5 395.46 PTS
+0.16 %
5 395.50
+0.21 %
SBF 120 PTS
4 304.22
+0.18 %
DAX PTS
13 029.60
+0.20 %
Dowjones PTS
23 273.96
-0.23 %
6 067.83
+0.00 %
Nikkei PTS
21 805.17
+0.50 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Pro et anti-Ceta se font entendre à la veille de son entrée en vigueur provisoire

| AFP | 128 | Aucun vote sur cette news
des manifestants hostiles au traité de libre-échanges UE-Canada CETA  rassemblés le 17 février 2017 à Berlin
des manifestants hostiles au traité de libre-échanges UE-Canada CETA rassemblés le 17 février 2017 à Berlin ( Odd ANDERSEN / AFP/Archives )

Les députés de gauche et plusieurs organisations défavorables au Ceta, le traité de libre-échange UE-Canada, ont lancé mercredi une offensive avant son entrée en vigueur provisoire jeudi, tandis que les responsables européen et canadien du Commerce le défendaient dans la presse.

Les opposants au traité ont présenté un rapport critique lors d'une conférence de presse à l'Assemblée, en présence de députés des trois groupes de gauche, Clémentine Autain (LFI), Jean-Paul Lecoq (PCF) et Marietta Karamanli (Nouvelle gauche).

Ce rapport, auquel ont notamment participé les altermondialistes d'Attac, le collectif très à gauche des Economistes atterrés et l'ONG de défense des consommateurs Foodwatch, conclut que "les organisations associatives, environnementales, syndicales et politiques demandent solennellement la suspension de l'application provisoire du Ceta et une réelle consultation des citoyens, à travers un référendum".

Les trois députés de gauche présents ont dénoncé un "déni de démocratie" avec l'application provisoire du traité, pointant à l'instar de Mme Autain, un risque de "moins-disant social et de moins-disant environnemental".

Auparavant, plusieurs députés de ces formations, dont Jean-Luc Mélenchon ou Pierre Dharréville (PCF) avaient participé à un petit rassemblement aux abords de l'Assemblée, à l'initiative du collectif "Stop Tafta et Ceta". Certains manifestants arboraient des baillons blancs sur lesquels le mot Ceta était inscrit en lettres noires, en signe de protestation.

Le gouvernement a confirmé la semaine dernière que l'essentiel du Ceta entrerait bien en vigueur comme prévu le 21 septembre, tout en reprenant à son compte des critiques émises par une commission mandée au début de l'été par le Premier ministre.

L'essentiel du Ceta doit donc devenir effectif jeudi en attendant l'approbation par les Parlements des membres de l'UE, alors qu'il cristallise beaucoup de craintes des opposants au libre-échange, notamment une concurrence accrue entre secteurs agricoles et un affaiblissement des normes sanitaires et environnementales.

Le CETA entre provisoirement en vigueur
Le CETA entre provisoirement en vigueur ( Simon MALFATTO / AFP )

Le rapport publié mercredi par les opposants au Ceta reprend ces critiques en trois volets: les conséquences supposées sur l'alimentation et la santé, les risques pour l'environnement et les effets sur l'économie.

"Il est impossible de conclure, comme le font certains économistes et la Commission européenne, que l'impact macroéconomique du Ceta sera favorable", assure le rapport sur ce dernier plan, reconnaissant obéir à "une inspiration keynésienne" jugée "plus réaliste".

A l'inverse, ce sont bien des baisses de prix pour le consommateur et des ouvertures commerciales pour les petites entreprises qu'ont promis Cecilia Malmström, commissaire européenne pour le Commerce, et François-Philippe Champagne, son homologue canadien, dans une tribune publiée mercredi dans le Figaro.

"La poursuite de politiques protectionnistes ou l'érection de barrières entre nous n'auraient que des effets catastrophiques sur nos économies", ont-ils assuré. "Le repli sur nous-mêmes n'est en aucun cas la bonne réponse".

L'accord concerne plus de 510 millions d'Européens et 35 millions de Canadiens. Ratifié par les parlements européen et canadien, il deviendra définitif une fois voté par les 38 assemblées nationales et régionales d'Europe, ce qui prendra des années.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/10/2017

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de DANONE, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 24/10/2017

Dans de très gros volumes (plus de 5% du capital ont déjà changé de mains), Spineway s'envole de plus de 15% à 4,62 euros, dopé par son point...

Publié le 24/10/2017

Novartis recule de 1,23% à 84,10 francs suisses malgré des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et la confirmation des objectifs annuels. Les investisseurs semblent déçus par la…

Publié le 24/10/2017

Le groupe familial Doulcet a déclaré à l'AMF, à titre de régularisation, avoir franchi en baisse, le 16 octobre, le seuil de 15% des droits de vote de...

Publié le 24/10/2017

Essilor (+3,02% à 104,05 euros) occupe la tête du CAC 40 après avoir confirmé ses perspectives annuelles. Cette annonce rassure les investisseurs et les analystes alors que plusieurs d'entre eux…

CONTENUS SPONSORISÉS