Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 727.52 PTS
+0.63 %
6 734.00
+0.81 %
SBF 120 PTS
5 259.89
+0.61 %
DAX PTS
15 587.36
+0.81 %
Dow Jones PTS
35 294.76
+1.09 %
15 146.92
+0.63 %
1.160
0. %

Présidentielle: beaucoup d'idées pour le pouvoir d'achat, encore peu de précisions

| AFP | 360 | 1 par 3 internautes
Trois ans après la crise des
Trois ans après la crise des "gilets jaunes", la question du pouvoir d'achat a fait un retour tonitruant avec le regain d'inflation alimenté par une flambée des prix de l'énergie ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Les candidats à la présidentielle font une profusion de propositions pour soutenir le pouvoir d'achat mais ne font pour l'heure qu'effleurer le sujet: il reste six mois de campagne, et le contexte de reprise post-Covid est des plus incertains.

Trois ans après la crise des "gilets jaunes", la question du pouvoir d'achat a fait un retour tonitruant avec le regain d'inflation alimenté par une flambée des prix de l'énergie. Elle a poussé le gouvernement à augmenter le "chèque énergie", déployer un "bouclier tarifaire" et ne pas exclure d'utiliser le "levier fiscal" si les cours sur les marchés ne baissent pas au printemps.

Le sujet est désormais en tête des thèmes qui compteront le plus dans le choix des Français au printemps 2022, devant l'immigration, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié fin septembre.

Appelés à se positionner, les candidats prônent, à droite comme à gauche, hausses de salaires et du Smic, mais aussi, pèle-mêle, primes, création d'un revenu de base, baisse des taxes sur les prix des carburants, sur ceux de l'énergie dans leur ensemble, voire blocage des tarifs.

Ménages : pouvoir d'achat et consommation
Ménages : pouvoir d'achat et consommation ( Tupac POINTU / AFP )

Mais dans un climat de défiance vis-à-vis de la parole politique, les électeurs semblent se méfier: aucun candidat n'apparaît pour l'heure majoritairement crédible à leurs yeux sur ce terrain.

"Les Français sont comme Saint Thomas: ils ne croient que ce qu'ils verront, ou pas, à un moment sur leur fiche de paie", explique à l'AFP Bernard Sananès, président de l'institut Elabe, tout en soulignant qu'"il est encore tôt" dans la campagne pour qu'ils s'intéressent précisément aux propositions.

"Bouclage macroéconomique"

Il est "très tôt" aussi pour les candidats qui "généralement sortent du bois en janvier/février et précisent alors le financement de leur programme", rappelle Alain Trannoy, professeur à l'Ecole d'économie d'Aix-Marseille.

Comment seraient financées les baisses de taxes sur l'énergie et les baisses de charges incitant à la hausse des salaires ? Quels effets attendre d'une hausse du Smic sur le coût du travail, la compétitivité des entreprises et l'emploi ? Et si hausses de salaires il y avait, jusqu'où aller sans pour autant tomber dans une spirale inflationniste, alors que la progression des prix s'est accélérée ? Les candidats restent évasifs.

La question du pouvoir d'achat a fait un retour tonitruant avec le regain d'inflation alimenté par une flambée des prix de l'énergie
La question du pouvoir d'achat a fait un retour tonitruant avec le regain d'inflation alimenté par une flambée des prix de l'énergie ( FRANCK FIFE / AFP/Archives )

Quant au sujet d'une politique globale de l'emploi, génératrice de hausses de salaires, il n'a pour l'heure pas émergé.

Les mois de crise Covid, où les vannes de l'argent public ont été ouvertes "quoi qu'il en coûte" pour soutenir l'économie, ont certes pu faire passer le sujet du financement à l'arrière-plan.

Et les prétendants à l'Elysée peuvent avoir intérêt à frapper médiatiquement avec des propositions fortes, tout en éludant le sujet sensible du financement et des règles budgétaires.

Mais "à un moment donné il y a une question de bouclage macroéconomique" et il faut savoir comment chaque mesure "va se diffuser dans l'économie", souligne Mathieu Plane, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Paradoxe

Autant d'éléments sur lesquels les candidats sont appelés à se prononcer, à l'aube d'une année 2022 économiquement incertaine.

Au-delà de la reprise forte après la crise, Alain Trannoy souligne un contexte "pas extraordinairement favorable" pour les entreprises et donc des hausses de salaires, entre baisse de productivité pendant la crise, perte d'emplois industriels, compétitivité moindre à l'international, hausses de prix des matières premières pas encore totalement incorporées dans les prix de production ni répercutées aux consommateurs.

La question du pouvoir d'achat a fait un retour tonitruant avec le regain d'inflation alimenté par une flambée des prix de l'énergie
La question du pouvoir d'achat a fait un retour tonitruant avec le regain d'inflation alimenté par une flambée des prix de l'énergie ( PIERRE ANDRIEU / AFP/Archives )

Accusé par les candidats de ne pas en faire assez pour le porte-monnaie des Français, le gouvernement a, lui, sorti une batterie de chiffres pour souligner le travail accompli sous le quinquennat d'Emmanuel Macron, président sortant et probable candidat de la majorité. Parmi eux, une progression de 8% du pouvoir d'achat sous l'effet de mesures fiscales et sociales.

Les deux quinquennats précédents, ceux de Nicolas Sarkozy et François Hollande, s'étaient, eux, avérés peu favorables, entre effets de la crise financière pour le premier et "choc fiscal" en pleine crise de la zone euro pour le second.

Reste que les ménages rapportent bel et bien expérimenter une baisse de leur pouvoir d'achat, un paradoxe que certains économistes expliquent par l'augmentation des dépenses contraintes, soit les postes énergie et logement des budgets des Français.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/10/2021

Contrat d'environ 130 millions d'euros,

Publié le 15/10/2021

LES TOQUES BLANCHES DU MONDE, acteur français spécialisé dans la distribution de produits alimentaires premium, annonce aujourd'hui ses résultats du...

Publié le 15/10/2021

Dans le cadre du projet de construction d'une arena sur le site d'OL Vallée, OL Groupe et Live Nation ont officialisé ce vendredi 15 octobre un accord commercial d'une durée de 15 ans à compter de…

Publié le 15/10/2021

Alstom a été choisi par Île-de-France Mobilités et la RATP pour fournir les nouvelles rames de tramways de la ligne T1 en Île-de-France. La commande ferme, de 37 rames Citadis X05 et d’un…

Publié le 15/10/2021

Verallia a informé de l'application, à compter du 7 octobre 2021, d'un droit de vote double au profit des actions de la société entièrement libérées ayant fait l’objet d’une détention…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne