement du nouveau maillot du Real Madrid.

Outre "les valeurs de créativité" que ces artistes peuvent apporter, c'est surtout leur puissance de frappe en matière de notoriété qui attire les marques. Car si l'on compare le nombre de followers sur Instagram, Selena Gomez (131 millions) ou Rihanna (58,9 M) surpassent largement leurs "collègues" de Puma Antoine Griezmann (14,3 M), ou Usain Bolt (7,9 M).

Dans leurs stratégies multiformes pour toujours mieux atteindre le consommateur, les marques ont également recours, souvent pays par pays, à des "influenceurs" moins connus mais tout aussi efficaces pour peser sur le comportement d'achat.

Le rappeur français MHD, le 15 septembre 2017 à Washington
Le rappeur français MHD, le 15 septembre 2017 à Washington ( Leo MOUREN / AFP/Archives )

Pour s'offrir une paire de "Glitch", crampons Adidas au revêtement interchangeable lancé en octobre dernier via une application mobile, il faut par exemple se procurer un code uniquement accessible auprès d'une trentaine d'"influenceurs" sélectionnés par la marque : outre le joueur du PSG Presnel Kimpembe, des youtubeurs comme Jordan Dutouya ou encore des "freestylers" comme la S3 Society.

Pourquoi ce choix? "Je pense qu'auprès des 17-18 ans, il y a trop d'informations, trop de publicités qui leur sont destinées. Mais l'idée de connaître quelqu'un (en qui) j'ai confiance et qui me recommande quelque chose est très importante pour eux", explique à l'AFP Marc Makowski, directeur du développement commercial football chez Adidas.

- Complémentarité -

"C'est vrai ils ne sont pas des millions à me soutenir, mais avec déjà plus 20.000 je trouve que c'est un bon début! Nous avons une vraie relation de confiance, alors quand j'ai un message à faire passer, ils sont à l'écoute", confie le youtubeur Jordan Dutouya, qui reçoit "quasi quotidiennement" des demandes de conseils de ses suiveurs "sur le choix d'un équipement ou sur l'apprentissage d'une technique".

Et comparé aux millions d'euros pour recruter un potentiel Ballon d'Or comme Kylian Mbappé (Nike), ou un top-model comme Gisele Bündchen (Under Armour), "cela coûte beaucoup moins cher et peut avoir des résultats commerciaux qui ne sont pas négligeables", assure M. Danglade, alors qu'"une personne sur trois" réalise un achat "suite à une recommandation".

Suffisant pour remplacer à terme les sportifs? "Je ne le pense pas. Cela dépend de ce que vous faites", considère M. Makowski, qui n'a pas voulu faire appel à de "grands noms" pour un produit expérimental comme "Glitch".

"Il y a une complémentarité entre eux parce qu'ils ne sont pas liés aux mêmes cibles et mêmes objectifs marketing", souligne M. Danglade: dans certains cas, les marques ont besoin du sportif pour "amener de la légitimité -- ce qui va marcher pour un champion va marcher pour un consommateur --" tandis que les "influenceurs vont être capables d'inciter un petit peu plus à l'achat".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

L'ANR triple net EPRA ressort à 54,9 E/action au terme du semestre...

Publié le 20/07/2018

    Compte-rendu de l'Assemblée Générale annuelle du 20 juillet 2018   L'assemblée générale mixte (ordinaire et extraordinaire) des actionnaires de la société BIGBEN…

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…