5 513.82 PTS
+0.08 %
5 505.0
-0.06 %
SBF 120 PTS
4 405.94
+0.16 %
DAX PTS
13 246.33
+0.35 %
Dowjones PTS
25 942.78
+0.54 %
6 780.80
+0.33 %
Nikkei PTS
23 951.81
+1.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

PSA vise 1.300 ruptures conventionnelles collectives et 1.300 CDI en 2018

| AFP | 164 | Aucun vote sur cette news
Le projet sera examiné en comité central d'entreprise le 19 janvier pour une mise en oeuvre courant février
Le projet sera examiné en comité central d'entreprise le 19 janvier pour une mise en oeuvre courant février ( Daniel ROLAND / AFP/Archives )

Le constructeur automobile PSA souhaite recourir à 1.300 ruptures conventionnelles collectives et 900 dispenses d'activité pour des seniors, en 2018, tout en embauchant 1.300 CDI et 2.000 jeunes en alternance, a appris l'AFP mardi auprès de sources syndicales.

Dans le détail, le groupe projette, selon les syndicats, 1.250 mobilités externes (congés de reclassement, création d'entreprise), 50 passeports de transition professionnelle et 900 congés seniors. Ce dispositif permet à des salariés de cesser le travail quelques années avant leur retraite, tout en conservant leur contrat de travail et une partie de leur salaire.

En contrepartie, l'entreprise promet "plus de 1.300 recrutements" en CDI dans sa division automobile (62.000 salariés fin 2016) et "au moins 2.000 emplois jeunes", a précisé la direction de PSA dans un communiqué, vantant un solde "équilibré".

Le groupe, qui rassemble Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, prévoit par ailleurs 6.000 mobilités internes et 1.000 parcours de reconversion.

A titre de comparaison, 1.170 congés seniors et 1.500 mobilités externes sécurisées ont été réalisés en 2017, ainsi que 1.200 recrutements CDI et 2.500 emplois jeunes, selon les chiffres communiqués aux syndicats mardi.

"L'équilibre entre sortants et rentrants est atteint", a réagi la CFE-CGC, réclamant cependant le "respect" du volontariat et une adaptation de la charge de travail pour les "salariés qui restent".

"Ce n'est pas un plan social mais la mise en oeuvre de démarches volontaires", dans le but d'adapter les effectifs à l'évolution du secteur, a relevé la CFTC.

La CFDT a noté "avec satisfaction" les recrutements prévus mais "regretté" que la direction "n'envisage que 400 CDI" en production (contre 200 en recherche et 700 dans le commercial), où quelque 8.000 intérimaires sont employés.

FO a jugé "intolérable" que les ruptures collectives ne servent qu'à "faire partir des salariés", quand "les ateliers se vident" et qu'il y a "des équipes complètes avec des intérimaires". Le syndicat réclame l'embauche de "17% de cette population".

Quant à la CGT, elle a qualifié le projet d'"inacceptable" alors que "PSA est riche à milliards". Elle s'est en outre inquiétée d'une augmentation de la prime de départ pour les salariés de région parisienne, redoutant une "fermeture à terme" du site de Saint-Ouen.

Le projet final sera examiné en comité central d'entreprise le 19 janvier pour une mise en oeuvre courant février. Il est conditionné, pour la partie relative aux ruptures collectives, à la conclusion d'un accord majoritaire qui est ouvert à signature jusqu'au 17 janvier, d'après des sources syndicales.

La politique des emplois en 2018 reprend des mesures issues du dispositif annuel de gestion des effectifs créé chez PSA par un accord datant de 2013, prolongé par un second texte signé en 2016 par cinq syndicats sur six.

Selon l'Observatoire des métiers mis en place chez le constructeur, 13% de ses métiers sont classés "sensibles" (amenés à disparaître), 60% à l'équilibre et 27% en tension (besoins en recrutement).

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 09/01/2018

Le groupe a présenté son plan 2018...

Publié le 09/01/2018

Le constructeur négocie actuellement avec ses salariés...

Publié le 27/11/2017

Le cours de l'once d'or est remonté au plus haut depuis 6 semaines, lundi, franchissant en séance le seuil psychologique des 1.300$ l'once sur le Comex.

Publié le 10/11/2017

La consultation publique lancée par l'Assemblée nationale il y a un mois et désormais close a suscité 1.334 contributions ( Joël SAGET / AFP/Archives )Comment améliorer la participation des…

Publié le 17/04/2017

Les cours de l'or poursuivent leur ascension sur fond de tensions géopolitiques, notamment en Corée du Nord.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2018

Pierre & Vacances-Center Parcs a réalisé au premier trimestre 2017/2018 un chiffre d'affaires en hausse de 5,4% à 306,7 millions d'euros. Le chiffre d’affaires des activités touristiques…

Publié le 16/01/2018

Vivendi a conclu une opération de couverture avec Société Générale, afin de protéger la valeur de sa participation de 11 % du capital de Fnac Darty. Vivendi conserve la possibilité d’un…

Publié le 16/01/2018

  Communiqué établissant le bilan semestriel du contrat de liquidité de la société Worldline SA au 31 Décembre 2017     Bezons, le 16 Janvier 2018   Au titre du contrat…

Publié le 16/01/2018

GL events a réalisé un chiffre d’affaires annuel consolidé 2017 de 953,8 millions d'euros, stable par rapport à 2016 (-1,9% à parité et change constants). Ce chiffre se comprend sans Jumbo…

CONTENUS SPONSORISÉS